Culture

Optimiser les performances en grandes cultures

Arvalis a organisé un colloque le 29 janvier à Beaune sur le thème « Créer de la performance en grandes cultures ». Si des solutions et des leviers ont été présentés, il a bien été précisé qu’aucune ne représente une solution miracle adaptable à toutes les exploitations.

Si les résultats des exploitations en 2018 font état d’une nette amélioration dans leur ensemble, il n’en demeure pas moins qu’ils cachent une grande disparité de revenus entre les structures quelle que soit la filière, une grande volatilité de ces résultats surtout depuis dix ans et une grande dépendance au marché.
Ce qui faisait dire à Didier Lenoir, membre du conseil d’administration d’Arvalis, que « 50 % des exploitations Otex 15 dégagent moins d’un Smic par UTANS (unité de travail annuel non salarié) et qu’un tiers a un revenu négatif ».
Face à cette précarité, l’Institut du végétal a lancé avec seize autres partenaires le projet R3 en 2017 sur l’Yonne et la Côté d’Or. R3, pour Retrouver de la Robustesse et de la Résilience en grande culture. Le colloque du 29 janvier a été l’occasion de revenir sur les constats faits et d’en tirer des enseignements.

Décaler les semis

Ainsi parmi les leviers techniques présentés par Luc Pelcé, ingénieur Arvalis BFC, « le décalage de la date de semis des céréales à paille est à étudier pour permettre aux céréales de mieux résister aux maladies ». Le choix des variétés aussi, tout comme le recours à un outil d’aide à la décision pour des intrants les plus efficients possible.
De son côté, Michael Geloen de Terres Inovia a présenté de nouveaux itinéraires techniques pour le colza, comme notamment ne pas hésiter à le semer précocément (début août, voire fin juillet) en prenant plus en compte les conditions météo (pluie) et les objectifs visés (éviter l’exposition à certaines maladies ou à certains insectes) que le calendrier. Par ailleurs, le colza se gère aussi différemment selon la variété choisie et la mise en place d’un couvert associé. « Les études ne se focalisent plus seulement sur la fèverole et montrent l’intérêt d’associer le colza avec d’autres légumineuses, comme les lentilles, fénugrec, gesse ».

Optimiser les intrants

Les ingénieurs Arvalis ont cherché à estimer le gain de production à l’hectare de ces différents dispositifs. Partant d’une ferme type à 200 ha, les hypothèses de ces itinéraires optimisés tablent sur un gain de 10.000 € pour l’exploitation et de 6.900 € par UTANS.
De toutes ces solutions présentées, les intervenants ont insisté sur le fait qu’il ne s’agit pas « de baisser le recours aux intrants au maximum au risque de perdre du rendement, mais bien d’optimiser leur recours par rapport au contexte de l’année et au type de sol ».
Autre étude rapportée dans le cadre de technique d’opportunité : l’orge de printemps semé à l’automne dans les secteurs à débouché brassicole. Treize essais ont été menés entre 2008 et 2018 dans la campagne berrichone (où les risques de gel jusqu’à – 12 °C allaient de 1 année à 5 années sur 10). Il a été constaté une augmentation de rendement de l’ordre de 12-13 quintaux pour l’orge semée à l’automne par rapport à une orge semée au printemps (ce que ferait une orge hivernale à haut rendement). « Cependant, ces pratiques sont à réserver dans les zones où les risques de gel sont les moins élevés et où les orges de printemps ont des difficultés à faire du rendement au printemps car soumis à des excès de sécheresse », a rapporté Luc Pelcé.

Gérer l’azote par OAD

Quant à savoir comment gérer l’azote, là encore une étude semble démontrer qu’il vaut mieux ne pas limiter les apports en début de campagne (dans l’optique de faire des économies en prenant en compte la variabilité des prix blé/azote) et qu’il convient d’adapter le pilotage d’azote en fonction des demandes des cultures en cours de saison. Les outils d’aide à la décision peuvent alors être précieux.
Enfin, les études concernant le relay cropping, c’est-à-dire l’association de culture en relais, ne sont pour l’instant pas concluantes mais laissent penser qu’elles doivent être développées. « De nouveaux essais vont être menés en 2019, notamment en Bourgogne Franche-Comté », a annoncé en conclusion Diane Chavassieux, d'Arvalis.

Vos annonces légales en ligne au meilleur prix
Publiez vos annonces en quelques minutes et obtenez votre attestation immédiatement

Services

Recevoir la newsletter