Elevage Allaitant

Un nouveau record mais moins de ventes pour la station de Jalogny

Vendredi dernier à Charolles, en dépit d’un record de prix inattendu, la vente de la station de Jalogny a pâti des difficultés économiques qui frappent les élevages. Face à des acheteurs plutôt frileux, les veaux évalués ont été moins nombreux à trouver preneurs.

Océan, né au Gaec Mimeur (21), a été adjugé 20.650 € à Simon Génétic pour le Gaec Griveaud Bernard et Louis de Blanzy ; le Gaec Jacob Thierry et Pierre de Savigny-sur-Grosne et Alain Birot des Deux-Sèvres.

La vente de la station de Jalogny a eu lieu vendredi dernier à Charolles. 68 veaux évalués étaient proposés aux enchères sous la houlette de Martial Tardivon du cadran de Moulins-Engilbert. Sentant une conjoncture moins favorable aux achats, les organisateurs avaient éliminé davantage de veaux que les autres années. Il y en avait 17 de moins qu’en 2018. De fait, le bilan de la vente a mis en lumière une nette baisse du nombre de veaux adjugés : 40 seulement contre 59 en 2018 et même 69 en 2017. Neuf animaux auraient cependant été vendus à l’amiable à l’issue de la vente améliorant sensiblement le score. « Dommage que ces veaux - qui ont été échangés pour la plupart à la mise à prix de 2.500 € - n’aient pas été achetés sur le ring comme les autres », regrettait le président du GIE Frédéric Borne.

Nouveau record de prix !

La moyenne de prix des enchères s’établit à 3.570 € ce qui en fait, malgré tout, la meilleure de l’histoire de la station. Un chiffre gonflé par une enchère record inédite pour Jalogny. 20.650 € pour un animal de Côte-d’Or au pédigré original, que convoitaient plusieurs collectifs d’éleveurs, entreprises de sélection, étrangers (lire encadré). Survenu dès le neuvième animal, ce record de prix laissait sans voix. Mais l’euphorie fut de courte de durée. La déception grandissait dès le second tiers de la vente quand les invendus ont commencé à se multiplier.

Outre le record cité plus haut, quatre veaux ont été adjugés à plus de 4.000 €. Parmi eux le meilleur de la série en index de synthèse (132 d’IMOCR ; l’un des tout meilleurs GMQ station à 1.893 grammes par jour), né au Gaec de Montauloup à Blanzy, vendu 4.250 € à des acheteurs Tchèques. La seconde meilleure enchère a été atteinte par un veau né chez Jean-Michel Saulnier (42), vendu 5.300 € à un élevage de l’Allier. Parmi les autres bonnes ventes, un groupe d’éleveurs de l’Indre a acheté 4.900 € un veau né dans l’élevage Compot (58).

12 animaux ont été adjugés à la mise à prix de 2.500 € et 15 ont été vendus entre 3.000 et 4000. Des tarifs beaucoup plus raisonnables que le « top price » avec malgré tout de la demande pour les bons veaux.

Etrangers moins présents

Les étrangers étaient un peu moins présents cette année. Il manquait notamment les Hongrois, confirmait Frédéric Borne. Quant aux tchèques, après avoir acquis sept veaux une semaine plus tôt à Créancey (21), ils en ont acheté moitié moins que d’habitude en Saône-et-Loire (4 au total). Les Slovènes ont pour leur part acquis trois animaux.

« La crise économique nous a rattrapés », résumait à l’issue de la vente le président du GIE qui constatait qu’il avait manqué des acheteurs. Sans surprise, il y avait des absents parmi les habitués de la station qui, du fait de la mauvaise conjoncture, ont renoncé cette année à investir dans la génétique. Douze départements étaient cependant représentés parmi les acheteurs et des veaux rejoindront les Hautes-Alpes, la Marne, l’Indre, l’Isère, la Meurthe-et-Moselle…

En dépit de ce bilan mitigé, la vente du GIE Synergie Charolais aura à nouveau été une réussite en terme d’organisation. Au déjeuner, le même nombre de repas a été servi que les autres années. Quant au déroulement de la vente, la fonctionnalité des lieux et la mobilisation des éleveurs et techniciens ont une nouvelle fois fait des merveilles. « L’esprit de solidarité qui règne au sein du GIE entre ses différents partenaires est une fierté », concluait Frédéric Borne.

20.650 € pour Océan !

Le record historique de la station de Jalogny a été battu par Océan, un veau né au Gaec Mimeur (21). C’est Simon Génétic qui a remporté l’enchère en acquérant l’animal pour trois élevages : le Gaec Griveaud Bernard et Louis de Blanzy ; le Gaec Jacob Thierry et Pierre de Savigny-sur-Grosne et Alain Birot des Deux-Sèvres. Repéré de longue date, ce futur reproducteur avait tout pour plaire. Une morphologie irréprochable ; seulement 45 kg à la naissance ; une mère fine de viande et très laitière ; un père très typé charolais ayant produit 75 petits veaux. De plus, Océan est issu d’une souche de monte naturelle peu diffusée : le père Laskari est né chez Paul Czerewko et le grand-père est Hugoboss (Rizet) qui s’est distingué au concours de Charolles. Avec un index morphologie et croissance de 110, Océan a en outre réalisé d’excellentes performances en station et, cerise sur le gâteau, son indexation génomique est très bonne. L’animal devait être prélevé dès sa sortie de station pour que ses trois co-acquéreurs aient la primeur de ses produits. Le taureau devait être ensuite mis aux normes pour une diffusion de ses semences en France et à l’étranger par Simon Génétic.

Mille euros au profit des Papillons Blancs

Pour la troisième fois cette année, le GIE Synergie Charolais avait choisi de soutenir une noble cause à l’occasion de sa vente aux enchères. Après les Blouses Roses en 2017, les Black Roses en 2018, ce sont les Papillons Blancs d’entre Saône-et-Loire qui étaient à l’honneur cette année. Il s’agit d’une association dont le but est l’accueil et l’accompagnement de personnes handicapées mentales et atteintes de troubles associés (psychotique, autistique…). L’association vient en soutien de 24 établissements différents (médicaux-éducatifs, services, hébergements…) pour enfants et adultes, représentant un budget de 25 millions d’euros, 400 salariés et 800 personnes accompagnées. Les missions de ces structures vont de l’éducation à l’aide par le travail (blanchisserie, cuisine centrale, espaces verts, bois…) en passant par l’hébergement. L’association les Papillons Blancs récolte des fonds pour soutenir ces établissements et leurs activités. « Nous sommes très touchés d’avoir été sélectionnés et accueillis par le GIE Synergie Charolais », confiaient à l’issue de la vente les représentants des Papillons Blancs. Visiblement très heureux d’être là, les bénévoles – eux-mêmes parents ou proches de personnes handicapées, appréciaient sincèrement le geste de générosité des éleveurs charolais. Un chèque de mille euros leur a été remis suite à la vente de Nirvana, adjugé 4.900 € à un groupe d’éleveurs de l’Indre.

Vos annonces légales en ligne au meilleur prix
Publiez vos annonces en quelques minutes et obtenez votre attestation immédiatement

Services

Recevoir la newsletter