• La filière laitière peine à trouver des indicateurs communs

    À moins de deux mois du début des négociations commerciales, la filière laitière travaille à la définition d’indicateurs de coût de production et de prix, comme le demande le gouvernement. Mais les travaux coincent sur la valorisation des produits en France. Faute de compromis, l’interprofession cherche à contourner l’impasse.

  • Le marché européen du lait, assaini mais inquiet

    La baisse du prix du lait à la ferme ajoutée à des conditions climatiques défavorables a freiné la croissance de la production laitière européenne qui menaçait de déraper. Les prix des produits laitiers restent à la hausse. Mais les tensions commerciales internationales, liées à la politique des États-Unis, inquiètent.

  • Se mobiliser pour obtenir des résultats !

    Après la sortie des quotas laitiers et ces deux années de crise qui ont suivies, après de dures manifestations pour exprimer ce ras le bol, les États Généraux de l’Alimentation sont en cours de débats. Les députés, les sénateurs ont été mis à contribution pour inscrire dans la loi des mesures pour inverser le mécanisme de construction des prix, et redonner plus de poids aux éleveurs dans les négociations commerciales face à la grande distribution. Pour l’heure, personne ne sait si cette loi sera la solution pour sortir de la spirale infernale de baisse des prix et de valeur des produits agricoles.

  • En matière de sols des bâtiments laitiers, et si on combinait différents ?

    Couloirs de circulation, passages de logettes et aire d’attente. Leur bonne conception et leur bon entretien contribuent à la bonne santé des vaches laitières et donc à l’expression de la production. Une tendance apparaît : la combinaison de différents types de sols. Voici quelques recommandations.

  • Des solutions astucieuses et économes en matière de bâtiments d’élevage

    En matière de bâtiments d’élevage, la conjoncture incite à des solutions économes, que ce soit à l’investissement ou en fonctionnement. Une chasse aux dépenses qui ne doit rien sacrifier à la santé et au bien-être des animaux, ni au confort de travail des éleveurs. Dans cet ordre d’idée, ce dossier propose quelques exemples de réalisations réussies à moindre frais pour des petits comme pour des grands ruminants. Constructions légères, transformations astucieuses, récupération des eaux de pluies… Les éleveurs du département ne manquent pas d’idées. Des experts rappellent que la santé des animaux passe aussi par une bonne approche de la ventilation et de la qualité des sols. En termes de conditions de travail et d’organisation, la conception d’un stockage de fourrages a son importance. Enfin, le service Bâtiments de la chambre d’agriculture de Saône-et-Loire fait le point sur les aides.

  • Créer de la valeur pour faire face à l’imprévisibilité du marché

    Le 4 avril, à l’occasion de la journée Grand Angle Lait, dédiée au marché laitier en France et à l’international, les intervenants ont présenté les conjonctures à court et long terme. Dans leurs interventions ils ont aussi mentionné les moyens pour la filière de créer de la valeur en répondant aux demandes du marché et des consommateurs.

Services

Dossiers

Recevoir la newsletter