• Des volumes importants de blé français à exporter

    La bonne moisson 2019, en quantité comme en qualité, dote la France d’un volume important de blé tendre à commercialiser sur la campagne 2019/2020. Tous les indicateurs sont au vert pour réaliser ce challenge, à condition de savoir saisir les opportunités dans un contexte concurrentiel, indique l’organisme de conseil Agritel.

  • 2019 année de belles moissons

    À l’image de ce qui s’est passé au niveau national, les récoltes départementales affichent les mêmes tendances : une très bonne année au niveau du blé tendre et de l’orge et de grandes disparités au niveau du colza.

  • Une rentrée studieuse pour la section grandes cultures

    Le jeudi 22 aout, la section grandes cultures de la FDSEA a fait sa rentrée avec son premier conseil d’administration après un été sous le signe de la chaleur et de la sécheresse. Les dossiers syndicaux sont nombreux en cette fin août, mais la sécheresse et les ZNT riverain furent au centre des débats.

  • Ambroisie, agir est la seule solution

    L’ambroisie représente un problème sanitaire en puissance dont il faut que chacun prenne conscience. En partenariat avec l’Agence régionale de santé et l’Observatoire des ambroisies, la Fredon Bourgogne a décidé de véritablement prendre le problème à bras le corps et multiplie les réunions d’informations et les actions de sensibilisation auprès des collectivités locales et des différents acteurs économiques du terrain. Parmi ces derniers, les agriculteurs.

  • Une coop de la logistique au conseil

    Rencontre avec Michel Duvernois et Didier Laurency, respectivement directeur et président de Bourgogne du Sud, un entretien qui permet d’avoir une vision plus globale de la politique menée par la coopérative et une analyse de la situation de la part de ces deux hommes très impliqués dans le monde agricole et indissociables de la coopérative pour laquelle ils ont toujours travaillé.

  • La sécheresse impacte certaines cultures

    Alors que les moissons d’orges ont débuté la saison de récolte estivale la semaine dernière en plein épisode caniculaire, les premiers éléments laissent entrevoir quelles seront les quantités et qualités de cette campagne 2019 dans les champs. La sécheresse bien présente n’impacte pas toutes les productions de la même façon.

     

  • Grandes cultures : les zones intermédiaires au bout de leur modèle

    Un rapport du CGAAER (ministère de l’Agriculture) sur les zones intermédiaires (ZI), publié le 18 juin, souligne que leur modèle en grandes cultures « doit évoluer pour éviter de se retrouver dans une impasse ». « Le modèle de production “grandes cultures” couramment pratiqué dans les ZI est arrivé, sur de nombreux points, à son terme », peut-on lire.

  • Bière, une filière mondiale en pleine mutation

    Le « boom » des microbrasseries a entrainé un renouveau du marché de la bière en poussant l’ensemble de la filière à monter en gamme et à se diversifier. Ce phénomène, plutôt rare dans l’agroalimentaire, répond aux attentes des consommateurs en matière d’ancrage territorial, de naturalité mais aussi d’expérience gustative.

  • Colza Réussir l’implantation malgré la résistance des ravageurs

    Après une année dernière extrêmement complexe pour le colza, notamment dans les zones intermédiaires, en lien avec de faibles pluviométries et des attaques de plus en plus soutenues des principaux ravageurs, Terres Inovia diffuse ses bonnes pratiques pour réussir malgré tout à faire lever cette culture : semis précoce, association avec une légumineuse, bonne préparation du sol en amont...

  • « Le glyphosate reste incontournable » pour Éric Thirouin, président de l’AGPB, n'en déplaise aux politiques

    Depuis deux ans, le glyphosate est au centre des débats agricoles, concentrant les critiques dans le débat plus large sur l’utilisation des phytosanitaires. Le gouvernement déclare vouloir interdire l’utilisation d’ici 2021, et prépare déjà l’après glyphosate. Dans ce cadre Eric Thirouin, président de l’AGPB, a été auditionné par l’Assemblée Nationale le jeudi 2 mai 2019.

  • Bourgogne du Sud veut promouvoir le soja français en alimentation humaine avec Selvah

    La mise en service l’automne prochain de l’outil de production Selvah offre de belles perspectives à la fois de diversification et de valorisation pour les cultivateurs locaux. Lorsque l’on sait qu’aujourd’hui 90 % du soja transformé en France est importé, cela donne une idée du potentiel. Un immense marché, valorisant qui plus est puisque tendance.

  • Les agriculteurs multiplicateurs s’adaptent

    A l’occasion de leur congrès qui se tiendra le 7 juin à Poitiers, les agriculteurs multiplicateurs de semences de la FNAMS évoqueront des thématiques d’actualités qui impactent leur activité, comme le changement climatique, parallèlement aux exigences nouvelles comme la réduction des produits phytosanitaires et la montée en puissance du bio.

  • Les mélanges de céréales sont-ils appelés à se développer ?

    Attendue par certains opérateurs, l’évolution de la réglementation a permis, depuis juin 2018, de commercialiser des mélanges de semences de céréales. Si les agriculteurs peuvent y voir une utilité pratique, des freins existent en matière de production et de débouchés.

  • Le maïs semence, technique mais rémunérateur

    Ce n’était pas la vocation première de Val Union de développer le maïs semence, mais dans les années 2012-2013, les circonstances et les aléas industriels en ont décidé autrement. C’est alors que l’orientation maïs semence s'est décidée.

  • En sylviculture, l’éco-reboisement gagne du terrain

    Dans les forêts de Douglas de Saône-et-Loire, la coopérative forestière Bourgogne Limousin développe l’éco-reboisement. C’est une méthode de replantation qui allie la durabilité agronomique, l’intérêt écologique à une moindre pénibilité pour les ouvriers.

Vos annonces légales en ligne au meilleur prix
Publiez vos annonces en quelques minutes et obtenez votre attestation immédiatement

Services

Recevoir la newsletter