Culture Pratique Actualité

Une offre variétale qui se renouvelle en orges d’hiver

Les premiers résultats des essais variétés d’orges d’hiver, réalisés par Arvalis - Institut du végétal, sont arrivés. Un regroupement de six essais de la grande zone brassicole Centre est déjà disponible : d’ouest en est, départements 17, 37, 36, 18, 89 et 91. Réalisés sur des argilo calcaires plus ou moins profonds pour quatre d’entre eux et sur des limons pour les deux autres, ces essais se caractérisent par un rendement moyen élevé, proche de 90 q/ha. La situation est néanmoins plus hétérogène en Saône-et-Loire selon les parcelles qui ont pu pâtir des excès d'eau.

Qu’elles soient lignées ou hybrides, six rangs ou deux rangs, les variétés fourragères proposent une offre à fort potentiel de rendement

Du côté des variétés brassicoles, la relève est en route. Inscrites en 2012 et « variétés préférées » par les malteurs et les brasseurs pour la récolte 2019, Etincel (Secobra) et Isocel (Secobra), voient leur avantage sur le plan de la productivité remis en question avec l’arrivée de Pixel (Secobra) et de KWS Faro (KWS Momont) qui viennent d’accéder à la catégorie brassicole « en observation commerciale et industrielle ».

Progressivement, en productivité, Etincel et Isocel se stabilise au niveau de la moyenne des regroupements d’essais. Toutes les deux réalisent leurs meilleurs rendements plutôt avec beaucoup d’épis / m², associés à une bonne fertilité des épis mais Isocel semble mieux se comporter sur les sols séchants. Outre une certaine sensibilité à la verse, leur comportement vis avis des maladies n’est plus aussi serein qu’au moment de leur inscription. A la sensibilité connue à la rhynchosporiose s’invite, depuis deux ans, l’helminthosporiose teres voire la ramulariose. Elles conservent un calibrage d’un bon niveau et des teneurs en protéines plutôt modestes, en dessous de la courbe de dilution « protéines x rendement ».

Pixel, inscrite en 2017, confirme un niveau de rendement supérieur d’environ 5% à celui de la référence Etincel, en particulier sur les sols argilo calcaires. Elle réalise ses meilleurs rendements plutôt avec beaucoup d’épis/m² associés à une bonne fertilité des épis. En revanche, ses caractéristiques agronomiques sont plus modestes avec une sensibilité aux maladies certaine. Enfin, son calibrage semble un peu inférieur à celui des deux références de la catégorie.

KWS Faro, inscrite en 2018 avec une productivité supérieure à celle d’Etincel, confirme régulièrement dans tous les essais de cette année. Cette variété précoce et résistante au froid semblent obtenir ses meilleurs résultats avec un nombre d’épis/m² plus élevé que celui des autres orges six rangs hiver. Sur le plan agronomique, son profil paraît intéressant avec une bonne tolérance à la verse et aux maladies, hormis une petite faiblesse vis-à-vis de la rhynchosporiose. Enfin, son calibrage est supérieur à celui des références connues et sa teneur en protéines semble contenue.

Visuel (Secobra), inscrite en 2017 et « en observation commerciale et industrielle » pour la récolte 2019, présente un profil sensiblement différent des autres variétés proposées par Secobra, déjà citées. Probablement un peu moins productive, elle est plus précoce et aussi assez sensible au froid. Sous cet angle, elle semble ressembler à ESTEREL. Mais elle se distingue de cette dernière par un bon comportement vis-à-vis des maladies et un calibrage très élevé.

Margaux (Unisigma), inscrite en 2018 et admise « en validation technologique » pour la récolte 2019, se distingue d’abord par sa tolérance à la jaunisse nanisante. En 2018, elle se classe en milieu de tableau des rendements, comme à l’inscription. Précoce, elle semble assez peu sensible aux maladies, hormis la rhynchosporiose. Enfin, elle semble un peu en-dessous des références pour le calibrage.

Enfin, toujours sur la liste des « variétés préférées » par les malteurs et les brasseurs pour la récolte 2019, subsistent, par ordre d’ancienneté : Salamandre (2010 - Secobra), Passerel (2011 - Secobra) et Casino (2012 – KWS Momont). A moins de répondre à des marchés spécifiques, ces variétés sont aujourd’hui dépassées par la concurrence.

Variétés fourragères

Qu’il s’agisse d’hybrides, de lignées six rangs ou deux rangs, le progrès génétique est bien là parmi les variétés fourragères.

Les lignées six rangs hiver fourragères les plus productives du moment, en tête du classement rendement, sont par ordre d’ancienneté : KWS Tonic (2013 – KWS Momont),  Detroit (2015 – Sem Partner), KWS Akkord (2017 – KWS Momont) et KWS Orbit (2018 – KWS Momont). Malheureusement, aucune d’entre elle ne possède la tolérance à la jaunisse nanisante. Avec cette caractéristique devenue importante depuis le retrait de l’Imidachlopride en traitement de semences, il faut regarder du côté de Rafaela (2015 – Limagrain) et KWS Borrelly (2018 - KWS Momont) juste dans la foulée du classement rendement. Ces variétés ont des profils agronomiques assez comparables. Néanmoins, dans le détail, KWS Borrelly est très précoce, KWS Akkord sensible aux maladies et KWS Orbit tolérante à la verse. Touareg (2011 – Lemaire Deffontaine) semble en retrait par rapport aux bons résultats obtenus dans le passé.

Du côté des hybrides six rangs, dans ce regroupement de six essais Centre, elles se positionnent après les six variétés qui viennent d’être citées. Néanmoins, Mangoo (2014 – Syngenta) reste une valeur sûre tout comme SY Pool (2018 – Syngenta) inscrite parmi les meilleures en productivité.

Enfin, parmi les variétés deux rangs hiver fourragères, LG Casting (2017 – Limagrain) et Memento (2017 – Secobra) sont probablement les deux variétés les plus productives du moment, proches d’Etincel. Plus tardives que la majorité des variétés six rangs hiver, elles ont un bon comportement vis-à-vis des maladies ainsi qu’un excellent poids spécifique.

Diane Chavassieux et Luc Pelce - Arvalis – Institut du végétal

Services

Recevoir la newsletter