Actualité Elevage Ovin

Chronique ovine : ce qui favorise la coccidiose

Les coccidioses sont liées au développement de plusieurs espèces de coccidies dans l’intestin des jeunes agneaux. Douze espèces sont connues chez les ovins dont seulement trois sont pathogènes.

La densité animale et l’hygiène de la bergerie sont des facteurs favorisants la coccidiose.

Les agneaux peuvent commencer à présenter des symptômes (diarrhée nauséabonde noirâtre, laine piquée) vers l’âde d’un mois. Cependant, la coccidiose est le plus souvent sans symptôme particulier, avec toutefois des retards de croissance importants. Tout stress peut être un facteur déclenchant (sevrage, vaccination, transport, changement de régime alimentaire...). Mais la gravité de cette maladie est aussi liée aux conditions de milieu. L’hygiène de la bergerie, sa ventilation et la densité animale restent des critères qui ont toute leur importance. Ainsi, il faut compter 700 grammes à 1 kg de paille par brebis en paillage quotidien pendant le premier mois de lactation.

Les matières actives utilisées

Toute fuite d’eau (abreuvoir par exemple) est un facteur de risque supplémentaire. Enfin, il est conseillé d’offrir 1,5 m² d’aire paillée pour une brebis allaitant un seul agneau et 2 m² pour une brebis avec deux agneaux.

Laurent Saboureau, vétérinaire, indique que « les trois matières actives les plus utilisées en préventif et en curatif pour lutter contre ce parasite sont la sulfadiméthoxine ou sulfadimérazine (pendant 3 à 5 jours), le diclazuril et le toltrazuril. Elles sont réalisées en administration orale. Le decoquinate peut également être utilisé en supplémentation médicamenteuse dans l’aliment ». Contactez votre vétérinaire pour en savoir plus.

Réseau de références ovin de Bourgogne et Laurence Sagot, Institut de l’Elevage

 

 

 

Services

Recevoir la newsletter