Actualité

La Croisière en mer Egée s'est bien révélé être une destination mythique. A voir absolument !

Du 22 au 28 avril, la sections des Anciens exploitants de la FDSEA de Saône-et-Loire avec des amis et proches sont partis en croisière à la découverte des mystères, de l’histoire, du patrimoine, de l’agriculture locale et de la beauté des îles Grecques en mer Egée.

Le 22 avril, ce sont pas moins de 23 jeunes retraités adhérents à la section des anciens de la FDSEA de Saône-et-Loire qui ont été rejoints par treize autres voyageurs pour le grand départ. Direction Athènes. Le voyage est déjà en soi une aventure aérienne, maritime et terrestre. Bus, avion, paquebot, chaloupe, taxi se succèdent sans oublier des moyens de locomotion exotiques : dos d’âne et triporteur à pédale. Heureusement, tout le monde est arrivé à bon port. Arrivés dans la capitale de la Grèce, l’hôtel donne directement sur le Parthénon illuminé. Une vraie carte postale. De quoi aiguiser la curiosité de tous.

Le lendemain, la "véritable" croisière débute. « Tous à bord » se nomme-t-elle. Personne ne reste à quai grâce à une Organisation sans faille. La courtoisie du personnel est au rendez-vous. À bord, tous âges et toutes nationalités se mélangent. Services, spectacles à thèmes et infrastructures - piscine, casino, bars, magasins... – font qu’il est impossible de s’ennuyer (cours de cuisine, de danse grecques…). Sans oublier évidemment, les repas variés et  copieux, traditionnels ou plus habituels mais toujours délicieux. Les cabines confortables permettent de récupérer.

Mykonos en Grèce

Dans les Cyclades, l’ile de Mykonos est célèbre pour ses moulins immédiatement visibles. Ils sont les  vestiges d’une période où la force de la nature faisait la richesse de l’ile : le grain arrivait par la mer, était moulu par les moulins à vent et la farine repartait par la mer.

Au 21° siècle, c’est le tourisme qui constitue l’activité principale de l’île avec ses moulins donc, mais aussi avec ses chapelles, ses maisons carrées et blanches tout au long de ruelles. L’île est surnomée « la petite Venise » puisqu’elle fût une ancienne possession vénitienne. Se promener au milieu des bougainvilliers et autres plantes luxuriantes est exquis.

Kusadasie en Turquie

Deuxième étape de la croisière, la Turquie, dans la ville de Kusadasie. Le guide fait découvrir un haut lieu de l’antiquité : Ephése. Cette ville abritait la 3e plus grande bibliothèque de l’antiquité. Son théâtre romain - à l’acoustique fabuleuse - fut préservée jusqu’au 20° s.. Aujourd’hui, il n’est plus le théâtre que de concerts de musique classique pour la préserver.

Ephèse est grandiose avec ses vestiges d’une riche culture allant de la rue pavée de marbre à la fontaine de Trajan, en passant par la présence de la déesse Niké dont une célèbre marque de sport a emprunté la fière allure pour en faire son logo…

Activité importante en Turquie, la visite d’un élevage ovin permet de prendre conscience de l’importance de l’agriculture dans ce pays. Le commerce des vêtements de cuir y est important avec des magasins de vêtements de mode.

Deuxième escale de la journée : Patmos. La visite du Monastère orthodoxe, avec une splendide vue sur la mer, est érigé en l’honneur de Jean le Mystique qui a rédigé le livre de l’Apocalypse. Là encore, de multiples musées permettent de découvrir nombre de documents écrits, Icônes, retables....

Le cuir du colosse de Rhodes

Ce n’est pas le colosse de Rhodes qui attendait ensuite les voyageurs lors de la troisième escale - puisqu’il fut détruit par un tremblement de terre en 225 ans avant JC. – mais une visite guidée du site médiéval avec la rue des chevaliers… avec ensuite une ascension pour l’acropole de Lindos à pied ou à dos d’âne !

Plusieurs chapelles orthodoxes et des rues étroites commerçantes formaient ce décor. Des boutiques proposaient de voir sur place la fabrication de vêtements en cuir.

Eraklion et Santorin plein de contrastes

Dernière île grecque de la croisière, la mythique île de Santorin dans les cyclade. Cette ile volcanique est particulièrement chaude. Les branches des ceps de vigne doivent être travaillées en cercles au ras du sol pour abriter les raisins et conserver le peu d’humidité.

Puis arrivé à Eraklion en Crête, les contrastes entre le bleu de la mer, le bleu du ciel et la blancheur des villages ne peut que rendre admiratif. En haut de la falaise à Oia, ce village spectaculaire est situé dans un cratère ! Celui de caldera. La visite du village ne peut se faire qu’à pied au travers de ruelles pitoresques mais toujours pavées de marbre et bordées d’innombrables boutiques. Le coucher de soleil y est sublime.

La capitale antique : Athènes

Pour le dernier jour du voyage, après une dernière nuit festive sur le paquebot, le jour se lève sur le port du Pirée à Athènes. Les maisons de style néoclassique peu ou pas restaurées nous conduisent au Stade Panathéaïque (en marbre) où se déroulèrent les premiers JO de l’ère moderne en 1896. Puis ce sont des vestiges encore plus ancien qui se laissent admirer, ceux de l’Athènes antique et notamment les 16 colonnes corinthiennes du temple de Zeus. Un peu plus loin encore, place Syntagma, la relève de la garde d’honneur du soldat inconnu par les evzones, des soldats.

Puis de colonnes antiques en maisons classiques, l’entrée du Musée archéologique de l’Acropole contraste entre modernité de la construction et ancienneté des sculptures exposées. Ainsi, l’accès se fait sur pilotis mettant en évidence, sous les pieds des visiteurs ébahis, des ruines antiques ou encore, à travers un plancher de verre, la possibilité de découvrir des objets retirés des pentes du rocher de l’Acropole. La visite guidée se poursuit en relevant ensuite la tête du sol pour découvrir des édifices mythiques : Parthénon, Erechthéion et ses Caryatides....

Evidemment, voir Athènes sans faire l’ascension de l’acropole n’est pas possible. Nos Saône-et-loiriens s’élancent dans la chaleur au milieu d’une foule mais qu’importe, c’est un joyau qui les y attend. La splendeur de la vue est à couper le souffle. Comme d’habitude, après tant de péripéties et d’émotions, un repas traditionnel - ici en musique dans le quartier de la Plaka – redonne de la force à tous. Que le retour en France fut rapide en ayant déjà tant de souvenirs extraordinaires à partager.

Denise Colas

Services

Dossiers

Recevoir la newsletter