Viticulture Pratique Actualité

Une volonté agroécologique, deux approches du travail du sol

Deux jeunes vignerons de Lantignié présentent leur méthode de travail pour entretenir leurs sols.

Pierre Alexandre Gauthier utilise un chenillard pour travailler les sols des vignes en coteaux.

Le 11 avril, l’ODG beaujolais – beaujolais-villages, en partenariat avec la chambre d’agriculture du Rhône et le lycée Bel Air à Saint-Jean-d’Ardières, organisait une journée sur l’agroécologie. Au programme, des témoignages de professionnels qui réussissent à tirer profit de leurs démarches agroécologiques de manière collective.
L’après-midi, au cœur des parcelles, les organisateurs ont choisi de faire témoigner deux vignerons de Lantignié (Beaujolais) : Pierre-Alexandre Gauthier du domaine de Colette et Quentin Perroud du château du Basty. C’est justement au sein de cette commune que l’association « Vignerons et Terroirs de Lantignié » a été constituée il y a plus de deux ans maintenant. Pour leur projet de montée en gamme des vins de Lantignié, la trentaine de viticulteurs et adhérents à l’association a décidé d’associer une dimension agroécologique à leur cahier des charges, progressive, en trois étapes. Depuis le 31 mars 2018, l’utilisation d’engrais chimiques de synthèses est interdite pour la production de vins. A partir du 1er janvier 2020, les produits phytosanitaires de synthèses, hors herbicides, seront ensuite bannis. Enfin, trois ans plus tard (2023), les désherbants seront à leur tour proscrits. L’entretien des sols constituait justement le principal sujet des échanges entre les opérateurs et les deux témoins. Car si leur volonté agroécologique est identique, seule leur approche technique les différencie, tout autant que la configuration de leur outil de production.

Chenillard et tracteur vigneron

Installé avec ses parents, Pierre-Alexandre Gauthier travaille ses vignes dont la plupart des surfaces est plantée sur des pentes, certaines atteignant 30 % de dénivelé, voire plus. « Nous allons obtenir la certification HVE niveau 3 prochainement. Cependant, le label AB n’est pas envisageable avec ces coteaux, ce qui ne nous empêche pas d’adopter des méthodes similaires à l’AB pour les traitements de la vigne et l’entretien des sols. Mes parents ont toujours conservé des haies et des arbres autour de leurs parcelles », présentait le jeune vigneron. Le domaine de Colette a notamment investi dans un chenillard pour dompter ces coteaux et travailler les sols sous le rang. « Depuis deux ans, nous utilisons aucun désherbant et nous semons de l’avoine sur l’inter-rang. C’est plus souple et moins cher. Sous le rang, nous travaillons les sols à l’aide du chenillard, uniquement à la montée », exprimait Pierre-Alexandre Gauthier, devant une parcelle restructurée mais avec une densité de plantation élevée (8000 ceps/ha). « C’est notre choix. Pour faire des vins de meilleure qualité encore, nous préférons avoir moins de charge sur nos ceps. Actuellement, nous menons des expérimentations pour gérer au mieux la vigueur », annonçait-il.


Quelques minutes plus tard, le groupe se viticulteurs se rendait dans une des parcelles de vignes du château du Basty, située en contre-bas du premier domaine visité. Autre configuration et donc autre approche. Pas de pente ou presque, des rangs plus longs pour certaines parcelles et des inter-rangs plus larges (2 m). « Nous avons beaucoup restructuré nos parcelles ces dernières années », confiait Quentin Perroud. Pour entretenir ses sols, le domaine utilise un tracteur vigneron, munie d’une charrue à disques. « Même si ce n’est pas un concours de vitesse, une heure et trente minutes est nécessaire pour entretenir nos sols sur un hectare, sachant qu’il y a une bande enherbée au milieu du rang. Dans cette configuration, nous avons remarqué qu’il y a plus de vie dans les sols. Les vers de la grappe sont également moins présents et, globalement, nous réalisons moins de traitements », résumait le jeune vigneron de Lantignié.
David Duvernay

Vos annonces légales en ligne au meilleur prix
Publiez vos annonces en quelques minutes et obtenez votre attestation immédiatement

Services

Recevoir la newsletter