• La police de l’eau envoie un maire devant le tribunal

    Ce mercredi 22 janvier à 14h, Louis Accary, le maire de Versaugues, se retrouve convoqué devant le tribunal correctionnel de Mâcon pour le curage d’un cours d’eau en septembre 2018. Alors que c’est l’inquiétude et l’incompréhension qui dominent, il en appelle au soutien de tous.

  • Des aides pour l’amélioration de l’habitat

    L’agence nationale de l’habitat, l’Anah, propose depuis plusieurs années le dispositif Habiter mieux permettant aux foyers les plus modestes de bénéficier d’aides à la rénovation énergétique de leur domicile. Agence et dispositif méconnus, le préfet de région s’est rendu dans l’Autunois le 17 janvier chez un agriculteur qui a pu bénéficier de ces aides pour sa future habitation principale.

  • Le Conseil départemental va redonner de l'Eclat agricole

    Les 19 et 20 décembre à Mâcon, le Conseil départemental de Saône-et-Loire tenait sa dernière session de l’année 2019. L’occasion de préparer l’année 2020 autour de plusieurs sujets liés au monde agricole.

  • Territoires : Le numérique une chance pour les zones rurales ?

    Les campagnes pourraient retrouver leur attrait grâce au numérique. Des exemples concrets montrent que le développement des réseaux numériques dans les zones rurales favorise une demande sociétale davantage en phase avec la vie à la campagne que dans les grands centres urbains comme le télétravail.

  • Le Grand Autunois Morvan fer de lance de la transition écologique !

    Depuis juillet dernier, la communauté de communes du Grand Autunois Morvan fait partie des 61 territoires français sélectionnés par le Ministère de la transition écologique pour participer à la première promotion du « réseau des contrats de transition écologique ». Elle est l’unique territoire lauréat en Saône-et-Loire.

  • Réflexions autour des déplacements en milieu rural

    Alors que la loi mobilité était encore en cours de discussion au parlement, la direction départementale des territoires a organisé un forum, le 17 septembre, autour des questions de mobilité dans le département. Ouverte à tous les élus et responsables de collectivités locales, cette journée a permis de recueillir leurs avis et problématiques, de présenter des initiatives et des aides, de partager des perspectives et des projets en matière de transport.

  • Le 20 octobre, on chasse les idées reçues!

    Le 20 octobre prochain, la Fédération départementale des chasseurs de la Saône-et-Loire (FDC 71), en liaison avec les sociétés de chasse du département, renouvelle l’opération « Un Dimanche à la Chasse » à destination du grand public.  

  • Chasse et agriculture : "nous avons des choses à faire, ensemble…"

    La chasse ouvre ce week-end pour le bonheur de près de 12.500 chasseurs en Saône-et-Loire. Bonne nouvelle pour eux, malgré la chaleur estivale, le gibier se porte bien. Les hivers trop doux limitent les mortalités et le plus emblématique des gibiers du département en profite allègrement. Car le mot d’ordre adressé aux chasseurs cette année, c’est bien de faire diminuer les populations de sangliers. Les dégâts ont atteint des sommets la saison passée. Sangliers, corvidés, prédateurs, ragondins… les sujets de discussion entre chasseurs et agriculteurs ne manquent pas. Indiscutablement, les deux ont des choses à faire ensemble. Pour la régulation des espèces. Pour le maintien des paysages et de la biodiversité.

     

  • Safer BFC La démonstration par l'exemple

    Le 30 novembre dernier, la Safer Bourgogne-Franche-Comté a organisé à Dijon un événement interactif d'importance destinée à clarifier le rôle du comité technique et celui du conseiller Safer. Son titre était explicite : « A qui la terre ? » L'occasion de déboulonner quelques idées reçues.

  • Pour Jacques Pelus, « il faut trouver une entente pour réguler le ragondin »

    Rencontré quelques semaines avant l’ouverture de la chasse, le président de la fédération des chasseurs Jacques Pelus répond aux questions de la profession. Tandis que les dégâts de sangliers semblent de nouveau maitrisés, la régulation du ragondin aurait besoin d’un coup de pouce en direction des piégeurs. Si le gros gibier semble s’accommoder de l’agriculture saône-et-loirienne, en revanche le petit gibier a du mal à se maintenir.

     

Vos annonces légales en ligne au meilleur prix
Publiez vos annonces en quelques minutes et obtenez votre attestation immédiatement

Services

Recevoir la newsletter