Actualité Loisirs Ruralité

A Champlecy, le dragon veille sur les trésors du château...

En dehors de son château qui a subi de nombreuses vicissitudes, la commune de Champlecy a marqué l’histoire en la personne de Anne-Charlotte de Chanlecy qui épousa un certain d’Artagnan...

D'importantes restaurations de l'église ont été nécessaires pour la préserver.

Du point de vue étymologique, le nom de Champlecy (en patois Champ - lecy ) est difficile à interpréter. Il provient peut-être d’un nom propre, Camulius ou d’un nom commun (champ "plessis", c’est-à-dire "champ clos", le plessis désignant la haie en patois charollais). La commune abrite un château. La bâtisse actuelle a été reconstruite au début du XVIIe siècle sur l’emplacement de l’ancien château fort pillé et détruit pendant les guerres de religion (1562 - 1572). Aux XVIe et XVIIe siècles, il était possédé par la famille Boyer, originaire de Cluny et qui prit alors le nom de Chanlecy. Le nom de Chanlecy aurait été abandonné à la vente des Chanlecy et la seigneurie aurait pris le nom de la paroisse de Champlecy sans doute parce qu’il n’y avait alors plus continuité héréditaire. Les vendeurs avaient vendu les biens, mais non leur nom de famille.

Femme de mousquetaire

En 1642, Anne-Charlotte de Chanlecy a dix-huit ans et épouse Jean Léonor Damas Digoine, seigneur de La Clayette et Cluny, mais celui-ci est tué au siège d’Arras en 1654. La voici donc veuve et sans enfant et c'est alors qu'elle fait la rencontre de d’Artagnan lequel accompagne le roi Louis XIV. Le 5 mars 1659, il y a un mariage civil à Paris avec la signature du roi Louis XIV et Mazarin. Ensemble, ils auront deux fils en 1660 et 1661. Le mariage est cependant un échec. Six ans après leur union, lassée des infidélités de son mari et fatiguée de payer ses dettes aussi nombreuses que ses conquêtes amoureuses, Anne-Charlotte se retire à Sainte-Croix, en Bresse, dans la propriété acquise par les Chanlecy en 1626. Elle y mourut le 31 décembre 1683 et repose en l’église locale.

Le château de Champlecy a ses légendes : au fond du souterrain qui s’étend sous ses murs, un dragon veillerait sur les trésors des seigneurs de Chanlecy... Le château a été transformé en ferme, les salles voûtées accueillirent le bétail et l’étage fut transformé en fenil. Quant aux souterrains...

Lorsque l’on s’intéresse à l’église de Champlecy, on remarque qu’elle est en partie romane. Elle peut être datée du XIe siècle. Elle a été fortement restaurée en 1862 car très abîmée lors de la Révolution. Elle est placée sous le vocable de l’Assomption de la Vierge.

Services

Recevoir la newsletter