Culture Pratique

Réussir son implantation de pois d’hiver

L’implantation est un levier majeur pour définir la densité du futur peuplement, première composante de rendement de sa culture, mais également pour limiter la sensibilité au gel et préparer l’action des herbicides. Lors de de la campagne précédente, les parcelles les mieux implantés ont permis de produire les meilleurs rendements.

Il est important de semer aux dates conseillées (soit plutôt du 25 octobre au 15 novembre pour le Nord-Est). Si les semis sont trop précoces, le pois risque d’être trop développé, augmentant sa sensibilité au gel et favorisant l’apparition de blessures (entrée pour bactéries) et maladies au printemps par un couvert trop dense. A l’inverse, les semis trop tardifs voient leurs potentiels pénalisés par un cycle écourté.

Si comme l’an passé, les conditions météo retardent les semis, il est possible de semer son pois d’hiver comme un pois de printemps. Dans ce cas, le potentiel peut être pénalisé (-5 à -10q/ha).

Bien travailler la structure de son sol

Les protéagineux sont très sensibles aux tassements du sol. Une mauvaise structure freine le développement racinaire mais également l’installation des nodosités. De plus, la compaction du sol favorise les ennoiements (mauvais ressuyage) et les problèmes d’asphyxie. Avant tout semis, il faut veiller à ce que son sol soit bien aéré sur 15-20 cm.

Enfouir la graine profondément

Il est important de semer à 4-5 cm de profondeur en sol argilo-calcaire et sol de craie. Pour les sols limoneux, les semis peuvent se faire à 3-4 cm. Enfouir la graine suffisamment en profondeur permettra de limiter les phénomènes de phytotoxicité en cas de désherbage de prélevée, améliorera la résistance au froid et limitera le phénomène de déchaussement.

Préparer son sol pour la future récolte

Un roulage effectué après le semis ou en reprise de végétation est recommandé pour faciliter la récolte. Il permet d'enfouir les cailloux et de niveler le sol.. Si vous appliquez un herbicide de pré-levée, veillez à rouler avant l’application herbicide pour ne pas perturber son efficacité. En sol limoneux, privilégier le roulage en sortie hiver.

Adapter sa densité de semis

La densité de semis du pois d’hiver se décide en fonction du type de sol et du PMG des semences (cf. tableaux). Pour les semences de ferme ou les lots bruchés, il est fortement conseillé d’effectuer un test germinatif pour adapter au mieux sa densité de semis (cf. encadré).

 

Attention au risque aphanomyces

L’aphanomyces est un champignon du sol qui s’attaque aux racines de nombreuses légumineuses tel que le pois, impactant fortement le rendement et persistant au moins 15 à 20 ans dans les parcelles. Il n’existe aucun moyen de lutte chimique. De part son décalage de cycle dans le temps, le pois d’hiver est moins sensible que le pois de printemps à cette maladie. Cependant, il reste un vecteur de multiplication de l’inoculum et, dans les cas de fortes infections, son potentiel peut également être impacté. En cas de doute, nous vous conseillons de réaliser un test de détection de l’inoculum. Plus d’infos sur la maladie et le test sur www.terresinovia.fr

B. Remurier – Terres Inovia

Avant de semer, faites un test de germination

Si vous envisagez de ressemer vos graines récoltées, réalisez un test de faculté germinative : il vous permettra d’adapter la densité de semis en fonction de la qualité de vos graines.
Pour cela, prélevez un échantillon représentatif du lot à tester. Semer les graines dans du sable ou du terreau, à une profondeur de 1 à 2 cm, par lot de 25 ou 50. Réalisez au minimum trois lots de semis. Humidifiez régulièrement le substrat, et stockez vos lots dans une pièce à température ambiante (autour de 20°C). Comptez, au bout d‘une à deux semaines, les plantules normales. 

Ajustez la densité de semis

Votre densité de semis devra alors prendre en compte les défauts de faculté germinative de votre lot, en sachant que les préconisations de semis intègrent déjà les pertes à la levée et un niveau moyen de faculté germinative de 90% :
Graines à semer (par m²) = Densité de semis préconisée (graines/m²) / (faculté germinative calculée/90)

Par exemple, pour une préconisation de 80 graines/m², avec un niveau de faculté germinative de 80%, il vous faudra semer 90 graines/m².
Graines à semer (par m² ) = 80/(80/90) = 90 graines/m²

Il est très important de calculer sa dose de semis par hectare en tenant compte des PMG.
Dose en kg/ha = (nombre de graines/m² semées x PMG)/100

Services

Recevoir la newsletter