Culture Environnement Région BFC

Alliance BFC : Un premier grand rendez-vous pour la nouvelle union

Ce mardi 5 juin, l’Alliance BFC organisait ses premières Rencontres autour de l’agronomie, de l’innovation et du machinisme. Près de 800 adhérents ont participé à la manifestation à Jallanges et Pagny, dans le sud de la Côte-d’Or.

Face à des enjeux sans précédents pour l’agriculture, Bourgogne du Sud, Dijon Céréales et Terre Comtoise ont créé l’Alliance BFC. Cette union porte, depuis janvier 2018, « un nouveau projet coopératif agricole régional en Bourgogne Franche-Comté au service des 12 000 adhérents de nos trois coopératives et du territoire » résume Marc Patriat, président de l’Alliance BFC.

Les premières rencontres de l’Alliance BFC ont illustré les chantiers engagés par la nouvelle union : digital, innovation agronomique et technologique se mettent au service de la valeur ajoutée des exploitations et des filières agricoles. Productivité, compétitivité et performance environnementale ont été au coeur des thèmes abordés, à travers les parcelles expérimentales et ateliers installés sur deux sites en sud Côte-d’Or, au centre du territoire des trois coopératives.

A Jallanges (21), la plateforme d’essais agronomiques s’étendait sur sept hectares. Au-delà des traditionnels essais variétés et conduite des cultures (blés, orges d’hiver et de printemps, colzas maïs grain et semences et pois), le regard portait surtout vers le futur. « Nous voulons accompagner nos adhérents pour trouver de nouveaux leviers d’optimisation de la production, comme l’agriculture de précision ou en ouvrant le chapitre de la robotisation. Nous voulons également valider des solutions concrètes et viables économiquement pour diminuer l’impact environnemental des pratiques agricoles, tout en maintenant le potentiel de production », précise Frédéric Imbert, directeur scientifique de Dijon Céréales en charge de la coordination de la journée. Plusieurs ateliers ont abordé les techniques de biocontrôle, les biostimulants, l’agriculture de conservation et la connaissance des sols, ou encore la modulation intra-parcellaire.

Des start-up et une « Maison de l'Alliance »

A quelques kilomètres de là, le site du terminal céréalier de Pagny-le-Château accueillait un pôle machinisme très complet, une exposition et des démonstrations de matériel de semis, de récolte, de désherbage de précision. « Le matériel agricole est au coeur du système de l’agriculture de précision mais aussi de la valorisation des données au service de l’exploitation et des filières », estime Philippe Parmentier, directeur du pôle machinisme de Terre Comtoise. « Notre expertise dans ce domaine du machinisme sera contributrice aux compétences de l’Alliance », ajoute de son côté Frédéric Moine, directeur général de Terre Comtoise.

A Pagny, on a aussi parlé digital, un des autres piliers du développement de l’Alliance BFC. « La principale vocation du digital est d’accompagner la diffusion de l’information et des compétences, d’optimiser le fonctionnement des coopératives, à l’exemple du e-commerce, mais aussi de développer une proximité complémentaire des équipes terrain sur un territoire plus vaste », résume Emmanuelle Perrin, en charge de ce pôle pour l’Alliance BFC.

Un village des start-up a mis en valeur une dizaine d’entreprises qui misent, à travers les nouvelles technologies, sur l’avenir de l’agriculture en grandes cultures comme en élevage : capteurs connectés, outils de suivi météo, surveillance électronique des fourrages, diagnostic des mammites, clôtures électriques du futur…

Des stands évoquaient le 3ème pilier « Valeur Ajoutée » de l’Alliance BFC, qui s’appuie sur de nouvelles productions (méthanisation), des productions complémentaires aux grandes cultures (ateliers poules pondeuses) ou de nouveaux débouchés pour les adhérents via des outils de transformation déjà existants comme Extrusel à Chalon-sur-Saône. « Dans le contexte d’importation massive de protéines de qualité non garanties en France, nous devons miser sur l’origine régionale de nos sojas pour les filières de productions animales régionales, mais aussi en alimentation humaine », précise Michel Duvernois, directeur général de Bourgogne du Sud.

 A quelques pas de là, la Maison de l’Alliance a permis aux agriculteurs de nouer un contact direct avec les administrateurs et cadres dirigeants de l’Union. « C’est le premier grand rendez-vous de l’Alliance depuis sa création. Cette maison et cette manifestation symbolisent bien nos projets pour l’agriculture et nos adhérents de Bourgogne Franche-Comté, sans oublier la convivialité », estiment de concert Clément Tisserand, Didier Laurency et Marc Patriat, les présidents de Terre Comtoise, de Bourgogne du Sud et de Dijon Céréales.

Pour Pierre Guez, directeur Général Dijon Céréales, « ces premières Rencontres démontrent bien nos complémentarités et notre capacité à travailler ensemble autour de projets majeurs ». Et Christophe Richardot, directeur général de l’Alliance BFC de conclure : « Notre union va permettre d’adapter l’outil coopératif régional pour un meilleur service aux adhérents, avec des fonctionnements optimisés de nos coopératives et des montées en gamme de nos compétences. Cette grande plateforme de Jallanges et Pagny est une première vitrine de nos savoir-faire présents et futurs ».

 

 

Services

Recevoir la newsletter