Cotations Elevage Economie

Analyse des marchés animaux, des tendances de la semaine et des différents marchés animaux

Chaque semaine, pour comprendre et prendre les bonnes décisions, retrouvez l'analyse des marchés animaux, les tendances de la semaine et une analyse pointue des différents marchés animaux. Le rendez-vous à ne pas manquer.

Bovins de boucherie : Les semaines 33 et 34 sont celles des réapprovisionnements des magasins pour le retour des vacances, mais également des cantines et restaurants scolaires pour la rentrée. Les besoins à pourvoir pour cette rentrée 2017 ne montrent pas de dynamisme particulier avec des disponibilités qui restent suffisantes notamment dans le cheptel allaitant de qualité. Les GMS, préparent les promotions de rentrée, mais ne recherchent pas la qualité mais le prix. Quant à la restauration hors domicile, elle reste majoritairement servit par des grossistes où l’import reste majoritaire. L’approvisionnement des cantines scolaires est en revanche majoritairement Français sous la pression des parents et des éleveurs. Reste la grande famille des produits transformés en France où l’absence de traçabilité laisse encore une large part aux produits de toutes provenances (coût de revient oblige). Dans les magasins ou chez les bouchers, les rayons laissent une large part aux brochettes et viandes (bavettes, viandes hachées…) assaisonnées à griller. Les niveaux de prix à la consommation ne bougent pas avec toujours un gros différentiel entre le rayon traditionnel et les promotions approvisionnées par des réformes de moindre conformation.
Sur les marchés où l’équilibre entre l’offre et la demande reste la règle, la demande est un peu plus régulière avec des besoins pour le réapprovisionnement des boucheries des grandes villes. Les tarifs se maintiennent dans les bonnes génisses et les jeunes vaches viandées. La tendance est également au maintien des prix pour les Charolaises de choix secondaire recherchée pour les promotions de rentrée d’une grande enseigne de la distribution.
Le bas de gamme avec de nombreux animaux en manque de finition reste peu demandé car ces animaux sont majoritairement destinés à faire du minerai et en concurrence avec les laitières. En réformes laitières, l’activité commerciale est assez régulière même si les abatteurs ne montrent pas de difficulté pour couvrir leurs besoins de rentrée, avec un peu plus de disponibilité cette semaine. Les tarifs sont mieux défendus sur l’ensemble des marchés dans les bonnes vaches Frisonnes, Abondances ou Montbéliardes viandées. La pression reste marquée dans les animaux maigres ou sans viande. En jeunes bovins, si la demande italienne tend à ralentir avec la fin des vacances, le niveau de l’offre permet un écoulement encore assez fluide avec une bonne tenue des prix dans les Charolais ou Limousins.


Bovins d’embouche et d’élevage : Le redémarrage de l’activité laisse apparaître un commerce assez régulier dans les bonnes femelles proches de la finition avec des engraisseurs spécialisés qui ont des besoins de rotations. Cette tendance est en décalage avec la valorisation de la viande. Les engraisseurs restent en revanche très prudents dans le bétail léger ou de moindre conformation.


Broutards : L’activité des exportateurs reprend doucement avec des volumes encore mesurés. Le commerce est assez régulier et un maintien des prix dans les bons mâles Charolais ou Limousins de 350/450kg à destination de l’Italie. Le redémarrage est plus lent à destination de l’Espagne. L’absence de vaccination pose toujours des soucis pour les exportateurs. En femelles, les sorties sont faibles avec des tarifs qui se tiennent dans la bonne marchandise lourde à destination de l’Italie. Le commerce vers l’Espagne reprend peu à peu avec des disponibilités suffisantes, après une semaine d’interruption.


Veaux d’élevage et d’engraissement : Les disponibilités sont abondantes avec le report des marchés fermés de la semaine passée. Cela entraîne un commerce laborieux malgré un nombre de places disponibles plus important au retour des vacances. Les exportations vers l’Espagne ont également reprises, mais avec des tarifs en baisse compte tenue de l’accroissement de l’offre. Les tarifs ont reculé de 15€ à 20€ dans l’ensemble des veaux Frisons, Abondances et Montbéliards convenables. Les veaux légers n’ont plus de valeur et restent dans les exploitations. Dans les croisés laitiers, les tarifs sont également malmenés avec un tri sévère. En veaux allaitants, la modestie de l'offre ne permet pas aux acheteurs de faire pression sur les très bons veaux U de conformation. En revanche, la commercialisation est plus difficile avec des moins-values dans la marchandise ordinaire (R et O). Les veaux durcis sont malmenés.


Ovins : L’activité commerciale est assez régulière avec un peu plus de marchandise après les marchés fermés pour le 15 août. Les abatteurs ont des besoins pour le réapprovisionnement des magasins au retour des vacances. Les tarifs ont été facilement reconduits dans les bons agneaux. Le commerce est également plus actif dans les agneaux lourds pour l’Aïd. En brebis, l’animation commerciale doit tenir compte du recul de la demande à l’export sur l’Italie et le sud du pays, mais également du réapprovisionnement de rentrée. Les transactions sont régulières pour des tarifs qui se maintiennent sans trop de difficulté.

Porc : La semaine écourtée du 15 août et une panne dans un gros abbatoir de l’Ouest, a peser sur la tendance avec des reports de vente. L’animation du marché devrait profiter des promotions qui seront faites pour la rentrée, mais le manque de dynamisme du marché export pèse sur la tendance. Le cours du MPB enregistre une baisse de 0,020€ à 1,443€.

 

Services

Recevoir la newsletter