• Bière, une filière mondiale en pleine mutation

    Le « boom » des microbrasseries a entrainé un renouveau du marché de la bière en poussant l’ensemble de la filière à monter en gamme et à se diversifier. Ce phénomène, plutôt rare dans l’agroalimentaire, répond aux attentes des consommateurs en matière d’ancrage territorial, de naturalité mais aussi d’expérience gustative.

  • 2018, nouvelle année record pour l'Agriculture biologique

    Continuant sur la lancée des années précédentes, l’Agriculture biologique française a poursuivi sa croissance en 2018, avec une surface agricole utile en progression de +17 % et 5.000 producteurs bio supplémentaires, permettant de répondre aux besoins de la consommation intérieure, un marché qui a atteint 9,7 milliards d’euros en 2018.

  • Les prix à la production dépendent peu des prix à la consommation, révèle l'Observatoire de la formation des prix et des marges

    Pour la huitième année depuis sa création, l’Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires, présidé par l’économiste Philippe Chalmin, a rendu son rapport au Parlement. Si l’instabilité est toujours forte au niveau des prix à la production, avec un amont agricole qui peine à couvrir ses coûts de production dans beaucoup de filières, notamment animales, les prix à la consommation demeurent relativement stables depuis plusieurs années.

  • Le Japon, un marché fidèle aux vins de Bourgogne

    En 2018, le Japon conserve sa place de troisième marché export des vins de Bourgogne. L’accord de libre-échange entre le Japon et l’Union Européenne (UE) devrait permettre une amélioration de la situation.

  • Placer plus d’animaux en filières qualité

    Filière qualité, restauration collective, bio, la coopérative Feder est elle aussi bien présente dans les filières offrant des débouchés valorisés,… mais avec en plus, la volonté de lancer une marque ciblant un marché spécifique.

  • Produire du lait non OGM, pourquoi pas moi ?

    A l’heure de la demande sociétale du « manger mieux » et du respect de l’environnement, les laiteries se mettent à la page et ouvrent de plus en plus de filières « non OGM ». Cette proposition fait peur, et pourtant, dans la région, on retrouve déjà du lait sans OGM. Historiquement, la filière Comté, et plus récemment « C’est qui le patron ?! » produisent du lait sans OGM, mais avec une valorisation du lait pouvant aller de 400 à 550 € / 1.000 L. Alors, est-il possible de produire du lait non OGM avec une valorisation du lait standard ?

  • Fin des droits de douane avec le Japon

    Le 12 décembre dernier, le Parlement européen a validé l’accord commercial signé au mois de juillet 2018 entre l’Union Européenne et le Japon. Les droits de douanes (environ 15%) sur les vins seront éliminés à l’entrée en vigueur de cet accord. Ainsi, 205 indications géographiques européennes seront expressément protégées au Japon. L’accord, déjà ratifié au Japon, est entré en vigueur le 1er février 2019.

  • Inauguration de la "Maison Millebuis" à Buxy

    Lorsque l’on dispose de vins, véritables bijoux de la Côte Chalonnaise, logique de leur offrir un magnifique écrin. C’est chose faite depuis le 11 mai dernier et l’inauguration de "La Maison Millebuis" en présence de Miss France 2019.

  • Les agriculteurs multiplicateurs s’adaptent

    A l’occasion de leur congrès qui se tiendra le 7 juin à Poitiers, les agriculteurs multiplicateurs de semences de la FNAMS évoqueront des thématiques d’actualités qui impactent leur activité, comme le changement climatique, parallèlement aux exigences nouvelles comme la réduction des produits phytosanitaires et la montée en puissance du bio.

  • Les aides fiscales pour les personnes âgées

    A l'horizon 2060, un français sur trois sera âgé de plus de 60 ans. Ce constat oblige l'Etat français à mettre en place des aides au profit des personnes dans un état de dépendance, ou des dispositifs permettant également à ces générations d'aider les générations les plus jeunes. AS BFC fait le tour des principales mesures applicables.

  • Avec l'e-commerce des produits d’origine animale, anticiper les risques sanitaires

    Si les ventes en ligne de produits alimentaires d’origine animale ne représentent que de faibles volumes, elles sont amenées à s’accroitre. Pour dresser un état des lieux de ce e-commerce et analyser les risques sanitaires qu’il peut représenter une étude a été menée à la demande du ministère de l’agriculture.

     

  • Le Concours des Grands vins de France est toujours aussi impressionnant !

    Ce n’est pas parce qu’il est saône-et-loirien, mais le concours des Grands vins de France qui s’est tenu à Mâcon ce samedi 27 avril, porte décidément parfaitement son nom. Avec 9.163 vins en lice et 2.212 jurés, ce concours des vins se positionne au dessus de la carte des vins, que ce soit en matière de concours, comme en terme de réputation de sérieux ou encore d’argument de vente pour les vins primés grâce à ses macarons.

  • La conjoncture viticole inquiète la filière

    Les dernières statistiques montrent une baisse des achats en grande distribution, mais aussi une évolution en profondeur des comportements à laquelle les vignerons pourraient avoir à s’adapter.

  • En terme de négociations commerciales, le compte n’y est pas dénonce la FNSEA

    Le ministre de l’Agriculture et la secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie ont réuni le 16 avril un comité de suivi des relations commerciales, pour un premier bilan des négociations commerciales 2019 suite à la loi Egalim. Pour les ministres comme pour les professionnels, le résultat est mitigé et les sanctions seront prises. La nouvelle dynamique doit être poursuivie pour une répartition de la valeur plus équitable vers l’amont de la filière.

Vos annonces légales en ligne au meilleur prix
Publiez vos annonces en quelques minutes et obtenez votre attestation immédiatement

Services

Recevoir la newsletter