• Faire face à la canicule

    De fortes chaleurs s’abattent depuis lundi sur la France avec des conséquences importantes pour les agriculteurs, qu’ils soient céréaliers, arboriculteurs, maraîchers ou éleveurs.

  • Bientôt des tracteurs autonomes dans les fermes allaitantes ?

    Soucieuse de faciliter le travail des éleveurs, la Chambre d’agriculture de Saône-et-Loire a demandé à des étudiants de l’université technique Belfort Montbéliard d’imaginer comment automatiser les déplacements d’un tracteur dans une exploitation allaitante. De cette tempête de cerveaux a émergé une solution prometteuse de guidage électromagnétique par le sol. De quoi concevoir des tracteurs réalisant le pansage des animaux de manière complètement autonome.

  • De l’eau disponible et accessible à volonté pour l'abreuvement des animaux !

    L’eau et l’abreuvement sont trop souvent le parent pauvre dans la conception d’un bâtiment d’élevage. Partie prenante du bien-être animal, c’est pourtant un élément clé de la santé et de la productivité du troupeau. Comme beaucoup d’aspects de la réussite d’un élevage, un abreuvement de qualité passe avant tout par du bon sens basé sur l’observation de la vie de l’animal. L’eau doit être saine, disponible et accessible et les animaux doivent pouvoir boire à volonté et paisiblement.

  • Au Gaec de Raimbos à Simandre, l'abreuvement était la cause de problèmes d'élevage

    Sous leur nouveau bâtiment laitier, Xavier et Guillaume Janniaux étaient déçus par le niveau de production de leurs holsteins qui souffraient de mammites, boiterie, manque d’état… Les investigations menées avec le GDS ont révélé qu’un problème d’alimentation en eau était en cause. Manque d’abreuvoirs, courants parasites, qualité insuffisante ont été corrigés et le troupeau a retrouvé la santé.

  • Mise en œuvre de premières mesures de restriction des usages de l’eau avec la nouvelle période de sécheresse estivale qui se profile

    Afin de faire le point sur la situation de la ressource en eau dans le département, le préfet de Saône-et-Loire a réuni le mardi 4 juin 2019 le premier observatoire sécheresse de la saison. Une nouvelle période de sécheresse estivale se profile, ce qui oblige à mettre en œuvre, de premières mesures de restriction des usages de l’eau.

  • Des bâtiments d’élevage pour la santé et le bien-être de tous

    Le bien-être animal et les difficultés économiques de l’élevage remettent en cause la conception même des outils de travail que constituent les bâtiments. Dans une conjoncture de revenu qui n’autorise aucun écart, les animaux doivent pouvoir compter sur des conditions optimums à leur bonne santé. La qualité de leur abreuvement en est une. L’eau ne doit pas être le parent pauvre de la conception d’une stabulation, rappelle le GDS 71. Comme on l’a encore vu l’été dernier, le changement climatique est un paramètre à prendre en compte pour faire évoluer les constructions. Car il faut désormais pouvoir faire face à la canicule, à de forts écarts thermiques et à des vents capricieux. Parmi les enseignements de l’hiver dernier, revient évidemment la dépendance à la paille. Comme notre témoignage le montre, ceux qui étaient équipés de bâtiments économes en paille s’en sont plutôt mieux tirés que les autres. Enfin, pour le confort des éleveurs, l’idée de rendre autonome certaines tâches mécanisées du pansage fait son chemin…

     

  • Colza Réussir l’implantation malgré la résistance des ravageurs

    Après une année dernière extrêmement complexe pour le colza, notamment dans les zones intermédiaires, en lien avec de faibles pluviométries et des attaques de plus en plus soutenues des principaux ravageurs, Terres Inovia diffuse ses bonnes pratiques pour réussir malgré tout à faire lever cette culture : semis précoce, association avec une légumineuse, bonne préparation du sol en amont...

  • Interview de Gilles Brenon – Président de GAEC et Sociétés « Nous voulons généraliser le droit à l’essai à l’ensemble du territoire »

    Les 13 et 14 juin prochain, Gaec et Société tiendra son congrès à Torcy en Saône-et-Loire. Cette année, l’objectif de l’organisation est de présenter le droit à l’essai à l’ensemble des participants. Ce droit qui permet aux futurs associés de se « tester » pendant un an est utilisé en Haute Savoie depuis déjà de nombreuses années. Gilles Brenon, président de GAEC et Sociétés, explique ainsi que leur ambition est de généraliser ce droit à l’ensemble de la France car il offre aux associés la possibilité de tester la compatibilité de leur projet mais aussi leur capacité à travailler en commun.

  • La lutte contre l’ambroisie est l’affaire de tous

    Les collectivités locales veulent passer à la vitesse supérieure pour tenter de limiter les conséquences sanitaires dues à la propagation de l’ambroisie. Si les risques allergiques sont connus et importants, l’ambroisie a également des impacts sur les cultures, d’où des mesures conseillées aux agriculteurs.

  • Les viticulteurs curieux du désherbage mécanique

    Pour la troisième année consécutive, la chambre d’agriculture de Saône-et-Loire a organisé un après-midi démonstration de matériel viticole. Cette année, six outils de désherbage inter rang ont été présentés vendredi 10 mai à Prissé.

  • Veuvage, le guide des démarches à effectuer

    Parce que le décès d’un proche est tout autant synonyme de douleur à gérer que de formalités à remplir, un guide est là pour accompagner l’entourage dans la chronologie des démarches à effectuer.

  • Les aides fiscales pour les personnes âgées

    A l'horizon 2060, un français sur trois sera âgé de plus de 60 ans. Ce constat oblige l'Etat français à mettre en place des aides au profit des personnes dans un état de dépendance, ou des dispositifs permettant également à ces générations d'aider les générations les plus jeunes. AS BFC fait le tour des principales mesures applicables.

Vos annonces légales en ligne au meilleur prix
Publiez vos annonces en quelques minutes et obtenez votre attestation immédiatement

Services

Recevoir la newsletter