• Les vœux du Crédit Agricole à ses partenaires économiques

    Le Crédit Agricole Centre-Est délégation de Saône-et-Loire a présenté ses traditionnels vœux aux acteurs économiques du département le jeudi 16 janvier dernier à Mâcon. Comme tous les ans, ce fut aussi l’occasion de faire un point sur l’année écoulée et donner les perspectives de celle à venir.

  • Sécheresses 2019 et 2018 Bilan de deux sécheresses successives

    Après la mobilisation de tous (FDSEA, JA, Chambres d’agriculture) pour faire face à ces sécheresses historiques, l’heure est venue de faire le bilan de ces accidents climatiques qui ont marqué les esprits des agriculteurs(rices) de la Région. Tous les acteurs ont joué le jeu et se sont mobilisés pour apporter un soutien, mais avec le changement climatique, il faudra se mobiliser pour trouver des solutions permettant d’accompagner ces évolutions et avoir ainsi des systèmes d’exploitation plus résilients.

  • Brexit : des négociations sur un accord de libre-échange au pas de charge

    La présidente de la Commission européenne prévient le Premier ministre britannique que le délai de 11 mois prévu pour négocier la relation post-Brexit entre l’UE (Union Européenne) et le Royaume-Uni est extrêmement court. Les États-Unis aussi espèrent rapidement entamer – et conclure – des négociations avec Londres sur un accord de libre-échange.

  • Première rencontre entre le Grand Charolais et l’AER

    Les représentants de l’agence économique régionale, l’AER, sont venus à la rencontre des élus du Grand Charolais le 18 décembre dernier. La visite, qui s’est déroulée de Digoin à Charolles en passant par Paray-le-Monial, a permis de faire le point sur les atouts du territoire et les soutiens possibles de la Région sur différents dossiers et projets de développement.

  • Prix cassés contre adhésion, du nouveau dans la vente de produits bio

    Alors que des voix s’élèvent contre la mainmise de la grande distribution sur le développement du bio et des risques de « conventionnalisation », c’est en ligne que des start-up proposent une commercialisation innovante. Moyennant un abonnement annuel, ils promettent des prix cassés sur des produits bio.

  • Les ventes de phytos en forte hausse sur 2018

    La hausse des ventes de pesticides en 2018 a représenté 21 % en volume, a indiqué le 7 janvier le gouvernement, quand l’UIPP (industriels) l’a chiffrée à 8 %. Une évolution à contre-courant par rapport à l’objectif réaffirmé de -50 % en 2025 via le plan Ecophyto.

  • Filière avicole : Quelles volailles choisir ?

    A l’heure des fêtes de fin d’année, volailles et œufs figurent en bonne place parmi les mets préférés, tout comme le reste de l’année d’ailleurs. Le 17 octobre dernier au lycée de Fontaines, la commission Enseignement de la chambre d’Agriculture de Saône-et-Loire avait organisé une journée dédiée à la présentation complète des filières. Elles sont nombreuses. Il ne s’agissait pas de les classer mais de permettre aux élèves de plusieurs établissements scolaires du département d’envisager des reprises ou investissements en fonction de leurs envies et possibilités futures.

  • Grandes cultures : déclin des oléagineux au profit des céréales et légumineuses

    Entre 2019 et 2030, l’agriculture européenne aura recours à une rotation accrue des cultures avec une augmentation des superficies de céréales et légumineuses. Par contre, les oléagineux suivront une tendance à la baisse excepté pour le soja, explique la Commission européenne dans son dernier rapport sur les perspectives de long terme publié mi-décembre.

  • Bovins viande : le manque de rentabilité accentue les décapitalisations

    Depuis trois ans, la décapitalisation du cheptel allaitant s’accélère, principalement sous l’effet d’une faible rentabilité. C’est ce qui ressort d’une étude de l’Idele (Institut de l’élevage), présentée lors de la conférence Grand angle viande, le 5 décembre. Entre décembre 2016 et décembre 2018, la France a perdu 151.000 têtes, soit une baisse de 4 %.

  • La coopérative Téol se dote d'un plan stratégique pour durer

    Le manque d’herbe dans les élevages n’a pas profité au résultat économique de Téol pourtant spécialisée dans les aliments. Aux côtés de ses adhérents dans une conjoncture difficile, cette coopérative à taille humaine vient de se doter d’une nouvelle feuille de route pour assurer sa pérennité.

Vos annonces légales en ligne au meilleur prix
Publiez vos annonces en quelques minutes et obtenez votre attestation immédiatement

Services

Recevoir la newsletter