Elevage

Charolais France, confiante dans le futur

Le nouveau règlement zootechnique européen a rebattu les cartes du dispositif génétique français. La première des races à viande n’a pas échappé à ces turbulences d’inspiration libérale. Mais les éleveurs charolais ont tenu à préserver l’unité de l’OS historique et c’est une race reboostée et confiante en l’avenir que représente désormais Charolais France.

Soutenus par la très grande majorité des éleveurs charolais, Florence Marquis, directrice et Hugues Pichard, président de Charolais France sont parvenus à impulser un nouveau départ à Charolais France.

Destiné à harmoniser la libre circulation de matériel génétique entre pays, le nouveau règlement zootechnique européen est entré en vigueur le 1er novembre 2018 avec un certain nombre de conséquences sur la sélection raciale. Dans la race charolaise, cette décision européenne d’inspiration libérale a fait naître un second organisme de sélection. Mais, à l’exception d’un membre, tous les fondateurs de l’organisme de sélection (OS) historique ont fait le choix de rester unis au sein de Charolais France avec cette volonté de préserver à tout prix l’unité charolaise. « La très grande majorité des éleveurs nous ont demandé de garder la race unie », confie le président de Charolais France Hugues Pichard, ajoutant que « l’OS historique a finalement réussi à garder 93% de la race autour d’elle, sans aucun clivage ». Charolais France est aujourd’hui constituée des entreprises de sélection Herd Book Charolais, Charolais Univers ainsi que des acteurs partenaires : label rouge Plaisir Charolais, AOC Bœuf de Charolles, Institut Charolais, Coop de France, France Conseil Elevage, Elvéa France, Chambres d’agriculture, Fédération des Stations, Charolais Expansion.

Charolais France se veut une organisation ouverte. « Nous avons voulu que chaque éleveur puisse avoir le même accès à la charolaise, quel que soit le mode de reproduction qu’il choisit (insémination ou monte naturelle). Quel que soit le programme de sélection, vous êtes le bienvenu à Charolais France et vous avez votre place dans notre livre généalogique », fait valoir Hugues Pichard.

Quête de valeur ajoutée

Forte du soutien de 93% de la race, Charolais France aborde cette nouvelle ère avec une volonté d’orienter la génétique vers le futur. Il s’agit pour l’OS « de créer une génétique avec de la valeur ajoutée ; au service de la filière, des consommateurs et des éleveurs », annonce Hugues Pichard. L’OS se veut « une organisation structurée autour d’un projet de filière. Elle adopte une nouvelle gouvernance avec deux pôles. Un pôle développement regroupant l’ensemble des entreprises de sélection. Un pôle valorisation regroupant l’ensemble des acteurs partenaires de l’OS », détaille la directrice Florence Marquis. Dans cette nouvelle optique, la tendreté de la viande (persillé, qualité) fera partie des axes de recherche, cite en exemple Hugues Pichard. Une commission « Recherche et Développement » a été créée à cet effet, complète la directrice. Une autre commission sera dédiée à la promotion de la race et des éleveurs, sous la responsabilité de l’Institut Charolais. Enfin, une troisième commission « orientation » s’appuiera sur les données NORMABEV, informe Florence Marquis.

La diversité est une force

Forte de ses 1 million 600.000 vaches, la charolaise entend bien miser sur sa diversité. « Selon les régions, les terroirs, il n’y a pas une mais des charolaises que les éleveurs ont adaptées à leurs marchés, aux débouchés », explique le président. Une réalité de terrain qui va à l’encontre d’une tentation d’homogénéisation ou d’une standardisation qui serait une erreur stratégique, estime Hugues Pichard. Cela souligne aussi l’intérêt de préserver la capacité d’adaptation et la liberté des éleveurs, défend-il. Une aptitude liée à la diversité de souches de la charolaise et qui permettra de continuer de segmenter la génétique pour répondre à tous les marchés, estime le président.

Un charolais facile à élever

Forte de sa diversité, la race doit cependant répondre « au bon modèle économique pour l’éleveur », fait remarquer le président. Pour cela, il faut faire le charolais le plus économique possible et donc le plus facile à élever, estime-t-il. Dans cette recherche, la race peut se prévaloir de « sa meilleure aptitude à valoriser l’herbe, les fourrages et à transformer la cellulose », pointe Hugues Pichard. Le succès du broutard charolais tient à la première place de la race en termes d’indice de consommation, rappelle-t-il.

Incontournable aujourd’hui, la facilité d’élevage, c’est aussi celle du vêlage. Sur ce point, le président de l’OS met en avant les nouveaux index génomiques IBOVAL. Et notamment l’IFNaiss qui « permet de s’approcher vraiment de la tranquillité sur les vêlage », fait-il valoir. Sur les IFNaiss, la génomique, ce n’est plus la génétique de demain, ajoute Hugues Pichard.

Un charolais qui donne envie

Pour le président de l’OS, l’enjeu prioritaire est de conserver un maximum d’éleveurs de charolais. Et pour cela, il faut des élevages compatibles avec « un modèle familial et une qualité de vie et qui soient transmissibles. Il faut pouvoir donner envie aux générations suivantes de s’installer en charolais », argumente Hugues Pichard.

« Il faut aussi dire stop au charolais Bashing ! », martèle-t-il. « Chaque année, la race fait plus d’un milliard d’euros d’export en animaux vivants. Elle demeure la première en croisement. Sa variabilité intrarace et son effectif sont une véritable force », conclut Hugues Pichard.

Les missions élargies de Charolais France

"Dans le cadre du nouveau règlement zootechnique européen, l’OS Charolais France a vu ses missions élargies. Il conserve la gestion du livre généalogique, la promotion et l’orientation de la race, l’ingénierie morphologique, la gestion des qualifications. Mais depuis le 1er novembre, l’OS est aussi devenu responsable de la certification de parenté bovine (CPB), du contrôle de performances, de l’évaluation génétique ainsi que de la publication des index », détaille la directrice de Charolais France Florence Marquis. Pour ces nouvelles missions, l’OS délègue ses compétences à ses partenaires : EDE (CPB), Bovins Croissance (contrôle de performances), Herd Book Charolais (livre généalogique), Geneval (indexation), Idele (diffusion des index).

Modèle économique à trouver

« Suite au désengagement de l’Etat de l’indexation, la profession a décidé de créer une structure collective pour le faire. Il s’agit de Geneval, structure pilotée conjointement par des représentants d’ALICE et de Races de France. L’objectif de cette nouvelle entité est une indexation au coût le plus acceptable possible pour les éleveurs. Notre défi est de trouver le meilleur modèle économique pour atteindre cet objectif sans aide de l’Etat. Sachant que pour l’heure, le dispositif génétique racial n’est financé que par les 10% d’éleveurs adhérant aux Herd Book. Cela alors même que cette génétique profite à tout le monde. Pour preuve, 74% des animaux abattus en France ont un père inscrit », fait valoir le président de Charolais France Hugues Pichard.

 

Césarienne et avenir de la race…

Depuis l’automne dernier, les animaux nés par césarienne sont exclus des concours reconnus et autres rassemblements génétiques supervisés par le Herd Book Charolais. Une décision qui a fait débat, notamment en Saône-et-Loire, où l’on sélectionne davantage d’animaux conformés qu’à l’échelle nationale. L’OS Charolais France et le Herd Book argumentent leur décision en évoquant l’avenir de l’élevage et des filières. « Les animaux nés de césariennes ne représentent qu’une niche pour des carcasses entières travaillées de façon très traditionnelles. Un débouché dont on peut se demander s’il existera encore demain ? », interroge Hugues Pichard qui évoque aussi l’indispensable prise en compte de la facilité d’élevage, au regard des attentes sociétales des futurs éleveurs. Le président de l’OS signale cependant que, conformément à la volonté de la race de répondre à tous ses marchés, un aménagement à la règle sur les césariennes est en réflexion.

 

Services

Recevoir la newsletter