Loisirs

C’est parti pour le Marché des plaisirs gourmands à Mâcon du 17 au 20 novembre

Avec émotion, le président du Comité des Salons & concours de Mâcon, Bernard Delaye, a présenté l’édition 2017 du Marché des plaisirs gourmands. Depuis douze ans, le succès ne se dément pas. Près de 25.000 visiteurs partageront ensemble leurs goûts pour des produits locaux et de qualité. Du 17 au 20 novembre, le Parc des expos de Mâcon devient le lieu de convivialité par excellence en France.

Que de chemin parcouru depuis la première édition en 2006 et les quelque 7.000 entrées. « La foire prenait l’eau et il était temps de faire autre chose », se souvient Bernard Delaye. « Nombre de Foires sont un peu figées avec toujours les mêmes menus des restaurateurs », témoigne-t-il, lui qui a sillonné presque tous les salons en France et à l’étranger, tant il aime cela. Avec les partenaires et les administrateurs du Comité, le concept adopté de créer un « voyage culinaire » avait rapidement séduit.

Au Marché des plaisirs gourmands, les visiteurs ont donc la « liberté » de composer tout au long de la journée leurs dégustations, leurs achats, leurs repas… Une liberté qui est « la raison du succès ». Résultat, l’augmentation du visitorat a été constante : 9.000, 10.000, 13.000 et en 2016, 25.000 visiteurs sur quatre jours. Autre clé du succès, le partenariat avec le Crédit agricole Centre-Est qui voulait aussi un salon à Mâcon où « l’on peut rencontrer les producteurs et qu’ils puissent faire la promotion de leurs produits locaux », insiste Bernard Rey, également vice-président du Comité. 120.000 invitations gratuites sont envoyées avec les relevés bancaires, sont distribuées par les exposants ou partenaires… Cette liberté et cette gratuité permettent à certains visiteurs de venir plusieurs fois pour déguster différents produits et ainsi faire de plus nombreuses découvertes.

Exposants ravis

Côté commercialisation, les exposants sont évidemment « contents » et réalisent de bons chiffres d’affaires. En 2017, le Marché va rester ouvert plus tard les soirs. 85 % des exposants sont fidèles d’année en année. « Nous sommes victimes de notre succès. On a 110 exposants mais nous pourrions en avoir plus. La liste d’attente est longue mais malheureusement, les halles A et B du Parc des expos ne sont pas extensibles », regrettent les membres du Comité. Pour des raisons de sécurité évidentes, le nombre de tables pour manger atteint aussi son maximum. « Quand vous allez au restaurant, on vous dit parfois d’attendre. Là c’est pareil mais vous pouvez en profiter pour déguster de nombreux vins différents », sourit Bernard Delaye, qui n’a pas oublié ses réflexes enseignés au lycée viticole de Davayé.

Copié mais jamais égalé

Les exposants ne sont pas les seuls ravis par la formule. Les démonstrations culinaires des restaurateurs Mâconnais (quinze cette année) sont suivies à chaque fois par une cinquantaine de personnes venant prendre des « cours gratuits » de cuisine pendant 1h30 avec possibilité de déguster à la fin. Un atelier pour enfant a même lieu également. Produits locaux, saveurs plus lointaines, ville jumelée, arts de la table, dégustation prestige… tout fonctionne à merveille durant les quatre jours. Le Marché des plaisirs gourmands continue de parfaire par petites touches son concept « unique », « souvent copié mais jamais égalé ». Une belle et noble raison que comptent poursuivre encore longtemps Bernard Delaye et ses amis du Comité.

Services

Recevoir la newsletter