Viticulture Economie

La France voit monter la concurrence sur les marchés des vins

La France reste l’origine la plus présente sur le marché du vin dans les principaux pays consommateurs, mais elle est talonnée par l’Australie et le Chili et surtout par l’Italie, a indiqué l’agence de marketing Sopexa le 18 septembre, diffusant son étude annuelle sur la perception du marché par les opérateurs. Mais face à ce défi de la concurrence, la France pourrait tirer parti du fort engouement mondial pour les vins régionaux et originaux.

L’origine « France » reste très cotée sur le marché du vin. Elle est prépondérante dans les linéaires de six pays consommateurs représentatifs (Belgique, Canada, États-Unis, Japon, Chine, Hong-Kong), mais elle est talonnée, surtout par l’Italie, par l’Australie et l’Espagne, et parfois le Chili et la Nouvelle-Zélande. Telle est la grande ligne de l’enquête annuelle de Sopexa, le Wine trade monitor, réalisée ce printemps auprès de 781 importateurs, grossistes, acheteurs des enseignes de distribution et cavistes de ces six pays, et présentée le 18 septembre.

Les vins français sont référencés par 92 % des professionnels interrogés. Cette première place sur le podium sera-t-elle maintenue à moyen terme ? La moitié des sondés pensent que la France restera la première origine référencée d’ici 2020. L’autre moitié ne partage pas ce sentiment. Les composantes de l’image « France » sont ainsi analysées par Sopexa : les vins français sont réputés « pour les grandes occasions », ils sont renommés pour leur prise en compte du développement durable et sont plébiscités pour leur qualité gustative.

La diversité des cépages italiens séduit

Mais les plus belles perspectives de progression sont pour les vins italiens, surtout au Canada, en Belgique et en Chine, indiquent les professionnels à travers cette enquête. Les vins italiens offrent « une extraordinaire biodiversité de cépages autochtones », a expliqué Andrea Ferrero, directeur d’un consortium italien interprofessionnel. En Chine, les vins italiens gagnent en visibilité et cette tendance se confirme, parce qu’ils sont cités dans les trois meilleures progressions des ventes d’ici 2020, par 42 % des répondants. Sur le marché chinois, la France est talonnée par l’Australie : 89 % des sondés référencent des vins français et 55 % référencent des vins australiens.

L’essor des vins régionaux du monde

Malgré l’avancée prévue des vins italiens, la France peut miser sur une nouvelle tendance qui émerge, l’engouement pour les vins régionaux. « Les régions font de plus en plus vendre, c’est un positionnement reconnu et accepté », selon François Collache, directeur commercial pour les boissons chez Sopexa. Le positionnement régional « est la catégorie qui va le plus progresser sur l’ensemble des marchés », selon l’étude de Sopexa. Cette catégorie « est de loin la plus prometteuse en Chine et à Hong-Kong ». Ces vins régionaux, ce sont entre autres les vins de Bordeaux, de la vallée du Chianti, l’appellation Rueda espagnole… et les vins de Loire.

Or justement, « la Loire a conquis les Américains », a ajouté François Collache. « Les États-Unis en pincent pour le chenin », cépage de vin blanc originaire du Val de Loire, qui est une alternative au chardonnay, et qui intéresse les sommeliers américains. Ces derniers apprécient de plus en plus les vins de Vouvray, qu’il s’agisse des vins blancs tranquilles ou du crémant de l’appellation ligérienne. Une information à prendre en compte à l'avenir pour défendre les positions de la Bourgogne sur ces marchés.

Services

Dossiers

Recevoir la newsletter