Ovin Actualité

57e concours mouton charollais

Manifestation qui regroupe à la fois le concours national de la race et la mise en avant de l’outil collectif, à savoir la station de contrôle individuel, les journées des 1er et 2 août prochains sont essentielles dans la vie du mouton charollais depuis bientôt 60 ans. La formule évolue cette année, pour encore plus de convivialité et de démarches auprès des éleveurs.

En parallèle d'un bilan mitigé pour les ventes en case en 2018, les ventes aux enchères des moutons SCI avaient été décevantes. Les responsables de l’OS ont donc multiplié cette année les actions de communication sur l’intérêt pour chaque éleveur d’avoir recours à ces animaux pour améliorer les capacités de son troupeau.

Alors que se prépare sa 57e édition, « le concours reste l’événement national de notre race, l’une des premières diffusées en France. Nous attendons près de 500 visiteurs », témoigne Aline Bonnot.
Cette nouvelle édition a été préparée sous le signe de l’accueil et de la convivialité : en démarrant dès le jeudi à 17h, « la manifestation se déroule sur une journée et demi, avec une soirée cocktail organisée dès le premier soir pour proposer aux éleveurs présents un moment privilégié d’accueil et d’échanges », présente ainsi la directrice de l’OS mouton charollais.
Ce rendez-vous national est composé de plusieurs événements. Ainsi une quarantaine d’éleveurs ont prévu de proposer près de 500 agneaux à la vente en case. Une vente qui l’an passé avait été mitigée mais avec des tarifs en hausse par rapport aux éditions précédentes.
En parallèle, 80 agneaux issus de la station vont être proposés à la vente aux enchères le vendredi après-midi. L’an passé, moins d’un animal sur deux avait trouvé preneur à l’issue de cette vente, un résultat que les responsables de l’OS avaient qualifié de décevant lors de leur dernière assemblée générale.

L’intérêt des sélectionnés

Pour tenter de palier ce genre de situation, ils ont multiplié la communication cette année auprès des éleveurs pour souligner l’intérêt pour eux d’avoir recours à ces agneaux SCI.
« Certes ces béliers intéressent en priorité les éleveurs sélectionneurs, mais ils s’adressent aussi aux éleveurs utilisateurs, insiste Aline Bonnot. Ces animaux représentent les meilleurs sujets de la race : les agneaux de station sont sélectionnés en fonction de leur morphologie et des capacités de leurs parents ». Ainsi choisis par rapport à leur valeur bouchère, maternelle et prolifique, ils représentent un atout pour conserver et améliorer les capacités d’un troupeau.
Si près de 600 personnes sont attendues sur la manifestation, les organisateurs ont conscience que tous les éleveurs intéressés ne pourront pas faire le déplacement, d’où une petite innovation : « nous testons cette année le vente à distance grâce à un système de caméra installée sur le ring, ainsi même les éleveurs étrangers ou empéchés, pourront participer à la vente et tenter d’acquérir un agneau », présente Aline Bonnot.

Toujours la qualité…

En parallèle, la petite vente concernera une quinzaine d’animaux : « pour cette vente nous allons sélectionnés des agneaux que nous n’avions pas entré en station mais qui ont finalement bien évolué », cela permet notamment à des éleveurs de renouveller leurs béliers à un prix moins élevé.
Par ailleurs, pour la quatrième année consécutive, la vente d’agnelles prestige, ouverte à tous, proposera aux potentiels acheteurs des lots de trois agnelles. Pour l’heure, huit lots sont inscrits.
Pour toutes ces ventes, l’OS mouton charollais sélectionne les animaux présentés, un élément important pour l’organisme qui veut ainsi « garantir la qualité des animaux mis en vente ».
Pour favoriser ces aquisitions, l’OS a décidé d’accorder des remises aux nouveaux adhérents achetant un agneau. Une ristourne sera aussi appliquée exceptionnellement aux éleveurs qui n’apportent pas d’agneau en station : l’achat d’un animal les affranchira de la cotisation au schéma de sélection.

… et beaucoup de solidarité

Comme la convivialité et la solidarité sont des valeurs importantes au sein de cet organisme, la buvette reste gérée par les JA du canton de Palinges, comme depuis plusieurs années. Quant au repas du vendredi midi, il est toujours organisé par, et au bénéfice de, l’association du syndrome de Poland.
Pour rappel, cette 57e édition sera dédiée à la famille Bernigaud, famille importante du monde de l’élevage ovin charollais durement touchée par le deuil en début de mois.

Vos annonces légales en ligne au meilleur prix
Publiez vos annonces en quelques minutes et obtenez votre attestation immédiatement

Services

Recevoir la newsletter