Actualité Elevage Bovin Allaitant Lait Ovin

Pour l’heure, c’est le statu quo qui résume le mieux la situation sur le front de la FCO sérotype 4

Pour l’heure, c’est le statu quo qui résume le mieux la situation sur le front de la FCO sérotype 4. Avec un peu de mieux tout de même. Ainsi, si les zonages demeurent inchangés, le Festival du Bœuf aura bien lieu sans les animaux de l’Allier et de la Loire, et 74 reproducteurs de Saône-et-Loire sont allés concourir à la finale de Moulins…

 

Statu quo en matière de zonage...

Pour faire face aux situations d'urgence à traiter dans les zones impactées par le BTV 4, la DGAL avait décidé d’avancer la réunion du Conseil national d’orientation de la politique sanitaire animale et végétale (CNOPSAV) au 28 novembre. Une réunion initialement prévue le 6 décembre prochain. Le CNOPSAV a ainsi fait un point de la situation nationale et notamment pour étudier les premiers résultats issus de la surveillance. Sept foyers de FCO sérotype 4 (avec vingt-trois bovins positifs au total) ont été identifiés dans le périmètre d’interdiction ont été détectés par la surveillance programmée et l’enquête épidémiologique. Ils sont tous situés en Haute-Savoie, dans les communes d’Orcier, Lully, Bogève, Lucinges, Saint-Paul-en-Chablais et Larringes, avec un ou deux bovins positifs par cheptel, sauf pour le foyer de Lully où quinze bovins sont positifs dont dix provenant de Corse. Ces foyers modifient le PI (périmètre interdit), mais les ZP (zones de protection) et les ZS (zones de surveillance) ne devraient pas être modifiées avant le 10 décembre. Rappelons que, pour l’heure, la totalité de la Saône-et-Loire est placée en ZS, donc pour une partie de son territoire au-delà des 150 kilomètres réglementaires…

Sous surveillance…

Des décisions de modifications du zonage, de renforcement ou d’allègement des contraintes pourront éventuellement être prises quand tous les résultats de la surveillance programmée (45 élevages par département et vingt animaux par élevage) seront disponibles, ce qui n’est pas le cas à l’heure où nous bouclons cette édition, c’est-à-dire vraisemblablement la semaine prochaine d’après la DGAL. Pas d’information sur la situation en Suisse.

Dans l’Allier, toutes les PCR sont négatives et il est probable que le PI de 2 km soit levé dans les jours qui viennent. L’atelier d’engraissement de veaux pourrait toutefois rester en APMS pour prélèvements complémentaires. Par ailleurs, cinq cheptels ayant reçu des bovins corses, situés dans différents départements, ont été investigués avec des résultats négatifs pour le moment. Enfin, les issues de l’élevage et du centre de rassemblement de Lully étaient ce jeudi toujours en cours d’investigation, 886 animaux dans cent-cinquante-cinq cheptels sur trente-trois départements sont concernés.

Des laboratoires départementaux sont en cours d’agrément pour faire les PCR spécifiques BTV 4 lorsque la PCR de groupe est positive et ainsi réduire les délais de confirmation ou d’infirmation des suspicions au sujet de la FCO sérotype 4. Citons les LDA du Doubs, de l’Ain et de l’Isère qui devraient être opérationnels dès cette fin de semaine.

Quant à l’activité vectorielle en semaine 47 (du 20 au 26 novembre), elle était encore bien réelle, bien qu’elle ait été limitée la semaine précédente.

Et la vaccination…

L’Anses a été saisie en urgence pour estimer la probabilité d’éradiquer la FCO sérotype 4 et émettre des recommandations sur d’éventuelles mesures complémentaires à mettre en œuvre. Deux millions de doses de vaccin Mérial BTV4 devraient être livrées dans quinze jours. Pour l’heure, la vaccination a commencé dans la ZI et les ZP pour prévenir la diffusion de la maladie, où elle est prise en charge par l’Etat. Nous ne disposons pas d’informations sur la vaccination en ZS…

Mouvements limités

Quant aux mouvements d’animaux, pour l’heure, cela ne change pas. Les animaux doivent être vaccinés depuis soixante jours pour sortir de la ZR. Des dérogations sont accordées aux animaux de moins de 70 jours, aux retours de transhumance et aux concours, et aux animaux destinés à être abattus dans les 24 heures.

Les ZSI (zones saisonnièrement indemnes) vont permettre aussi une sortie des animaux (la ZP ne sera quoi qu’il en soit pas éligible à devenir ZSI). La question de la sortie des animaux de la ZS a été posée, ils devront être vaccinés.

Comme déjà signalé, une évolution de la ZS pourrait être envisagée selon les résultats complets de la surveillance. Une fusion des ZP et ZS pourra également être discutée (soit ZP et ZS ne sont pas fusionnées et la vaccination en ZS est volontaire et nécessaire pour sortie de zone : soit les ZP et ZS sont fusionnées et la vaccination est obligatoire sur toute la ZR).

 

Et la suite ?

Et que va-t-il se passer dans les deux années à venir ? Même si les résultats étaient favorables et que l’on parvienne à éradiquer la FCO sérotype 4, la réglementation européenne impose deux années de surveillance sans mise en évidence de la maladie avant de pouvoir lever la ZR… Au cours de cette période, les contraintes aux mouvements continueront donc de s’appliquer.

Du mieux, mais…

Pour les Saône-et-Loiriens, ce statu quo en ce qui concerne le zonage (pour rappel, toute la Saône-et-Loire est classée en ZS) demeure particulièrement contraignant pour les flux économiques, tant liés aux broutards qu’aux reproducteurs. Certes, le Festival du Bœuf charolais se tiendra ce week-end "normalement", même si les animaux inscrits de la Loire et de l’Allier n’y seront pas présents. Certes, les sélectionneurs qui avaient prévu d’aller à la super finale de Moulins ce jeudi 30 novembre, ont pu s’y rendre pour la plupart (soixante-treize animaux issus de vingt-quatre élevages s’y sont rendus, cinq élevages s’étant désistés). Reste que le moral en a pris un sacré coup. Les cours aussi… notamment ceux des broutards. Et désormais les regards de tous se tournent vers la date du 10 décembre pour une éventuelle évolution de ce zonage…

Services

Recevoir la newsletter