• Agrinove à Senozan est toujours plus performant

    C’est un Bernard Nadalin fourmillant de projets de développement qui nous a reçu à Senozan. Depuis la reprise en décembre 2017 de la concession Bouilloux, le directeur d’Agrinove a mis les bouchées doubles pour reconstituer une équipe complète et ultra-compétente. Tout est aujourd’hui en ordre de marche. Les clients locaux des marques reconnues - Case IH, Pöttinger, Maschio-Gaspardo, Sky-Sulky, Le Boulch, Carré, Berthoud, … - peuvent donc être rassurés.

  • L'outil Systera séduit

    Depuis 2002, chaque exploitation employeuse de main d’œuvre (salarié permanent ou saisonnier, stagiaire, apprenti…) a l’obligation de faire un document unique d’évaluation des risques. Pour leur faciliter la démarche, la FNSEA a mis en place un outil, Systera. Interview de Jérôme Volle, vice-président de la FNSEA, responsable de la Commission Emploi.

  • StopBlues un site et une appli pour prévenir le mal-être

    Une équipe Inserm a développé StopBlues, un dispositif numérique pour agir sur le mal-être psychologique. Lequel, s’il n’est pas reconnu, peut conduire à des troubles plus sévères comme la dépression Voire même, dans le pire des cas, le suicide.

  • Suite aux vendanges, une vinification qui s'annonce bien

    Alors que les vendanges 2019 auront été très particulières suite au gel, à la grêle, à la sécheresse, aux brûlures et autres millerandages avec, à la clé, des volumes très en deçà des rendements habituels, la vinification ne devrait, pour sa part, pas s’avérer trop complexe. Reste à bien maîtriser les températures.

  • Parasitisme : pour traiter moins, surveiller plus !

    Pour poursuivre notre série d’articles sur la gestion du parasitisme en élevage de petits ruminants, le GDS de Saône-et-Loire est parti à la rencontre de Pierre Pardon, du Gaec éponyme à Tramayes. L’éleveur présente sa méthode de gestion du parasitisme sur le troupeau caprin : pour traiter moins, il vaut mieux surveiller plus son troupeau. Interview.

  • Les aides de l’Anah pour adapter son logement au vieillissement

    Depuis près de 50 ans, l’Agence nationale de l'habitat (Anah) encourage les travaux de rénovation et de réhabilitation des logements en accordant, sous conditions, des aides financières aux propriétaires de logement en mauvais état, difficile à chauffer ou mal adapté à votre handicap ou pour vieillir confortablement chez vous.

  • Se protéger des vols et protéger ses biens et ses bâtiments

    Ce printemps, la Gendarmerie a organisé plusieurs réunions pour tirer la sonnette d’alarme en Saône-et-Loire et tout particulièrement dans la partie chalonnaise du Département au sujet d’une recrudescence de vols sur les exploitations.

  • Faire face à la canicule

    De fortes chaleurs s’abattent depuis lundi sur la France avec des conséquences importantes pour les agriculteurs, qu’ils soient céréaliers, arboriculteurs, maraîchers ou éleveurs.

  • Bientôt des tracteurs autonomes dans les fermes allaitantes ?

    Soucieuse de faciliter le travail des éleveurs, la Chambre d’agriculture de Saône-et-Loire a demandé à des étudiants de l’université technique Belfort Montbéliard d’imaginer comment automatiser les déplacements d’un tracteur dans une exploitation allaitante. De cette tempête de cerveaux a émergé une solution prometteuse de guidage électromagnétique par le sol. De quoi concevoir des tracteurs réalisant le pansage des animaux de manière complètement autonome.

  • De l’eau disponible et accessible à volonté pour l'abreuvement des animaux !

    L’eau et l’abreuvement sont trop souvent le parent pauvre dans la conception d’un bâtiment d’élevage. Partie prenante du bien-être animal, c’est pourtant un élément clé de la santé et de la productivité du troupeau. Comme beaucoup d’aspects de la réussite d’un élevage, un abreuvement de qualité passe avant tout par du bon sens basé sur l’observation de la vie de l’animal. L’eau doit être saine, disponible et accessible et les animaux doivent pouvoir boire à volonté et paisiblement.

  • Au Gaec de Raimbos à Simandre, l'abreuvement était la cause de problèmes d'élevage

    Sous leur nouveau bâtiment laitier, Xavier et Guillaume Janniaux étaient déçus par le niveau de production de leurs holsteins qui souffraient de mammites, boiterie, manque d’état… Les investigations menées avec le GDS ont révélé qu’un problème d’alimentation en eau était en cause. Manque d’abreuvoirs, courants parasites, qualité insuffisante ont été corrigés et le troupeau a retrouvé la santé.

Vos annonces légales en ligne au meilleur prix
Publiez vos annonces en quelques minutes et obtenez votre attestation immédiatement

Services

Recevoir la newsletter