• Nutrition animale Le lin pour booster la performance des vaches laitières

    Pour vérifier une intuition, celle que le lin était bénéfique à la productivité des vaches laitières, un des acteurs majeurs de la nutrition animale, Valorex, a financé une étude épidémiologique en nutrition animale. Ce travail de recherche de longue haleine a démontré la plus-value des graines de lin qui améliorent non seulement la production laitière, mais aussi les performances de reproduction. 

  • Et si les hygiénistes avaient tout faux sur les fromages au lait cru ?

    Déconseillés aux enfants de moins de cinq ans, les fromages au lait cru sont à nouveau dans l’oeil du viseur des pouvoirs publics. Pourtant, la recherche fait des découvertes fascinantes sur les bienfaits des aliments microbiens. Eclairages avec Christophe Chassard de l’Inra.

  • Bovins viande : le manque de rentabilité accentue les décapitalisations

    Depuis trois ans, la décapitalisation du cheptel allaitant s’accélère, principalement sous l’effet d’une faible rentabilité. C’est ce qui ressort d’une étude de l’Idele (Institut de l’élevage), présentée lors de la conférence Grand angle viande, le 5 décembre. Entre décembre 2016 et décembre 2018, la France a perdu 151.000 têtes, soit une baisse de 4 %.

  • Une traçabilité qui laisse à désirer au magasin Bi1 à Toulon-sur-Arroux (groupe Schiever)

    C’était il y a un mois. Une cliente du magasin Bi1 à Toulon sur Arroux voit que celui-ci propose une cuisse de bœuf entière « 100 % Bourgogne Franche-Comté », à un prix dérisoire de 5.90€/kg. Cette cliente elle-même éleveuse et pratiquant la vente directe, se dit choquée par les prix relativement bas de cette promotion, et interpelle la FDSEA à ce sujet. Une délégation d’une douzaine d’éleveur se mobilise alors pour demander des réponses au directeur du magasin, et vérifier que cette promotion respecte bien la loi Egalim, interdisant la vente de produit en dessous du seuil de perte.

  • Un CA de Section Bovine centré autour de la contractualisation

    Le dernier conseil d'administration de la section bovine de la FDSEA de Saône-et-Loire a consacré une large place à la contractualisation. L'occasion également d'écouter, Isabelle Sanrey sur « l’adaptation de la filière viande bovine face à un contexte en forte évolution », suite aux travaux menés par interbev Bourgogne-Franche-Comté.

  • Union européenne Le Conseil adopte des conclusions sur le bien-être animal

    Les ministres de l’Agriculture de l’Union Européenne invitent la Commission à élaborer une nouvelle stratégie pour la protection et le bien-être des animaux. Les conclusions du Conseil soulignent l'importance du bien-être animal en tant que partie intégrante d'une production animale durable.

  • Les vétos ruraux, héros sur grand écran

    Une petite pépite sort au cinéma le mercredi 1er janvier, « Les vétos », le premier long métrage de Julie Manoukian mettant en scène le quotidien des vétérinaires ruraux, entre joies, implications et difficultés. Un film d’autant plus dans l’air du temps (et à ne surtout pas rater !) qu’il a été tourné dans le Morvan… Entretien avec sa jeune réalisatrice, Julie Manoukian.

  • Interbev Bourgogne Franche-Comté : accédez à vos données d’abattage en 24 heures !

    Depuis 2011, les abattoirs mettent à disposition des éleveurs les informations sur le poids et le classement des carcasses, au plus tard dès 7h le lendemain matin de l’abattage. Vous pouvez donc accéder rapidement à ces données. La connaissance rapide des informations d’abattage permet, en cas de litige ou de réclamation de réagir dans les délais définis par la réglementation ou les accords interprofessionnels.

  • Plus de 150.000 vaches allaitantes en moins, en trois ans

    Avec plus de 150.000 vaches allaitantes en moins, en trois ans , cette forte baisse des effectifs inquiète la profession. Comme craint, les cessations d’activité des éleveurs très âgés n’expliquent pas à elles seules le recul de 4 % du cheptel français de vaches allaitantes. Il est multifactoriel. Les crises se sont multipliées ces dernières années, attaquant le moral et plombant les installations.

  • Une restructuration nécessaire pour Elva Novia

    2018-2019 a été un exercice difficile pour Elva Novia. Sortant de deux années de pertes économiques successives, la coopérative a décidé de redresser la barre avec détermination. Tandis qu’un courageux plan de restructuration interne commence à porter ses fruits, la coopérative s’est rapprochée de sa voisine du nord pour fonder une SAS commune.

Vos annonces légales en ligne au meilleur prix
Publiez vos annonces en quelques minutes et obtenez votre attestation immédiatement

Services

Recevoir la newsletter