Actualité Département Loisirs Ruralité

A la rencontre des rapaces et des loups dans le Morvan

Les loups et les rapaces ont trouvé un refuge dans le Morvan. A La Comelle, Maud Domingues et Julien Juban s'y sont établis, où - au sein de leur entreprise "Le faucon brionnais" - ils proposent leurs services aux entreprises qui ont besoin d'effauroucher des oiseaux et où ils font partager leur passion au grand public. Découverte.

La découverte des loups permet de mettre à mal certains mythes.

A seulement quelques encablures du Mont Beuvray, sur les hauteurs de La Comelle, Maud Domingues et Julien Juban ont installé une ferme pas tout à fait comme les autres. Pas de vaches, de moutons, de chèvres ou autres chevaux ici. Car, dans ce cadre privilégié, on découvre rapaces et loups.

En remontant le fil du temps, on s’aperçoit que Julien Juban n’avait d’yeux, enfant, que pour les rapaces qui tournoyaient dans le ciel et qu’il observait avec passion. S’il décide d’intégrer à l’adolescence une école forestière et de se lancer dans des études environnementales, un premier tournant a lieu en 1996 lors d’un stage au parc de Courzieu, dans le Rhône. Il se forme alors, en interne, au métier de fauconnier tout en dressant ses premiers oiseaux. L’arrivée du nouveau millénaire correspond à un changement radical de vie puisqu’il devient alors responsable d’un site de fauconnerie au Jardin des oiseaux, à Upie, dans la Drôme. S’il créé son propre spectacle, il pense déjà à l’étape suivante... De fait et après avoir multiplié les expériences dans différents parcs, Julien Juban choisit de monter sa propre entreprise.

De son côté, Maud Domingues a suivi une tout autre voie. Titulaire d’un DEA d’arts plastiques mais, lasse des études et de cet univers, elle ressent le besoin d’effectuer des stages de fauconnerie entre Bretagne, région parisienne et Haute-Savoie. C’est dans ce département alpin que Julien et Maud se rencontrent et unissent leur destin, aussi bien personnel que professionnel.

Franchir le Rubicon

Ils décident dès lors de voler de leurs propres ailes et de s’installer à Saint-Christophe-en-Brionnais, Julien étant originaire d’Anzy-le-Duc. Une implantation qui permet d’avoir une situation centrale et de pouvoir se rendre plus facilement dans différentes régions hexagonales. Une implantation qui donnera le nom de la société "Le faucon brionnais"...

En 2013, ils déménagent pour s'établir sur leur site actuel, à La Comelle. S’ils peuvent, bien évidemment, effectuer des interventions d’effarouchement, une technique totalement écologique qui consiste à faire fuir des corbeaux qui saccagent des semis, des oiseaux qui dégradent les places et monuments historiques ou encore des animaux nuisibles installés dans des golfs, Maud Domingues et Julien Juban souhaitent avant tout proposer des moments de rencontres privilégiées avec le grand public. Cela peut prendre la forme de randonnées sur le site de Bibracte en compagnie des buses en vol. Mais aussi de stages de découverte. L’occasion de rejoindre le duo à la fauconnerie, de participer aux entraînements des oiseaux et de faire voler chouettes, faucons, buses et hiboux. Le tout sans oublier les ateliers pédagogiques. Les oiseaux et les loups tchèques se déplacent en effet au sein d’écoles, de centres aérés ou de centres de loisirs pour une présentation détaillée des animaux concernant leurs modes de vie, leur anatomie, leurs capacités physiques…

Enfin, plus épisodiquement, le couple participe à des événements de types médiévaux ou fêtes de la chasse pour présenter un spectacle de chasse au vol. Un véritable art désormais inscrit depuis 2010 au Patrimoine mondial immatériel de l’Humanité à l’Unesco.

Un rôle pédagogique

Parfois accablés par une mauvaise réputation, les rapaces sont pourtant symboles de noblesse et objets de fascination. Le vol silencieux du hibou, l’agilité des buses, la rapidité du faucon et la puissance de l’aigle ont suscité chez l’homme le désir de partager leur vie. Ainsi est né l’art de la fauconnerie il y a 4.000 ans. Depuis l’âge d’or de la Fauconnerie Royale jusqu’aux fauconniers actuels, ces animaux vivent auprès des hommes.

Quant aux loups, les deux associés du "Faucon brionnais" en possèdent plusieurs spécimens. Selon eux, les comtes populaires rendent bien mal hommage à cet animal finalement pas si éloigné que ça de l’Homme. Notamment le chien-loup tchécoslovaque qui peut parcourir facilement cent kilomètres à une vitesse moyenne supérieure à 12 km/h. Il adore jouer, a un tempérament fort et apprend facilement. Ces chiens ont des sens admirables et sont très doués pour suivre une piste. Ils sont réellement indépendants et peuvent coopérer admirablement au sein de leur meute a la recherche d’un objectif.

Services

Recevoir la newsletter