Actualité Département Région BFC Ovin Elevage

Retour sur la finale régionale des Ovinpiades à Charolles

Les 13e Ovinpiades des Jeunes bergers ont débuté. La finale pour la Bourgogne se déroulait jeudi dernier au Pôle ovin sur l’exploitation du lycée de Charolles. Retour sur une finale qui a comme un air de déjà vu...

 

Compétition organisée par Interbev Ovins et l’ensemble de la filière, les Ovinpiades des Jeunes bergers visent à promouvoir le métier d’éleveur ovin et à susciter de nouvelles vocations auprès des élèves des établissements agricoles. Organisée sur la ferme ovine du lycée agricole de Charolles le 18 janvier, la treizième finale territoriale de Bourgogne a réuni quelque 82 élèves, âgés de 16 à 24 ans, issus de six établissements d’enseignement agricoles, en l’occurrence le Legta du Morvan à Château-Chinon (58), la MFR Jovinien à Villevallier (89), le CFA de Fontaines (71), le Legta de Nevers-Challuy à Challuy (58), le lycée agricole La Barotte à Châtillon-sur-Seine (21), le CFA de Saône-et-Loire à Gueugnon (71) et la MFR de Quetigny (21).

A cette occasion, ont été désignés comme meilleurs jeunes bergers de Bourgogne, Louis de Givry, du lycée agricole de la Brosse à Auxerre, et Corentin Albert, du lycée agricole de Nevers-Challuy. Tous deux iront ainsi à la finale nationale pour y représenter la Bourgogne. Et tous deux y ont déjà participé… Ils tenteront de conquérir le titre national de Meilleur jeune berger 2018 face aux trente-six autres candidats sélectionnés, eux aussi, pour la finale nationale qui se déroulera le samedi 24 février, dans le cadre du prochain Salon international de l’Agriculture, sur le Grand ring dans le Hall 1.

A noter que la meilleure bergère est Amanda Gallant, également du lycée de la Brosse, qui finit en quatrième au classement général.

Enfin, le challenge du meilleur lycée a été remporté par le CFA de Fontaines.

Porter haut une filière qui recrute

Depuis quelques années, la filière ovine cherche à susciter des vocations parmi les jeunes. A cet égard, les Ovinpiades des jeunes bergers sont un des symboles de cette volonté d’installer des nouveaux éleveurs de brebis en France. De fait, au cours des quinze prochaines années, 61 % des éleveurs de brebis allaitantes et 39 % des éleveurs de brebis laitières partiront à la retraite. Pour assurer le renouvellement de ses générations mais également le maintien de sa production, la filière ovine doit donc installer près de 10.000 éleveurs dans la prochaine décennie. Aussi, les Ovinpiades des jeunes bergers sont-elles une invitation à découvrir le métier d’éleveur ovin de l’intérieur, à travers de gestes concrets et d’échanges avec des professionnels. Ces cinq dernières années, le concours a permis à plus de 5.000 élèves de manipuler des brebis et de se projeter dans cette production qu’ils ne connaissent peu ou pas du tout, et en même temps d’en avoir une image plus positive. Outre la technicité et la modernité de cet élevage, ils découvrent aussi son potentiel : organisation du travail, équipement, aide à l’installation, conduite d’élevage…

Un concours d’affiche aussi…

Depuis 2010, les établissements agricoles peuvent également participer aux Ovinpiades collectives. Cette épreuve mêle production ovine et communication et permet à des élèves d’un même établissement de réfléchir ensemble autour d’un sujet différent chaque année et de montrer leur créativité en construisant un argumentaire et en réalisant un support de communication. Cette année, les élèves pouvaient exprimer toute leur créativité en réalisant l’affiche officielle des Ovinpiades des Jeunes bergers 2019 (lire notre édition du 5 janvier en page 4).

Les projets sont pour l’heure soumis au vote du public, sur la page Facebook des Ovinpiades. Les dix projets seront aussi présentés sur le site www.inn-ovin.fr/ovinpiades-des-jeunes-bergers/. Les plus plébiscités - c’est-à-dire ceux ayant obtenu le plus de "like" sur Facebook - seront retenus pour la finale le 24 février prochain, et soumis, dans un second temps, à un double vote : celui des visiteurs du Salon de l’agriculture et celui d’un jury de professionnels de l’élevage et de la communication pour l’élection du projet gagnant.

Services

Recevoir la newsletter