Viticulture

Viré-Clessé peut produire des vins levroutés et demi-secs !

Depuis juin, les producteurs de Viré-Clessé ont l'autorisation officielle de l'INAO de produire du Viré-Clessé mention « levrouté » et « demi-sec ».

Autre bonne nouvelle en perspective, l'arrivée imminente de premiers crus du côté de l'AOC pouilly-fuissé...

Jusqu'à présent, l'appellation viré-clessé bénéficiait d'une dérogation au cahier des charges pour produire des vins dits « Levrouté », c’est-à-dire contenant des sucres résiduels. L'arrêté du 26 avril 2018 est venu modifier le cahier des charges de l’AOC, en officialisant l'autorisation, pour les producteurs de l'appellation, de produire du Viré-Clessé « Levrouté » et « demi-sec ». Pour eux, c’est la reconnaissance d’une pratique traditionnelle !

Ces vins moelleux doivent être différenciés des vins liquoreux. Ici, la production n’est pas systématique : il faut que les conditions climatiques soit optimales. En 2017, par exemple, ils étaient une petite poignée de producteurs à se lancer dans la production de ces deux types de vin :
- Viré-Clessé « demi-sec » : ils ont une teneur en sucre inférieure à celle des Viré-Clessé « levroutés », mais supérieure à l’AOC Viré-Clessé : entre 4 et 8 grammes par litre.
- Viré-Clessé « levrouté » : tout commence dans les vignes, où les conditions de récolte des vins levroutés sont plus strictes. Selon, le Journal Officiel du 3 mai 2018, « les vins susceptibles de bénéficier de la mention « levrouté » sont issus de raisins récoltés manuellement. ». La teneur en sucres de ces vins doit être comprise entre 8 et 18 grammes par litre. Ces vins « font l'objet d'un élevage au moins jusqu'au 1er février de la deuxième année qui suit celle de la récolte ».

Pourquoi parle-t-on de vins « levroutés » ? Ce terme est propre au Mâconnais. Ici, la pourriture noble (Botrytis Cinerea) donne une couleur aux raisins qui rappellerait le “pelage du lièvre”. Quelles caractéristiques au niveau de la dégustation ? Pour Franck Michel du domaine Michel, vice-président de l'ODG et qui a porté le dossier auprès de l’INAO, « ces vins sont certes moelleux, mais ils révèlent une grande fraîcheur et une belle minéralité, en restant donc très équilibrés ». Le viré-clessé « demi-sec » présente souvent des arômes de fleurs blanches et de fruits confits. On retrouve également des arômes floraux en dégustant du Viré-Clessé « levrouté », auquel s’ajoutent les fruits murs et le miel.

Services

Recevoir la newsletter