Loisirs Actualité

L’association Des Ailes au Monde a fait le pari de reconstruire à l’identique un F40

A l’occasion du centenaire du premier conflit planétaire, l’association Des Ailes au Monde a fait le pari de reconstruire à l’identique un F40 et de le présenter le 11 novembre 2018.

L'avion devrait être présenté officiellement le 11 novembre 1918.

Prenant son envol pendant la grande guerre, le F40 est un avion mythique qui a équipé une quarantaine d’escadrilles des armées française, belge, russe et roumaine. Farman, qui a rejoint le groupe Galilé en mars 2013, était déjà à l’époque un constructeur réputé d’avions. Plus de cinq mille appareils appuient pendant le conflit de 1914-1918 l’armée française tout au long des années de guerre. Antoine de Saint-Exupéry lui-même volera à bord du Farman F40 n° F-CTEB en 1921.

A l’identique

Créée le 11 novembre 2014, l’association Des Ailes au Monde a pour ambition de construire un avion de la grande guerre. « Il y a un triple objectif à la base », précise le président de l’association Jean-Claude Boyer, par ailleurs également dirigeant de l’entreprise Farman. « En l’occurrence un devoir de mémoire, notamment vis-à-vis des jeunes, la volonté d’associer des personnes issues de différents horizons et faire en sorte que l’on reparle de Farman dans l’univers de l’aéronautique ».

La première année a principalement été consacrée à la recherche documentaire, de plans et d’informations sur la vie de l’avion pendant la première guerre mondiale. Il a également été nécessaire d’effectuer de nombreuses démarches auprès du Fort de Vincennes pour photographier les plans dudit avion. « Ensuite, nous avons procédé à la numérisation des plans pour les rendre utilisables. Il nous en reste environ 15 % à numériser. Par contre, nous avons rencontré un problème au niveau du cockpit : il n’existe aucun plan. Nous sommes obligés de partir de simples photographies ».

Disposant certes d’un budget d’environ 100.000 €, l’association continue sa recherche de partenaires. Parmi les difficultés rencontrées, obligation est faire d’utiliser un bois spécifique agréé aéronautique. Pour ce qui est de l'entoilage, il y aura une toile de lin cousue comme à l’époque. Quant à la partie métallique, elle est confiée au groupe Galilé.

Objectif : le 11 novembre 2018 !

Néanmoins, un réel problème demeure : trouver le moteur Renault de 12 CV d’origine. Et dénicher un tel moteur relève de la plus extrême gageure. En outre, l’un des points non réglé est relatif au carburant, spécifique à cette époque. « Un moteur nous coûterait de 25.000 à 50.000 € si nous réussissons à en trouver un. Nous avons des pistes en Roumanie, en Russie, au Vietnam ou encore du côté de Cuba. Cela fait déjà trois ans que nous cherchons... ».

Alors que des collectionneurs donneront des conseils et assureront une formation, un musée mettrait à disposition un hangar pour l’assemblage. Au final, cet avion, démontable, fera 4 mètres de haut et 9,24 de long pour une envergure de 17,60 mètres avec une hélice de 3,04 mètres de diamètre.

« L’objectif est de présenter l’avion statiquement le 11 novembre 2018, mais nous avons fait le choix de le construire dans l’espoir qu’il puisse voler un jour. Ce serait formidable d'y parvenir en 2024 à l’occasion des Jeux Olympiques de Paris... ».

Henri, Maurice et Dick Farman

L'entreprise Farman a été rachetée par le groupe Galilé.

Né à Paris le 26 mai 1874 de parents correspondants de journaux britanniques, Henri Farman s’intéresse très tôt à l’aviation. Le 13 janvier 1908, il parcourt 1 km en circuit fermé à Issy-lès-Moulineaux en 1 min 28 s. Il gagne le grand prix d’aviation de 50.000 francs or alors offert par Henry Deutsch de la Meurthe et Ernest Archdeacon sur un appareil Voisin à moteur Antoinette. Il continue sur sa lancée et réalise d’autres prouesses. Comme le premier vol sur bi-plan avec passager le 28 mars 1908 où il sera transporté par Léon Delagrange. Ou le premier vol de ville à ville, en l'occurrenc de Bouy à Reims (27 kilomètres en 20 minutes), le 30 octobre 1908, toujours sur biplan Voisin. Il fut également le détenteur de plusieurs records de vitesse et d’altitude dans différents pays d’Europe.

Son frère Maurice, né à Paris en 1877, a aussi différents records aéronautiques à son palmarès. Il invente un biplan en 1909. En 1917, le gouvernement français demande aux frères Farman de s’associer pour n’avoir qu’une société. C’est ainsi que naquit la Société anonyme des usines Farman qui produit de nombreux avions et hydravions civils et militaires. Comme les ego de Henri et Maurice avaient tendance à entrer en conflit, ce fut Dick Farman, le frère aîné né en 1872, qui pris, en qualité de mentor, la présidence de la société. Ils constituèrent, en 1919, l’une des premières compagnies aériennes ouvertes au public en France. Henri Farman décède en 1958. Avec, comme épitaphe sur sa tombe « Il a donné des ailes au monde ».

Services

Recevoir la newsletter