• En agronomie, il n'est pas si simple que cela de simplifier

    A Baudrières, Romuald Gros voulait améliorer le potentiel agronomique de ses terres (alluvions argileux, limons et limons sableux). Il a opté pour la simplification du travail du sol : semis directs, strip-till, couverts permanents, semis sous couvert de trèfle… Mais rien n’est simple, même si de nombreux bénéfices sont à la clé.

     

  • Un vrai plan protéines en France, ça doit marcher !

    Le syndicalisme l’affirme haut et fort : un vrai plan protéines en France, ça doit marcher ! Depuis le temps qu’on en parle, il est manifeste qu’il est grand temps d’arrêter de blablater et, enfin, d’agir.

     

     

  • Semences de France : Un développement qui se poursuit

    Avec 150 millions de chiffre d’affaires en 2015-2016, performance qui devrait se maintenir en 2016-2017 malgré la crise qui a touché les grandes cultures, Semences de France poursuit le développement de son plan stratégique et développe de nouvelles activités pour compenser la perte de valeur ajoutée sur les branches les plus traditionnelles.

  • Semences : les trieurs à façon soulignent leur adaptabilité

    Le Staff (Syndicat des trieurs à façon de France) a souligné le 8 juin l’augmentation constante des semences de ferme, liée à l’adaptabilité des trieurs. Capables notamment d’accompagner la tendance aux mélanges de variétés.

  • Semences : La FNAMS veut anticiper les adaptations

    En amont de son congrès, qui se tiendra à Nîmes le 9 juin, la Fédération nationale des agriculteurs multiplicateurs de semences (FNAMS) a fait le point le 24 mai sur la conjoncture, avec des surfaces globalement en hausse, et évoqué son envie de positiver face aux incertitudes que représentent, pour ce secteur de pointe, l’absence de solutions alternatives aux substances actives ou les évolutions de la réglementation.

  • En pleine expansion

    Alors que la tendance est à la hausse des cours depuis maintenant plusieurs années, le syndicat des forestiers privés de Saône-et-Loire, par l’intermédiaire de son président Patrice de Fromont, affiche une certaine confiance en l’avenir.

  • Contrôler l’ascochytose

    L’anthracnose, également appelée ascochytose, est la principale maladie foliaire du pois. La maladie se manifeste en bas de plante sur tige et feuillage. On observe des nécroses brunes violacées sur tige ainsi que des ponctuations noires sur feuilles et gousses. Ce champignon peut progresser rapidement en cas de pluies répétées sur les étages supérieurs (effet splashing).

  • Une étape cruciale

    Très peu exigeante en intrants, sorti du désherbage, la réussite de la culture de soja repose sur une bonne alimentation azotée et hydrique à partir du début floraison. La qualité de l’implantation contribue de manière déterminante sur ces deux critères. C'est une étape essentielle.

  • Gare au sclérotinia

    Le sclérotinia est une maladie peu fréquente, mais qui peut être très nuisible. Les pertes de rendement sont en moyenne de 6,5 q/ha dans les essais menés depuis 2008 et touchés par la maladie. Elles peuvent dépasser 10 q/ha, comme en 2007. En l’absence de maladie visible, un gain moyen de 1.5 q/ha est mis en évidence (synthèse pluriannuelle des essais), rentabilisant le plus souvent l’intervention fongicide (passage et produit). Malgré la faible fréquence d’expression de la maladie, la perte potentielle de rendement et l’absence de solution curative incitent à réaliser une protection préventive au stade G1.

  • Visibles mais pas toujours nuisibles

    La présence, souvent très visible des méligèthes n’est pas toujours synonyme de pertes de rendement. Les éventuels dégâts sous forme de boutons avortés peuvent parfaitement être compensés par l'émission d'autres boutons floraux. Respecter le seuils et si une intervention s’avère nécessaire, alterner les familles chimiques. Un insecte visible qu’il faut donc savoir observer pour raisonner ensuite d'éventuels traitements.

  • A Chalon, une équipe qui gagne

    A Chalon-sur-Saône, troisième étape du Paris-Nice, RAGT Semences a accueilli partenaires et agriculteurs, lors de cette épreuve cycliste renommée.

Services

Recevoir la newsletter