Département Caprin Actualité Ruralité

Nouvelle vie en production caprine fermière

Originaires du Rhône, Aurélie Bleton et Franck Amiot ont décidé de changer de vie en devenant éleveurs de chèvres. Ils ont repris une ferme près de Cuiseaux où ils produisent des fromages fermiers qu’ils écoulent en vente directe.

Installée en EARL, Aurélie est secondée par son mari Franck – conjoint collaborateur. Matthieu, salarié, est venu en renfort lorsque la jeune femme a mis au monde un petit garçon nommé Tao.

Aurélie Bleton et son conjoint Franck Amiot se sont installés en automne 2017 à Champagnat, tout près de Cuiseaux. Originaire de Villefranche-sur-Saône, Aurélie travaillait auparavant dans le milieu médical tandis que Franck était mécanicien. L’envie de changer de vie et une amie installée depuis sept ans ont inspiré au couple l’ambition de reprendre une exploitation agricole. Après un BPREA caprin préparé à Davayé, les recherches d’Aurélie l’ont conduite au pied du Jura aux portes de Cuiseaux. Une situation géographique idéale pour le couple qui voulait une exploitation proche d’un village, près d’un grand axe routier, à proximité d’un bassin de consommation conséquent (entre Bourg-en-Bresse et Lons-le-Saunier).

Ils ont acheté une trentaine d’hectares de prairies ainsi qu’une ancienne exploitation allaitante comprenant une habitation, des bâtiments anciens ainsi qu’une stabulation sur aire paillée récente comprenant un stockage de fourrages.

Une bonne génétique

Pour constituer son troupeau d’une centaine de chèvres à terme, Aurélie s’est fournie auprès de trois exploitations différentes, dont l’une cessait son activité. Convaincue que « la génétique a un gros impact sur le revenu de l’exploitation », la jeune éleveuse a privilégié des animaux à bon potentiel. Et le troupeau est suivi par le contrôle laitier, « de sorte à garder les bonnes chevrettes », justifie-t-elle. De races alpine et massif central, les animaux pâturent tous les jours. L’objectif d’Aurélie étant de les conduire en pâturage tournant.

Vente directe

Pour l’heure, Aurélie trait 57 chèvres. Mais le nombre de chèvres en lactation devrait monter à une centaine d’ici peu. Quelques vaches laitières rejoindront le cheptel pour élargir la gamme des fromages produits par l’exploitation. Le lait de vache servira aussi à nourrir les cabris à moindre frais, signale l’éleveuse.

Le couple prévoit également d’engraisser une dizaine de porcs par an ce qui permettra ainsi de valoriser le petit lait. Objectif : vendre ces produits en direct que ce soit sur les marchés ou à la ferme.

A terme, Aurélie projette d’aménager sur place un magasin de produits fermiers, ouvert à d’autres productions que celles de l’exploitation. Très attachée au principe des circuits courts et au contact avec les consommateurs, la jeune éleveuse diversifie d’ores et déjà sa gamme de fromages de chèvres. A l’image de son "camembert pur chèvre au lait cru" qu’elle propose depuis quelque temps à sa clientèle.

 

Services

Recevoir la newsletter