Environnement Valorisation

Philippe Camburet, président de Bio Bourgogne Pour une bio en phase avec les besoins des territoires

À l'occasion de la parution de l'Observatoire régional de l'agriculture biologique en Bourgogne Franche-Comté, nous avons posé trois questions à Philippe Camburet, président de Bio Bourgogne.

Philippe Camburet et toute l'équipe de Bio Bourgogne

Les chiffres 2017 de l'OPAB BFC 2018 rassurent quant à la pérennité de la dynamique des conversions. Cette tendance forte doit pleinement vous satisfaire ?

Philippe Camburet : En fait, nous rattrapons notre retard… En Bourgogne l'agriculture biologique concerne désormais 100.000 hectares, ce qui correspond à 7 % de la sole totale. Certaines politiques d'incitation à la conversion ont un effet levier important, comme celle de l'Agence de l'eau . Certaines Communautés de communes aussi vont dans le sens des conversions quand elles travaillent à relocaliser les approvisionnements, notamment pour les cultures maraîchères. Ces politiques s'accompagnent aussi de formations pour les cuisiniers des collectivités et encouragent le développement de groupements d'achat. C'est un vrai défi pour Bio Bourgogne qui est missionné pour organiser ce type de relocalisation. Une nouvelle convention signée avec la Communauté de communes de Beaune prévoit ainsi l'introduction de 20 % de produits bio dans les cantines. C'est un travail de longue haleine qui demande aussi de sensibiliser les parlementaires et tous les acteurs de la restauration hors foyer. Maintenant il faut savoir que l'essentiel des conversions se fait dans des filières longues, ce qui nécessite un accompagnement spécifique et des outils adaptés. Enfin, une dynamique soutenue de conversion entraîne nécessairement une dynamique d'accompagnement tout aussi soutenue et des moyens afin que les systèmes bios conservent leur cohérence et soient économiquement rentables.

Quelle est la marge de progression de l'agriculture biologique en France et comment se situe-t-elle, face au défi du développement d'une bio européenne et mondiale, très présente sur les marchés, portée par les grandes surfaces qui ont rapidement investi ce créneau porteur ?

P.C. : La bio en France bénéficie encore d'une grande marge de progression, mais face à la concurrence de l'extérieur nous avons tout intérêt à jouer la carte de la différenciation par la territorialisation des productions. Il y a un gros travail à mener aussi sur la réintroduction ou le développement de certaines productions. De même, le soja a une carte importante à jouer pour un rééquilibrage protéique dans l'alimentation humaine. Maintenant, il faut aussi que les moyens techniques et la recherche suivent et accompagnent la progression de l'agriculture biologique. La priorité pour l'agriculture biologique française c'est d'abord d'arriver à satisfaire les besoins locaux. Sa logique de développement n'est pas celle des grands marchés, mais celle d'une réponse aux attentes d'une consommation locale et territoriale. D'ailleurs beaucoup de conversions s'accompagnent d'un projet de vente directe ou de commercialisation en circuit court.

Développer la bio par la territorialisation des productions, suppose d'amener les systèmes à la plus grande autonomie possible. La sécheresse persistante et l'été caniculaire, ont mis à mal les productions fourragères en bio comme en conventionnel, comment amener les exploitations à plus de résilience ?

P.C. : La bio doit être d'autant plus ancrée dans les territoires qu'elle peut être intégrée à toutes les stratégies locales qui concernent la protection de l'eau, la préservation de la biodiversité, la santé… L'autonomie alimentaire, la diversité des assolements, l'allongement des rotations sont constitutifs de la performance des systèmes bio, mais cette année la sécheresse persistante et l'été caniculaire ont mis à mal les systèmes bios comme les systèmes conventionnels. Le manque de fourrages bio a nécessité d'accompagner des demandes de dérogations permettant d'introduire dans les rations une part de fourrages non bio. Mais la production fourragère ne concerne pas que les exploitations d'élevage, les exploitations de grandes cultures bios intègrent également une large part de cultures fourragères. Ces cultures indispensables à l'équilibre agronomique des systèmes de production sont exclues du cadre assurantiel. Pour pallier ce manque à gagner évident, il serait bon d'engager une réflexion sur une forme d'ICHN végétal. Économiquement, un agriculteur biologique raisonne différemment, il ne vise pas la performance, mais il travaille sur la durée en considérant sa marge rotationnelle. Une rotation sur dix à douze cultures permet de lisser le résultat en répartissant les risques. C'est là que se situe la plus forte résilience des systèmes bio et c'est ce qu'il nous faut préserver. Dans la prochaine Pac nous espérons pouvoir défendre l'apport de la bio en termes de services environnementaux à rémunérer, mais en attendant, il faudra bien trouver une solution de remplacement à l'aide au maintien si l'on veut que la bio conserve ses spécificités, ses atouts et son attractivité.

Propos recueillis par Anne-Marie Klein

Des indicateurs toujours au vert

L'édition 2018 de l'observatoire des porductions Bio (l'OPAB) embrasse l'ensemble de la grande région Bourgogne Franche-Comté, qui se hausse désormais au 8ème rang des régions françaises en nombre de fermes biologiques. Terre d'élevage, comme le rappelle ce document, la Bourgogne Franche-Comté comptait en 2017 plus de 900 exploitations de polyculture-élevage et élevage. En seconde puis en troisième position arrivent la viticulture et les grandes cultures. Les chiffres clés de 2017 font apparaître 2.047 fermes bios en Bourgogne Franche-Comté, soit 7,3 % du nombre total d'exploitations. Avec 136.890 hectares de SAU bio, dont 48.220 en conversion, la bio représente 5,3 % de la SAU régionale.

Force est de constater que depuis 2015, la dynamique des conversions ne fléchit pas (247 nouvelles fermes), dans un paysage bio très diversifié et les chiffres de 2018 confirment une tendance pour le moment bien installée. Tous les départements de Bourgogne Franche-Comté profitent de cette dynamique. Si la Haute-Saône (+20 %) et le Jura (+17 %) connaissent les plus fortes progressions, plus de la moitié des surfaces certifiées en bio sont désormais regroupées dans trois départements : la Haute-Saône, la Côte d'Or et l'Yonne.

C'est dans les fermes possédant au moins un atelier d'élevage que la dynamique est la plus forte, surtout en lait bio, soutenue par une forte demande et favorisée par des systèmes allaitants herbagers déjà proches parfois de l'agriculture biologique. Le secteur des grandes cultures continue aussi sa progression et les installations de maraîchage également, 2017 se distinguant comme une année record avec 31 installations dans cette filière de production.

Les conversions restent importantes et constantes en viticulture, en dépit des conditions de productions très difficiles jusqu'en 2017.

Peu d'arrêts ont été enregistrés en 2017 (17 pour toute la grande région) et peu sont liés à des problèmes techniques ou économiques, mais plutôt à des départs en retraite avec perspective de reprise de l'exploitation en bio. Ces bons chiffres confirment pour les rédacteurs de l'OPAB BFC, la réalité d'une transition durable vers le mode de production biologique.

La Bio en Saône-et-Loire

Le rythme de conversions amorcé en 2015 et 2016 s’est poursuivi en 2017. On compte aujourd’hui
312 fermes bio ou en conversion sur le département. Les surfaces conduites en bio s’élèvent à
12.800 ha, dont 5.600 ha en conversion.
A l’image de l’agriculture du département, les secteurs les plus dynamiques sont l’élevage et
la polyculture-élevage, la viticulture et le maraîchage. Dans cette dernière production, les
installations de personnes non issues du milieu agricole sont toujours nombreuses.
Cette année, on compte cinq arrêts d’activité en agriculture bio. Trois fermes ont été cédées en
polyculture-élevage : deux pour départ à la retraite, reprises en bio, une dernière dont les
surfaces sont retournées en conventionnel pour l’agrandissement d’autres fermes. On recense
aussi un arrêt en maraîchage et un arrêt en viticulture pour des raisons techniques.
Malgré tout, la courbe des conversions s’élève d’année en année, poussée par la demande du
consommateur et la conjoncture économique. En Saône-et-Loire, comme ailleurs, la prise de
conscience de l’impact des produits phytosanitaires contribue à cette évolution. L’année 2018
annonce des chiffres similaires pour le développement de la bio.

Chiffres clés :

Fermes & domaines bio : 312 dont 45 nouvellement notifiés en 2017
• SAU bio : 12.802 ha dont 5.606 ha en conversion

Vos annonces légales en ligne au meilleur prix
Publiez vos annonces en quelques minutes et obtenez votre attestation immédiatement

Services

Recevoir la newsletter