Lait Economie Actualité

Lait : Bruxelles continue de s’inquiéter de la surproduction

La production européenne de lait devrait se tasser durant la seconde partie de l’année, mais la Commission européenne craint quand même une surproduction en 2018 d’autant plus qu’elle doit aussi se débarrasser des stocks de poudre de lait écrémé issus de l’intervention publique.

Dans les prévisions agricoles à court terme qu'elle vient de publier, la Commission de Bruxelles estime que la production européenne de lait devrait augmenter de 1,4 % en 2018 alors que la demande ne devrait progresser que de 0,9 %. Difficilement tenable, a déjà prévenu le commissaire européen à l'agriculture Phil Hogan. Il rencontrait le 12 avril à Bruxelles les représentants des transformateurs laitiers – coopératives (Cogeca), Eucolait (commerce) et EDA (transformateurs privés) – pour discuter de la manière d’écouler les stocks de lait écrémé en poudre sans perturber le marché et surtout les alerter sur le risque de surproduction actuel. « Les producteurs et transformateurs doivent observer les signaux du marché. Ils ne peuvent pas continuer à produire pour un marché inexistant et attendre avec confiance que la Commission européenne les renfloue en cas de crise », leur a-t-il répété.

Dans une réponse à une question parlementaire, Phil Hogan réaffirme pourtant ne prévoir aucune proposition visant à introduire un dispositif de réduction obligatoire de l’offre de lait en cas de perturbation importante du marché qui reviendrait « de facto à la réintroduction de quotas, bien qu’à titre temporaire » qui « s’éloignerait de la notion d’orientation vers le marché et, en outre, serait extrêmement difficile à mettre en œuvre et à contrôler ». « Les producteurs et les transformateurs de lait doivent gérer eux-mêmes les volumes de lait en planifiant de manière responsable la production laitière en fonction de l’évolution de la demande », assure le commissaire européen.

Premier exportateur mondial

En 2017, l’UE est devenue pour la première fois, le premier exportateur mondial de produits laitiers avec une part de marché de 34 %, juste devant la Nouvelle-Zélande.

En 2018, en raison de l’abondance de l’offre de lait dans l’UE et de la demande (mondiale et européenne) pour la poudre de lait écrémé, la production de l’UE devrait augmenter de près de 3 % pour atteindre 1,56 Mt. En 2019, le ralentissement de la croissance de la production laitière de l’UE pourrait entraîner une légère baisse de cette production étant donné également que le fromage offre de meilleurs revenus et des grandes disponibilités en stocks. Les experts de l’UE estiment d’ailleurs, en fonction des scénarios, que la Commission devrait être en mesure de vendre entre 30 000 et 80 000 t de la poudre en stock issue de l’intervention en 2018.

En février, le prix moyen du lait à la ferme dans l’UE a baissé de 3 % à 34,46 c/kg mais reste 3 % au-dessus de son niveau de février 2017 et 2,1 % au-dessus de la moyenne des 5 dernières années.

Services

Recevoir la newsletter