Actualité Région BFC Département Ruralité

Réduire la fracture territoriale, un objectif prioritaire pour la Conférence nationale des territoires

La première conférence nationale des territoires s’est tenue le 17 juillet en présence du président de la République et du Premier ministre. Par un format qui se veut novateur dans le dialogue et la méthode, l’Etat souhaite faire entendre la voix de chaque territoire, en autorisant davantage de différenciation et d’expérimentation.

La première Conférence nationale des territoires s’est tenue au Sénat le 17 juillet avec « un objectif simple : qu’aucune décision affectant les collectivités locales ne soit prise sans y être discutée », a souligné le Premier ministre Edouard Philippe lors de son discours d’ouverture. Dans une approche renouvelée du dialogue entre l’Etat et les collectivités territoriales, l’idée est d’instaurer davantage de confiance, de faciliter les retours d’expérience depuis le terrain, et d’élaborer une méthode de travail sur cinq ans. Cette conférence qui consulte et associe toutes les représentations d’élus (communes, régions, départements, élus de montagne, etc.) doit se réunir tous les six mois, sous l’égide du Premier ministre. Si les aspects financiers occupent nécessairement une bonne place dans les débats, dans la perspective d’une suppression de la taxe d’habitation que les collectivités territoriales identifient à une perte d’autonomie, « le premier enjeu doit être la lutte contre la fracture territoriale », a insisté l’après-midi le président de la République, Emmanuel Macron, dans la lignée des propos d’Edouard Philippe qui y voyait de son côté « une priorité nationale ». Déclinés en cinq ateliers – structures, compétences, pacte financier, fractures territoriales, transition numérique -, les travaux entendent aborder ces problématiques avec un angle nouveau, celui de la différenciation.

Egalité des chances

Car l’uniformité n’est pas la bonne méthode pour permettre à la diversité des territoires français d’exprimer leur potentiel, estime Emmanuel Macron qui souhaite donner « une attention toute particulière à une égalité des chances des territoires ». « Ce que demande la ruralité, ce n’est pas l’aumône, c’est d’avoir les mêmes chances de réussite que les autres territoires », a-t-il soutenu, répondant à l’inquiétude du président du Sénat Gérard Larcher qui s’était fait l’écho de territoires « qui se sentent oubliés, négligés, à côté de la marche en avant des grandes métropoles ». Concernant ces territoires ruraux, justement, le président de la République a évoqué plusieurs pistes. La transition numérique, qui « permet de redéployer des perspectives de travail sur les territoires », doit ainsi être accélérée avec un accès au très haut débit pour tous les Français d’ici la fin de l’année 2020, a-t-il promis. Les complémentarités technologiques entre fibre, Internet mobile et satellite seront davantage étudiées. D’autres sujets seront en réflexion pour « éviter que l’évolution des services publics en milieu rural n’augmente pas la fracture territoriale », a ajouté le président, citant l’enseignement primaire à rendre plus attractif, les maisons de santé dont il souhaite doubler le nombre, le déploiement de la télémédecine, ainsi qu’un « vrai plan de mobilité » : sur ce dernier point, une loi d’orientation avec une programmation précise et un financement affecté à chaque projet sera en préparation dès la fin de l’été, explique Emmanuel Macron.

Les réunions semestrielles de l’instance de dialogue montreront si ce « discours de vérité » voulu par le président aura convaincu les élus locaux, longtemps renvoyés dos à dos avec le gouvernement et dont le président veut réduire le nombre, de s’engager dans cette démarche de confiance.

Services

Recevoir la newsletter