Actualité Viticulture Ruralité Environnement Economie

Le vignobles des Maranges en Saône-et-Loire est éligible aux aides destinées à restaurer le patrimoine viticole des Climats de Bourgogne

L’association des Climats du vignoble de Bourgogne a lancé un nouveau dispositif d’aide à la restauration du patrimoine bâti viticole : murs, portes, escaliers, cabottes… En Saône-et-Loire, les communes des Maranges sont concernées. Avis aux propriétaires concernés.

La réfection des ouvrages en pierre est éligible aux aides.

Suite à l’inscription des Climats du vignoble de Bourgogne au Patrimoine mondial, l’Association des climats du vignoble de Bourgogne a réalisé un inventaire du patrimoine bâti délimitant les climats et les constats sont nets : sur les 220 km de murets recensés, beaucoup sont en mauvais état, certains sont restaurés avec des matériaux ne s’intégrant pas dans le paysage (béton, parpaings…) quand d’autres ont complétement disparus.

Un patrimoine à préserver

Mur de clos effondré, mur de soutènement fragilisé par la végétation ou le passage des engins… le coût d’une restauration de manière traditionnelle en pierres sèches peut ralentir ou décourager certains propriétaires.

Fin 2017, l’association a lancé un nouveau dispositif d’aide à la restauration du patrimoine bâti viticole : murs, portes, escaliers, cabottes… Trois appels à projets lancés successivement doivent permettre d’accompagner financièrement quarante-trois propriétaires (privés ou publics) dans leur projet de restauration : ainsi, plus de 1,5 km de murs en pierres sèches, six cabottes et une source vont être restaurés de manière traditionnelle.

Le prochain appel à projet est d’ores et déjà lancé et les prochains dossiers de demande de financement sont à déposer à l’Association avant le 29 juin 2018.

L'ouverture de ce fonds de financement doit permettre de les encourager et les aider à maintenir et à restaurer leur patrimoine.

Une sensibilisation à mener…

Chaque chantier de restauration donne l’occasion d’échanger avec les entreprises choisies sur les techniques de restauration et l’intégration des éléments dans leur environnement paysager proche : c’est une première étape de sensibilisation. Simultanément, des actions de formation sont lancées en partenariat avec le CFPPA viticole de Beaune pour apprendre aux salariés viticoles les techniques de la pierre. D’autres actions de sensibilisation et de valorisation du patrimoine et des métiers de la pierre seront engagées en 2018.

Concrètement ?

Concrètement, tous les propriétaires de patrimoine viticole sur le site inscrit, qu’ils soient exploitants viticoles, particuliers, associatifs ou collectivités territoriales peuvent solliciter une aide financière au fonds Patrimoine.

En remplissant le dossier de demande, ils peuvent espérer être retenu par le comité de sélection et voir leur projet être financé jusqu’à 50 % du montant des travaux, avec une aide maximale fixée à 25.000 € TTC.

Pour bénéficier de ce dispositif, le patrimoine concerné doit répondre à certains critères :

• être situé dans le périmètre inscrit au Patrimoine mondial ;

• concerner un projet de restauration du patrimoine viticole public ou privé réalisé en pierres : cabottes, murets en pierres, meurgers, murs, escaliers, portes de clos, ouvrages hydrauliques… ;

• présenter un caractère patrimonial ;

• utiliser des matériaux et des techniques de restauration traditionnels (construction en pierre sèche ou maçonnerie à la chaux) ;

• être visible depuis la voie publique ;

• faire appel pour le chantier à une entreprise, une association ou un organisme de formation expérimenté, avec une possibilité d’auto-construction si le propriétaire peut justifier des compétences.

Les dossiers de candidature sont téléchargeables sur le site internet de l’association (www.climats-bourgogne.com) ou disponibles sur demande par courriel auprès de : developpement@climats-bourgogne.com

Ils seront à déposer auprès de l’association le 29 juin 2018 au plus tard. Ce soutien est cumulable avec les dispositifs existants (label de la Fondation du Patrimoine…).

Delphine Thevenot-Martinez

Depuis fin 2017, quarante-tois projets de restaurations ont été retenus et bénéficieront d’une subvention. Ils ont été sélectionnés pour leur intérêt patrimonial, leur intégration dans le paysage et les techniques de restauration utilisées, puisque, rappelons-le, le dispositif soutient uniquement les projets de restauration en pierre sèche ou avec du mortier à la chaux, sur le site inscrit au Patrimoine mondial.

Malgré une météo difficile en ce début d’année, les premiers chantiers de restauration ont pu se tenir pendant l’hiver. L’objectif a été de restaurer les éléments "à l’identique", en conservant, quand cela est possible, les matériaux sur place et en utilisant les techniques traditionnelles de restauration en pierre sèche.

Services

Recevoir la newsletter