Viticulture Département Economie

Dans le vignoble de Saône-et-Loire, les vendanges laissent augurer de belles promesses

Même si les rendements s’avèrent en deçà des meilleures années, force est de constater que le millésime 2017 s’annonce extrêmement prometteur, aussi bien pour les rouges que les blancs et les crémants. Rapide passage en revue.

Les vendanges se terminent cette semaine au domaine Goubard

Même s’il convient toujours de garder une once de prudence, les vendanges 2017 auront donné le sourire à la profession. Dans le Mâconnais, Marc Sangoy, président de la cave de Lugny, fait un bilan intermédiaire très positif. « Nous sommes en milieu de vendange (NDLR : lundi dernier). Il y a une très bonne maturité avec des degrés oscillant entre 12,5 et 13, un équilibre intéressant. Pour l’instant, je suis assez optimiste même s’il y a eu un peu de botrytis suite aux différents orages. Par contre, le rendement sera plus faible que ce que nous avions envisagé. Sur Lugny, nous ne ferons pas le plein ». Entre un secteur gelé, un autre grêlé, le froid et une fleur qui ne s’est pas fait correctement, le rendement a donc été impacté. « Il y a eu un très bon état sanitaire. Nous avons tout pour faire un excellent millésime, en blanc comme en rouge. Quant aux crémants, il y a certes une récolte assez faible, mais un bon équilibre et des degrés assez hauts ».

Un état sanitaire impeccable

Du côté des Vignerons des Terres secrètes, le président Michel Barraud délivre un message sensiblement identique. « Nous avons débuté le crémant le 23 août et les saint-Véran ont été rentrés à partir du 26 août. Il y a une très bonne maturité avec une bonne concentration. C’est riche en sucre avec une bonne acidité. L’état sanitaire a été irréprochable jusqu’au bout. Pour les chardonnay, le rendement sera modéré, notamment du côté de Verzé et de Milly-Lamartine du fait de la coulure, de la grêle et l’effet sécheresse. Il faut remarquer que nous finissons les vendanges très tôt, ce qui est rare. Pour ce qui est des rouges, c’est une belle surprise avec une belle maturité phénolique, des raisins très murs. De manière générale, la cuvaison se passe bien. Nous aurons de beaux vins en rouge comme en blanc. Au final, nous avons eu de très belles vendanges avec de bonnes conditions climatiques ».

Le son de cloche est assez proche lorsque l’on écoute Stéphane Jacob, président de la cave de Viré, et Jean-Philippe Hanchin, maître de chai. « Il n’y a pas eu de maladie. On note une maturation relativement saine ». Néanmoins, l’acidité, correcte au début des vendanges, a baissé ensuite. « Mais il y a une très bonne richesse en sucre avec des degrés de 12,5 à 13. Nous sommes pile dans les clous. Les conditions de vendanges ont été idéales. C’est un millésime qui se présente bien, avec un beau potentiel. Par contre, quantitativement, le volume sera dans la moyenne basse. Pour ce qui est des crémants, nous avons vendangé du 28 au 30 août. Nous avons des degrés se situant à environ 11,2 - 11,3. Il y a une bonne acidité et des raisins très sains ».

Un millésime prometteur

Pour ce qui est de la Côté chalonnaise, les conclusions sont sensiblement identiques. François Legros, président de la cave des Vignerons de Buxy, précise que « nous sommes en cours de vendanges. Nous avons commencé le 27 août par les crémants. Aujourd’hui (NDLR : le 12 septembre), il nous reste encore beaucoup d’aligoté à rentrer. Habituellement, nous faisons environ 70.000 hectolitres. Alors que nous espérions cette année 65.000 hectolitres, je pense que nous serons en dessous. Il y a eu la sécheresse et certains secteurs touchés par la grêle. Un secteur comme Saint-Gengoux-le-National a subi pas mal de dégâts. Le point positif est que nous avons rarement vu une année avec autant de richesse en sucres ». Ici aussi, l’acidité, élevée au départ, a beaucoup baissé. « Nous devrions avoir des vins avec une très bonne structure que ce soit en chardonnay, en pinot noir ou en gamay. Il y a un très fort potentiel qualitatif. Nous avons eu très peu voire pour ainsi dire pas de maladie. Tous les ingrédients sont réunis pour faire quelque chose de vraiment bien ».

Pour sa part, Pierre-François Goubard, exploitant à Saint-Désert, a vécu assez sereinement ces vendanges démarrées le 4 septembre. « C’est bien en rouge avec une très belle qualité, des raisins sains et de bon degrés de l’ordre de 12,5 voire 13 en Givry premier cru. L’acidité est correcte même si certains rouges manquent un peu d’acidité suite aux dernières pluies. Les rouges sont assez concentrés, fruités mais avec un rendement en dessous de la moyenne. Les vignes ont craint le froid par endroit. En blanc, il y a de bons rendements et une bonne acidité. Dans l’ensemble, il y a eu très peu de maladies. Cela sera très qualitatif ».

 

Vos annonces légales en ligne au meilleur prix
Publiez vos annonces en quelques minutes et obtenez votre attestation immédiatement

Services

Recevoir la newsletter