• Contrats : un succès et des utilisations très variables selon les filières

    La contractualisation connaît un intérêt grandissant dans le secteur agricole, par exemple dans la filière fruits et légumes frais, qui affiche de grandes ambitions en la matière. Mais son succès est très variable en fonction des filières – obligatoire dans certaines, quasi inexistant dans d’autres – tout comme l’utilisation qui en est faite, ce qui rend les comparaisons hasardeuses. Tour d’horizon.

  • Pour Guillaume Mateuil, « le métier a encore de l’avenir ! »

    Il y a bientôt vingt ans, Guillaume Mateuil avait choisi de s’associer avec ses parents avec seulement 70 charolaises. Depuis, l'éleveur a toujours fait en sorte d’assurer son revenu par la valeur ajoutée et la réduction des charges. Et ça marche !

  • L’INAO face au défi des Etats-généraux de l’alimentation

    Les objectifs de développement des signes officiels de qualité évoqués dans les plans de filière risquent de mobiliser les services de l’INAO. Son président Jean-Louis Piton dit vouloir veiller à ce que ces filières progressent dans la création de valeur mais aussi dans la prise en compte des questions environnementales. 

  • Avril lance une plateforme digitale de tourteaux accessible aux éleveurs

    Avril, leader au travers de sa filiale Saipol de la production de tourteaux de colza et de tournesol, a annoncé le 26 janvier le lancement de FeedMarket.fr, une plateforme digitale de vente de tourteaux et d’huiles végétales brutes pour l’alimentation animale. Destinée aux éleveurs, aux négociants et aux fabricants d’aliment du bétail, cette plateforme « permet de visualiser en temps réel le cours des matières premières ».

  • Didier Touillon à Palinges a opté avec succès pour une fauche précoce

    A Palinges, Didier Touillon a avancé la fauche de ses ensilages d’herbe de trois semaines tout en doublant la surface récoltée. Résultat, son fourrage est d’une qualité telle qu’il n’a plus besoin de donner de concentrés azotés à ses vaches. Cette fauche précoce lui permet aussi de mieux gérer la forte pousse printanière et les bonnes repousses profitent aux jeunes animaux en croissance.

  • Découverte : une enzyme pour fabriquer des biocarburants cellulosiques

    Des chercheurs de l’Inra et du CNRS ont découvert une nouvelle enzyme issue de champignons qui rend possible et moins coûteuse la dégradation en biocarburants de parois des cellules végétales les plus récalcitrantes, a annoncé l’Inra le 30 janvier. Les parois des cellules des végétaux sont constituées d’une matière appelée lignocellulose qui est abondante dans les déchets végétaux, mais très résistante à la dégradation enzymatique. Ce qui rend la production de biocarburants lignocellulosiques trop coûteuse pour l’instant.

     

  • La forte percée de l’éthanol dans l’essence devrait se poursuivre

    L’incorporation de l’éthanol dans l’essence a vivement progressé en 2017 et devrait se poursuivre cette année, selon la collective du bioéthanol, le 30 janvier. Cela grâce à l’ouverture de nombreuses stations-service distribuant des carburants contenant de l’éthanol, à la convergence des taxes entre l’essence et le gazole et à la reprise de la consommation d’essence.

  • Les promotions déplacées d’Intermarché et surtout ses super-marges !

    Dans un climat de tensions entre les acteurs des filières agroalimentaires, du fait des négociations commerciales en cours, et au moment où le gouvernement présente son projet de loi issu des États généraux de l’alimentation, Intermarché crée des émeutes dans ses magasins à cause de promotions à -70 %. Un des slogans de la grande distribution n'est-il pas : "un îlot de pertes dans un océan de profits" ?

  • EGalim : les évolutions sur la version finale du projet de loi

    Tel que présenté en conseil des ministres le 31 janvier, le projet de loi EGalim fait apparaître des modifications notables par rapport à l’une des versions de travail précédente, comme l’ajout de sanctions pour les producteurs qui ne proposeraient pas de contrat dans les filières où il est rendu obligatoire, ou la suppression de la définition du prix abusivement bas. Le gouvernement semble par ailleurs s’offrir une plus grande marge de manœuvre, en retirant l’obligation d’établir des rapports d’évaluation dans les six mois, ainsi que plusieurs mesures du projet de loi pour les renvoyer aux ordonnances.

  • Bilan très positif pour l’agriculture française de la visite d’État en Chine

    La visite du président de la République, accompagné notamment par Stéphane Travert et par Philippe Maugin, p.-d.g. de l’Inra, a eu une "tournure très agricole" qui n’était pas pour déplaire au ministre de l’Agriculture. La plus belle avancée est l’ouverture prochaine du marché de la viande bovine française.

  • Négociations commerciales, interview de Patrick Bénézit, secrétaire général adjoint de la FNSEA

    Alors que les négociations commerciales, commencées début décembre, se déroulent aussi mal que les autres années en dépit de la charte d’engagement et des travaux issus des Etats généraux de l’alimentation, le secrétaire général adjoint de la FNSEA, Patrick Benezit, appelle les FDSEA à s’emparer du sujet pour mettre la pression sur les distributeurs.

Services

Recevoir la newsletter