Elevage Allaitant

A Charolles, 627 bovins reproducteurs ont concouru malgré tout

Dans une fin de saison très morose, le concours de Charolles est parvenu à rassembler 627 reproducteurs charolais. Mais il manquait tout de même 80 animaux de moins qu’en 2017 et l’érosion touche aussi le nombre de veaux vendus.

Le grand prix d’honneur mâle adulte a été remporté par Fabien Gaudet avec Love, un remarquable taureau typiquement charolais de 1.410 kg, doté d’un joli grain de viande et d’une belle gueule, décrivait le juge.

Vendredi dernier, 627 reproducteurs charolais se sont affrontés à Charolles. Au terme d’une saison des concours bien morose, le plus emblématique des rendez-vous de la race demeure de loin le plus important en effectif avec près de 520 veaux mâles de l’année en compétition au sein de 33 sections. Mais si les chiffres demeurent impressionnants, il y avait tout de même 80 bovins de moins qu’en 2017 et huit éleveurs exposants de moins que l’an dernier. Sans surprise, il s’est moins vendu de veaux que les autres années : une soixantaine, indiquait-on, soit une dizaine de moins qu’en 2017. Certes cela aurait pu être pire vu la gravité de la sécheresse. Mais pour le président de la société d’agriculture Gilles Degueurce, « il ne faut pas se voiler la face. L’érosion se poursuit ». Une tendance que le responsable attribue tant à une évolution des modalités de vente des reproducteurs (stations, ventes en ligne, portes ouvertes, etc…) qu’à une baisse inéluctable du nombre d’éleveurs et des naissances.

Causes multiples

Bien sûr, le nouveau règlement du Herd Book excluant les veaux nés de césariennes a eu un impact significatif à Charolles, confiait, chiffres à l’appui, Gilles Degueurce. En 2017, ce sont en effet 48 veaux sur 570 qui auraient du être éliminés si l’on avait appliqué cette règle, fait remarquer le président. Mais si la question fait toujours débat dans le berceau de race, elle ne constitue pas la cause principale de la morosité qui frappe les concours cette année. D’ailleurs, cette morosité générale touche aussi le Festival du Bœuf, confiait Gilles Degueurce. On se dirigerait en effet vers 800 inscriptions seulement contre 1.200 l’an dernier ! Le nouveau règlement vis-à-vis de l’IBR et la sécheresse ont sans doute pesé. Sans oublier la moins bonne vente de 2017 qui avait marqué les esprits. Mais là encore, l’explication est probablement plus profonde.

Extrait du palmarès

Adultes mâles

Grand prix d’honneur et prix d’honneur taureau : Love, EARL Gaudet Fabien, Marly-sur-Arroux.

Prix d’honneur junior : Nippon, Gaec Barge-Fédérici, Vaudebarrier.

Prix de synthèse : Military, SCEA Pichard Hugues, Montceau-les-Mines.

1er prix de famille par le père : Gaec Devillard Jacques et Caroline, Champlecy.

Veaux mâles

Prix d’honneur : 1er Œillet, Paul Czerewko, Etang-sur-Arroux ; 2e Officiel, Gaec Langillier Jean-Marc et fils, Saint-Bérain-sous-Sanvignes ; 2e Offenbach, EARL Pacaut, Laizy.

Prix de synthèse : Œillet, Paul Czerewko, Etang-sur-Arroux.

Prix de l’Ajec : Ohmonbeau, Gaec Berland Luc et Denis, Viry.

Super prix d’ensemble et 1er prix d’ensemble section 1 : Gaec Langillier Jean-Marc et fils, Saint-Bérain-sous-Sanvignes.

1er prix d’ensemble section 2 : Paul Czerewko, Etang-sur-Arroux.

1er prix d’ensemble section 3 : EARL Bonnot Bernard et Denise, Champlecy.

Trophée viande : 1er Orfèvre, Gérard Delangle, Curbigny ; 2e Odassieux, Gaec Maréchal, Toulon-sur-Arroux ; 3e Ourazu, Louis Grivaud, Saint-Romain-sous-Gourdon.

Adultes femelles

Grand prix d’honneur et prix d’honneur vache : Indiana, Gaec Froidurot (21).

Prix d’honneur junior : Néfertiti, Gaec Lacour père et fils, Saint-Vincent-des-Prés.

Prix de synthèse : Laika, Didier Métrop, Grandvaux.

1er prix d’ensemble : François Baudin, Issy-l’Evêque.

1er prix d’élevage : François Baudin, Issy-l’Evêque.

Veaux femelles

Prix d’honneur : 1ère Oh Labelle, SCEA Pichard Hugues, Montceau-les-Mines ; 2e Odyssee, Gaec Prost, Montceau-l’Etoile.

Prix de synthèse : Oh Labelle, SCEA Pichard Hugues, Montceau-les-Mines.

1er prix d’ensemble : Gaec des Chataigniers, Le Breuil.

 

Services

Recevoir la newsletter