• Chasse et agriculture : "nous avons des choses à faire, ensemble…"

    La chasse ouvre ce week-end pour le bonheur de près de 12.500 chasseurs en Saône-et-Loire. Bonne nouvelle pour eux, malgré la chaleur estivale, le gibier se porte bien. Les hivers trop doux limitent les mortalités et le plus emblématique des gibiers du département en profite allègrement. Car le mot d’ordre adressé aux chasseurs cette année, c’est bien de faire diminuer les populations de sangliers. Les dégâts ont atteint des sommets la saison passée. Sangliers, corvidés, prédateurs, ragondins… les sujets de discussion entre chasseurs et agriculteurs ne manquent pas. Indiscutablement, les deux ont des choses à faire ensemble. Pour la régulation des espèces. Pour le maintien des paysages et de la biodiversité.

     

  • Des pieds de vignes aux pas des chevaux

    Caroline et Thibaut Pariset proposent depuis six ans désormais des prestations de service dans les vignes en travail du sol effectué grâce à leurs chevaux comtois. Le planning des Traits du Mâconnais affiche complet car la méthode a plusieurs avantages qui ont su séduire de nombreux viticulteurs.

  • Et si le Morvan s’inspirait du modèle comtois ?

    Depuis l’an dernier, le Parc naturel régional du Morvan encourage la diversification et le déploiement de filières qualitatives et rémunératrices pour les exploitations du territoire. Le porc plein-air du Morvan n’est peut-être qu’un début.

  • Safer BFC La démonstration par l'exemple

    Le 30 novembre dernier, la Safer Bourgogne-Franche-Comté a organisé à Dijon un événement interactif d'importance destinée à clarifier le rôle du comité technique et celui du conseiller Safer. Son titre était explicite : « A qui la terre ? » L'occasion de déboulonner quelques idées reçues.

  • Néoruraux : Entre contraintes et opportunités

    Le 22 novembre, les 27èmes assises de Sol et Civilisation traitaient de la transition des territoires et des projets qui en découlent pour les agriculteurs. La population des zones rurales évolue, elles se repeuplent d’anciens citadins. Si cette évolution peut-être source de contraintes, elle est aussi source d’opportunités pour les agriculteurs, ces néoruraux, friands de localité, peuvent devenir de nouveaux consommateurs. 

  • Pour Jacques Pelus, « il faut trouver une entente pour réguler le ragondin »

    Rencontré quelques semaines avant l’ouverture de la chasse, le président de la fédération des chasseurs Jacques Pelus répond aux questions de la profession. Tandis que les dégâts de sangliers semblent de nouveau maitrisés, la régulation du ragondin aurait besoin d’un coup de pouce en direction des piégeurs. Si le gros gibier semble s’accommoder de l’agriculture saône-et-loirienne, en revanche le petit gibier a du mal à se maintenir.

     

  • L'agriculture s'invite dans les débats du Festival des Histoires Vraies Autun Bibracte 2018

    Du 13 au 15 juillet, Autun et Bibracte ont accueilli la seconde édition du Festival des Histoires Vraies, dans le cadre des Rendez-vous de juillet. Cette année, près de 10.000 personnes étaient présentes pour rencontrer une centaine d’intervenants : journalistes de presse écrite, de radio, de télévision, écrivains, réalisateurs de documentaires …

  • Nouvelle vie en production caprine fermière

    Originaires du Rhône, Aurélie Bleton et Franck Amiot ont décidé de changer de vie en devenant éleveurs de chèvres. Ils ont repris une ferme près de Cuiseaux où ils produisent des fromages fermiers qu’ils écoulent en vente directe.

  • Rendez-vous est donné cet été à Marly-sous-Issy pour la Fête départementale de l'Agriculture

    Cette année, c’est au canton d’Issy-L’Evêque que revient la responsabilité d’organiser la Fête de l’Agriculture de Saône-et-Loire. Et donc la finale départementale des concours de labours. Pour cela, les JA d’Issy innovent en avançant la date au samedi 11 et au dimanche 12 août. Rendez-vous est ainsi pris à Marly-sous-Issy sous le nom de "L'agriculture en folie à Marly !".

  • Le marché des forêts a été tonique en 2017...

    En 2017, le marché des parcelles forestières a bénéficié d’un intérêt croissant des acheteurs pour investir dans une base de loisir ou dans une valeur refuge. Le nombre de transactions et les surfaces vendues s’accroissent, tandis que les tarifs restent stables. Détails.

  • Le Couchois est désormais reconnu en ZDS

    Le 23 mai à Dracy-les-Couches, la FDSEA 71 est venue présenter aux éleveurs du Couchois l’avancée des travaux sur la révision des Zones défavorisées simples. Après plusieurs années de travail de la profession et de ses responsables, le Couchois a été inclus au futur zonage. La carte est partie pour validation à l'Union européenne.

    Édith Bruneau

Vos annonces légales en ligne au meilleur prix
Publiez vos annonces en quelques minutes et obtenez votre attestation immédiatement

Services

Recevoir la newsletter