Viticulture Economie

Heureusement que les vins et spiritueux portent le commerce extérieur français !

En juin dernier, nos échanges extérieurs du secteur agro-alimentaire atteignaient 433 M€, soit un recul de 45 M€ sur juin 2016. Les exportations qui ont progressé de 137 M€ par rapport à juin 2016, ne compensent cependant pas l’augmentation des importations, + 182 M€ ; le solde s’avère encore déficitaire de - 72 M€.

Sur l’ensemble du 1er semestre, l’excédent de nos échanges ressort à 2,12 Mrds d’€ contre 3,41 fin juin 2016, la hausse des produits transformés, 2,71 Mrds € contre 3,41 un an auparavant, ne réduisant pas l’effondrement des produits bruts dont le solde positif des 6 premiers mois de 2016, 1,12 Mrds €, se transforme en un déficit de 584 M€. A l’origine de la chute du bilan des produits bruts, on trouve toujours celles des exportations de céréales qui sont passées 3,79 Mrds à 2,54 Mrds, laissant un solde positif de 2,28 Mrds €, contre 3,58 pour les 6 premiers mois de 2016.

L’excédent de nos échanges pour le 1er semestre est à porter essentiellement au crédit des vins et spiritueux dont les exportations ont encore augmenté de 12 % pour les premiers et de 5 % pour les seconds, en juin 2017. Ainsi, le solde positif des vins et Champagne atteint-t-il 3,8 Mrds € pour le premier semestre contre 3,34 l’an dernier, même période, tandis que les spiritueux progressent de 1,35 à 1,49 Mrd €. Le dynamisme des exportations du secteur s’exprime notamment vers les Etats-Unis et l’Asie. La Fédération des exportateurs de vins et spiritueux qui livrera prochainement une analyse détaillée de ces exportations pourrait envisager un nouveau record pour l’exercice 2017. L’un des faits marquants de ce demi-exercice est aussi la dégradation des échanges avec l’U.E, l’excédent tombant de 613 M à 90 M €.

Services

Recevoir la newsletter