Ovin Elevage Actualité Agenda

5è grande vente d’agnelles de race Mouton Charollais ce 12 septembre !

La 5è édition de la vente d’agnelles organisée par le Mouton Charollais aura lieu à Charolles le 12 septembre prochain. Désormais bien installé dans le calendrier ovin, ce rendez-vous est l’endroit privilégié pour se fournir avec des reproductrices de qualité, référencées et productives.

Le 12 septembre prochain, près de 250 agnelles, toutes issues des meilleurs troupeaux charollais inscrits, seront proposées à la vente sous la halle de Charolles.

Le 12 septembre prochain, l’organisme du mouton charollais organisera à Charolles la cinquième édition de sa vente annuelle d’agnelles. Cette vente de reproductrices pur race a en effet vu le jour en 2015 de la volonté des éleveurs-sélectionneurs de valoriser leurs femelles issues de troupeaux inscrits. Depuis, ce sont entre 250 et 300 agnelles de bonne génétique qui sont ainsi présentées chaque second jeudi de septembre. Une date qui convient bien pour la mise à la reproduction de ces futures brebis, confie Aline Bonnot, directrice de l’OS. Tous les ans, ce sont entre 45 et 58% des animaux qui trouvent preneurs. La première année, un éleveur suisse s’était porté acquéreur d’une cinquantaine de femelles. Une autre année, un nouvel éleveur de la Haute-Marne avait acheté cent agnelles d’un coup, se souvient Aline Bonnot. Au fil du temps, cette vente de septembre est devenue le moyen privilégié pour se fournir en agnelles charollaises de qualité.

Qualités bouchères et maternelles

Pour l’OS, il s’agissait dès le départ de participer à la relance de la production ovine en ciblant notamment les jeunes. Aujourd’hui encore, cette vente s’inscrit dans le programme de reconquête national Inn’Ovin dont l’ambition est de produire +10% d’agneaux en plus en 2020. Un objectif qui passe par un accroissement des troupeaux et qui incite à recourir à des animaux de qualité, argumente Aline Bonnot.

Pour se faire, il y a la station de contrôle individuel de Palinges où les éleveurs ont la possibilité d’acquérir les meilleurs géniteurs mâles améliorateurs en qualités bouchère ou maternelle. Mais la génétique passe aussi par la voie femelle. Pour constituer un bon troupeau, mieux vaut s’équiper de femelles issues de troupeaux sélectionneurs ; à savoir des femelles dotées de références ; qui sont issues d’ascendants améliorateurs en qualité bouchère et maternelle. Dotées de bonne valeur laitière ou fille de bélier qualifié améliorateur boucher, ces femelles pourront elles aussi transmettre ces qualités à leur descendance. Choisir des animaux dotés de référence est plus prudent, argumente ainsi la directrice.

Femelles triées sur le volet

Pour cette cinquième édition, les organisateurs reconnaissent que le contexte est difficile avec une nouvelle sécheresse estivale et un marché de l’agneau moins favorable : cours en baisse, consommation en recul, importations d’agneaux néo-zélandais… Une conjoncture qui devrait se traduire par un tri encore plus sévère des agnelles présentées. Fixé par l’OS, le prix des animaux tient compte de leur valeur génétique. Ces agnelles sélectionnées ont nécessité plus de frais que des agnelles standard, indique Aline Bonnot qui précise que la vente comportera deux catégories d’animaux : des agnelles inscrites et des agnelles pré-inscrites à un tarif inférieur.

Très attendue, cette vente d’agnelles du 12 septembre est un rendez-vous incontournable. C’est là que tous ceux qui souhaitent monter ou agrandir une troupe de brebis charollaise doivent se fournir. En attendant l’évènement, les membres de l’OS Mouton Charollais font passer l’information partout où ils le peuvent. La vente devrait attirer des éleveurs de toute la France et même de l’étranger.

Pour tout renseignements : 06.31.79.27.84 – mouton.charollais@orange.fr

Programme chargé pour cet automne !

L’automne sera chargé pour le Mouton Charollais. La race sera présente au Tech Ovin à Bellac (87) les 4 et 5 septembre. Après la vente d’agnelles du 12 septembre, elle ira à Parthenais (79) entre le 20 et le 22 septembre. L’OS organisera un concours spécial dans le cadre du concours national charolais de Roanne (42) les 27, 28 et 29 septembre. Début octobre, la race sera au Sommet de l’élevage à Cournon (63). Le 12 octobre, ce sera le concours intercantonal de Charolles-Palinges. Enfin, fin octobre, les moutons charollais feront vitrine au salon Agrimax de Metz (57)

Pascal Chaponneau, président de l’OS : « l'atout qualité du mouton charollais promet des perspectives »

« La vente de Charolles du 12 septembre est la seule foire où l’on peut trouver des bonnes femelles charollaises. Toutes les autres foires ne proposent que des mâles alors que nous y rencontrons des éleveurs à la recherche de femelles », rappelle Pascal Chaponneau, président de l’OS Mouton Charollais. « Nous voulons que cette foire s’inscrive dans le calendrier des éleveurs d’ovins et qu’elle devienne un passage obligé pour se fournir en femelles de bonne génétique ». Cette foire est importante aussi pour les éleveurs-sélectionneurs. Car si les mâles trouvent preneurs sans trop de difficulté - le succès du Charollais en croisement ne se dément pas – il est plus difficile de valoriser les agnelles issues de troupeaux sélectionnés. « Beaucoup finissent malheureusement à l’abattoir », regrette le président. Un débouché qui ne couvre pas les frais de sélection engagés, estime-t-il. C’est pour cette raison que les sélectionneurs de moutons charollais conservent des agnelles en vue de la vente de septembre. « Le jour de la vente, elles ont le poids idéal pour la reproduction, tondues, prêtes à être mises au bélier », fait valoir Pascal Chaponneau.

A quinze jours de la vente, le président de l’OS ne nie pas que « tout va plutôt mal en ce moment ». Sécheresse, cours en baisse depuis le 14 juillet, des foires ovines mitigées… Et depuis les dernières expéditions de reproductrices sur l’Iran, la race ne peut plus compter sur l’export qui est au point mort depuis plusieurs mois, regrette Pascal Chaponneau. Pourtant, les responsables du mouton charollais ne désespèrent pas de profiter d’un marché de reproductrices national. Car malgré l’essor de races prolifiques, le mouton charollais a pour lui sa qualité bouchère. « Il est même la race à viande idéale pour un système herbager », assure confiant Pascal Chaponneau.

Vos annonces légales en ligne au meilleur prix
Publiez vos annonces en quelques minutes et obtenez votre attestation immédiatement

Services

Recevoir la newsletter