Loisirs

L’art de marier culture et gastronomie

"Beaujolais en Scène et en Musique" est un festival de théâtre et de musique organisé en été dans cinq beaux domaines et châteaux de la région. Le principe est extrêmement simple : chaque viticulteur invite le public à découvrir un spectacle de grande qualité, entre ses murs intimistes et ses vignes chantantes, avant d’offrir une dégustation de ses meilleures cuvées ainsi qu’un grand apéritif dînatoire.

Le château sera l'hôte du festival pour la septième année consécutive.

Au carrefour du classique, du jazz, des musiques du monde et du théâtre contemporain, cette quatorzième édition du festival "Beaujolais en Scène et en Musique" ouvrira les portes de l’art et du vin pour qu’encore une fois cet été, à la tombée de la nuit, le Beaujolais soit en fête. Cet événement débutera le jeudi 26 juillet au château de l’Hestrange, à Blacé, en compagnie de L’archivolte trio. Il présentera des œuvres de Telemann, Bach et Haendel sur la thématique Leipzig en 1730. Il faudra attendre le samedi 4 août pour assister à la prestation du chœur norvégien de Stavanger Symfonikor. Ce dernier se produira au château de Lacarelle situé à Saint-Etienne-des-Oullières. A peine le temps de souffler que le public est invité à changer complètement d’horizon et d’univers en compagnie du Broadway Station Jazz Ensemble. Lequel fera la part belle à Barbra Streisand et Frank Sinatra le vendredi 10 août au domaine du Baron de l’Ecluse à Odenas.

Ultime rendez-vous en Saône et Loire

Nouveau virage à 180° le mardi 21 août avec, cette fois, L’aigle à deux têtes. Une pièce de théâtre de Jean Cocteau proposée par la compagnie des Perspectives au château de Champ-Renard à Blacé. L’édition 2018 se conclura en Saône-et-Loire - lors de l’unique rendez-vous dans notre département - le dimanche 26 août. Le château des Gimarets accueillera à Romanèche-Thorins un événement baptisé "Fauré sous les étoiles". Le violoncelliste Xavier Gagnepain et le pianiste, Jean-Michel Dayez inviteront à découvrir pendant un peu plus d’une heure l’univers musical de Gabriel Fauré, compositeur moderne. Célèbre pour sa Pavane qui marqua le vingtième siècle, Gabriel Fauré fut l’élève de Camille Saint-Saëns mais aussi un grand précurseur de Claude Debussy et Maurice Ravel, qui se révèleront quelques années plus tard. « C’est la septième édition à laquelle nous participons » précisent les propriétaires des lieux, Nathalie et Eric Boyer. « La passion de la région, du vin, de l’art et de la musique relie les différents domaines qui participent à ce festival. »

Pratique

Chaque spectacle, programmé à 20h, est suivi d’une dégustation des vins du domaine. Les spectacles sont majoritairement en extérieur. Il est vivement conseillé de prévoir des vêtements chauds. A noter qu’il y a une solution de replis en cas de forte pluie. Les places sont assises et non numérotées. Les chiens ne sont pas admis.

Tarifs : 90 € (Pass Tout Festival), 25 € (plein tarif sur place), 23 € (plein tarif en ligne), 15 € (tarif réduit étudiant) et gratuit (moins de 18 ans).

A la découverte du château des Gimarets

Cela fait maintenant plus d'une décennie que le couple a repris l'exploitation.

Les traces du château des Gimarets remontent au dix-septième siècle, sous le règne de Louis XIV. C'est l’époque des mousquetaires du roi, des jardins de Le Nôtre, du théâtre de Molière, de la musique de Lully et des peintures de Georges de la Tour, Rembrandt… Le château a été édifié pour recevoir un notable, en charge de la proche commune de Romanèche, sur le lieu dit les Gimarets ou Gimarais – deux orthographes figurant dans le cadastre – à l’emplacement d’une villa romaine. Dès son origine, les vignes entourent la propriété. Suite à un incendie, le château est détruit en 1780. Monsieur Louis Chaumet, procureur de la République à Mâcon, acquiert la propriété et reconstruit en 1810 une bâtisse bourgeoise dans le style romantique dont des toits et la symétrie des fenêtres en sont la spécificité. Les initiales LC figurent toujours sur la balustrade du perron. De forme carrée, située dans un parc d’un hectare aux arbres centenaires, la bâtisse est orientée, face à son vignoble, vers le moulin-à-vent tout proche. Nathalie et Eric Boyer occupent la propriété depuis plus d’une décennie et exploitent 3,5 hectares  de vignes exclusivement sur l’appellation moulin-à-vent. Le parcellaire est d’un seul tenant autour du château. Le domaine produit trois vins qu’il sera possible de déguster le 26 août prochain : Tradition, L’esprit de ma terre et Fût de chêne.

Services

Recevoir la newsletter