Lait Elevage Economie

A qui profite la crise de la pénurie de beurre

« Pénurie de beurre : A qui profite la crise », n’est pas la question que posent la FRSEA et les JA de la région Bourgogne Franche-Comté mais plutôt l’affirmation qu’une nouvelle fois, les éleveurs ne sont ni les responsables, ni les gagnants de cet état de fait. Ils sont tout aussi perdants que les consommateurs.

Car si les consommateurs constatent des étals vides et des augmentations de prix en grandes surfaces, les producteurs de lait conventionnel continuent de faire face à une « crise sans précédent », rappelle la profession. Entre 2010 et 2016, la région Bourgogne Franche-Comté a perdu plus de 400 exploitations laitières. En 2016, 60 % des exploitations en lait conventionnel ont eu un revenu négatif. De nombreux agriculteurs ont des difficultés à rembourser leurs échéances. Alors que le marché est tendu, que plusieurs magasins affichent des pénuries de beurre, les annonces de prix du lait aux producteurs par les leaders industriels au mois d’octobre 2017 plafonnent à 325 € / 1.000 litres, avec des pressions à la baisse. Le prix du lait est souvent inférieur aux coûts de production. Ce décalage est incompréhensible entre le prix payé à la production et la bonne conjoncture des différents marchés laitiers. La FRSEA et les JA de Bourgogne Franche-Comté réclament donc, entres autres, « un réel partage de la valeur ajoutée au sein de la filière ». Ce qui n’est manifestement toujours pas dans le cas, à l’heure des (fausses) bonnes intentions affichées aux Etats Généraux de l’Alimentation…

Services

Recevoir la newsletter