Viticulture Actualité

Vigne : organisation, formation et recherche face au dépérissement

Face au dépérissement du vignoble, le plan national de lutte, qui a démarré en avril 2016, se déploie, faisant appel à l’organisation des vignerons et des pépiniéristes, à un plan national de formation des agriculteurs et des salariés, et à la recherche dans des domaines nouveaux et interdisciplinaires. Un colloque scientifique sur ce plan de lutte s’est tenu à Montpellier le 4 avril, donnant un aperçu de ce déploiement.

De l’organisation, de la formation et de la recherche face au dépérissement du vignoble. Ce sont les moyens qui ont été déployés par le plan de lutte contre ce phénomène insidieux, qui atteint le bois de la vigne, et qui est responsable d’une perte annuelle de rendement de 4,6 millions d’hectolitres de vin en France. Contre ce fléau, qui est « une problématique complexe », imputable à 72 facteurs, comme l’a rappelé Christophe Riou, directeur adjoint de l’Institut français de la vigne et du vin (IFV), il faut une multitude d’actions à mettre en œuvre. « À situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles », a-t-il résumé lors d’un colloque scientifique à Montpellier organisé le 4 avril par le Comité national des interprofessions viticoles (Cniv), qui a réuni environ 250 participants.

Les chambres ont organisé des réseaux de viticulteurs

La première ambition du plan est de placer les viticulteurs au cœur de la lutte contre les dépérissements. Déjà, 29 réseaux ont été créés par les chambres d’agriculture en Charentes, Val de Loire et Rhône-Provence, rassemblant près de 300 viticulteurs échangeant sur les problèmes de longévité des ceps de vigne qu’ils rencontrent sur leurs parcelles et leur potentiel de production. Une enquête sur les pratiques viticoles, menée dans les trois régions du projet « mobilisation innovation vigneronne », a permis de recevoir plus de 500 réponses de viticulteurs.

Dans les vignobles de Rhône-Provence, treize réseaux de viticulteurs ont été constitués pour mettre en commun leurs interrogations. Déjà 112 viticulteurs ont participé aux premières réunions des réseaux et 127 ont répondu à l’enquête sur l’impact du dépérissement et ses principales causes dans la région. L’ensemble de ces actions est consigné dans un recueil de 30 actions présentées sous forme de fiches en 91 pages, intitulé Les carnets du plan, publié par le Cniv. Ce premier numéro, distribué aux participants du séminaire du 4 avril, sera ensuite disponible en version numérique et sur simple demande (1).

Pépiniéristes : des hectares supplémentaires pour la production de greffons

Ce colloque a été l’occasion de témoignages, tel celui de Jérôme Oberti, chef de culture du domaine Sainte-Roseline, qui a lancé « une vaste campagne de recépage » : on coupe le tronc de la vigne pour reformer un nouveau tronc, méthode qui contribue à lutter contre plusieurs champignons comme l’eutypiose, le BDA et l’esca.

Le plan de lutte concerne également les pépiniéristes viticoles qui ont des actions communes avec les viticulteurs. David Amblevert, président de la Fédération française de la pépinière française, a annoncé la récente mise en culture de 186 hectares supplémentaires pour la production de 50 millions de greffons par an. Le colloque a également donné la parole à un responsable de Sicavac, laboratoire œnologique de Sancerre, qui a mis au point un cahier des charges très strict pour la production de plants de très haute qualité. « Les greffons sont fournis par Sicavac aux pépiniéristes partenaires et la production est contrôlée six à huit fois par an lors des étapes clés », a témoigné Christophe Monget, de Sicavac.

Formation pour les viticulteurs, les salariés et… les formateurs

Un volet d’actions de formation s’adressera aux viticulteurs, aux salariés d’exploitation, aux techniciens, aux étudiants, et aux formateurs eux-mêmes, notamment sur la taille de la vigne. En 2017, l’organisme de formation des exploitants Vivéa a financé la formation de 500 personnes, tandis que le Fafsea (chargé de la gestion des fonds de la formation professionnelle continue pour les salariés de la production agricole) a financé celle de 800 salariés en 2016 et 2017. De plus, les chambres d’agriculture, sous l’égide d’un programme mené par l’APCA, ont pris en charge les formations de formateurs. Déjà 34 formateurs ont ainsi suivi trois sessions de deux jours chacune à Chablis (Yonne), Blanquefort (Gironde) et Orange (Vaucluse), a indiqué Thomas Mineur, de la Chambre d’agriculture de la Marne. Les thèmes de ces sessions peuvent concerner les stratégies des viticulteurs, le matériel végétal, les champignons, les bactéries (dont certaines sont bénéfiques), les virus.

Dans ce chapitre de la formation, Jérôme Despey, président du conseil viticole de FranceAgriMer, a signalé qu’il fait avancer au Fafsea le projet de deux certificats de formation pour ouvriers d’exploitations et de pépinières.

(1) www.plan-deperissement-vigne.fr/webzine/

Quand les chercheurs sortent de leurs frontières disciplinaires

Le plan contre le dépérissement de la vigne amène les chercheurs à examiner des solutions, et à franchir leurs frontières disciplinaires. Ainsi, ils s’inspirent des recherches sur l’arboriculture et sur la forêt. Un projet est en cours pour améliorer le taux de réussite du greffage, avec l’apport des compétences de l’unité de l’Inra de Nancy, a cité Nathalie Ollat, directrice d’unité mixte d’écophysiologie et de génétique de la vigne à Bordeaux. Les chercheurs spécialistes de la forêt apportent aussi leurs compétences dans la reconstitution de l’historique des pratiques à partir des cernes du bois.

De même, la recherche médicale est mise à contribution. Les chercheurs de l’hôpital de Montpellier se sont penchés sur un cep de vigne, dans un bloc d’imagerie par résonance magnétique (IRM), pour détecter l’eau contenue dans les tissus, cela afin d’évaluer le déplacement de la sève et des éléments nutritifs. Les physiciens du synchrotron du plateau de Saclay (Essonne) ont fait entrer un cep de vigne dans l’instrument d’accélération des particules. L’utilité de l’opération a été de repérer les éventuelles embolies de la vigne, dues au stress hydrique. Une des conclusions de cette analyse a été la mise en évidence de l’effet néfaste du stress hydrique sur la vigne : celui-ci favorise le développement de bulles d’air dans les vaisseaux de la plante et prédispose aux embolies, donc au dépérissement du cep.

Services

Recevoir la newsletter