Viticulture

L’innovation omniprésente au VITeff d’Épernay

Le VITeff, Salon international des techniques des vins effervescents, qui s’est déroulé du 17 au 20 octobre à Épernay, a été un moment de mise en avant de l’innovation. Cela non seulement dans les domaines classiques (le machinisme et l’équipement vinicole), mais aussi de nouveaux champs, comme les robots, les drones et l’œnotourisme, et même la pile à combustible.

Innovation tous azimuts : robots, drones, applications d’œnotourisme, pile à combustible et… fumier de mouton de Sisteron

Le VITeff a refermé ses portes le 20 octobre « sur un bilan très positif, tant en fréquentation qu’en qualité. Innovation, innovation et innovation… une trilogie qui résume bien cette édition », a commenté la CCI de la Marne, organisatrice de l’événement. Le VITeff a toujours été un salon d’exposition de l’innovation : tracteurs, pulvérisateurs, épandeurs, outils pour la taille de la vigne, pressoirs, pompes, équipements de réfrigération des jus de pressurage du raisin, cuves. Mais lors de cette édition 2017, un pas a été franchi. Des produits touristiques à base d’applications pour l’œnotourisme ont été exposés. Il s’agit d’applications destinées à renseigner les particuliers qui souhaitent visiter un vignoble. « Les viticulteurs ne vendent pas que du vin, mais aussi du patrimoine culturel, de l’activité sportive, de l’émotion, du partage au milieu des vignes », a résumé Aurore Lecrocq, responsable de la communication de la CCI. Autre innovation : le VITeff 2017 a accueilli un producteur de bière artisanale locale de la région d’Épernay.

Cette édition du salon technique des vins effervescents a tenu son premier « pavillon du futur » où ont été rassemblées des entreprises qui vendent des drones de surveillance de la maturité de la vigne, des techniques moins gourmandes en intrants et énergie, des procédés permettant d’introduire moins de sulfites dans les vins. Le pavillon du futur a hébergé une vingtaine de start-up sur des thèmes comme le suivi du vin de la vigne à la bouteille, la parcellisation du vignoble, des robots autonomes passant entre les rangs des vignes…

La pile à combustible entre dans les chais

Une technique d’avant-garde a été présentée sur un stand, celui de la société Gencell. Cette société israélienne est en train d’appliquer la technologie de la pile à combustible, une technologie qui a été inventée en 1839 par le Britannique William Robert Grove. Le principe est une combustion lente de l’hydrogène, qui se combine avec l’oxygène de l’air et produit ainsi de l’électricité par la circulation des électrons. L’industrie spatiale a exhumé cette technologie mise de côté depuis les réseaux électriques.

La technologie proposée par Gencell garantit aux activités très informatisées dans les caves un courant électrique constant. En effet, le réseau électrique n’est pas sans faille. Les micro-coupures nécessitent trois heures d’interruption, le temps que la maintenance vienne réinitialiser les automates, a témoigné Christophe Labruyère, président du club champenois des entreprises. La machine de Gencell, déjà utilisée par une maison de Champagne établie depuis près de deux siècles, détecte à la milliseconde près toute micro-coupure et prend le relais immédiatement. « Déjà la pile à combustible entre dans les services informatiques des entreprises. L’étape d’après est la couverture de sites qui ne sont pas couverts par le réseau électrique », a indiqué Rami Reshef, président-fondateur, sur le stand de Gencell.

Du compost de fumier de mouton des Alpes pour la Champagne

Présente depuis 25 ans en Champagne à travers un partenariat avec la Coopérative du syndicat général des vignerons (CSGV), OvinAlp, société de production d’engrais organiques, a lancé au VITeff 2017 un premier compost de fumier de mouton de Sisteron « prêt à l’emploi » pour la viticulture en biodynamie. Ce compost a été expérimenté pendant deux ans par le producteur et négociant Michel Chapoutier, puis adopté l’été 2017 à hauteur de 2.000 tonnes par le vignoble du célèbre négociant de Rhône-Alpes, praticien de la biodynamie. « Aujourd’hui, les produits d’OvinAlp représentent plus de 20 % du marché de la fertilisation organique en Champagne », a précisé Éric Giovale, président-fondateur d’OvinAlp. La société de Sisteron a constitué une société mixte en 2015 avec la CSGV, Novale. Cette société mixte produit de nombreuses solutions fertilisantes : engrais foliaires, engrais organiques liquides, activateurs de fertilité pour la viticulture, l’arboriculture, le maraîchage et même pour les grandes cultures.

Services

Recevoir la newsletter