Lait Elevage

La fédération Holstein Rhône-Alpes réunie en Saône-et-Loire

La fédération Holstein Rhône-Alpes a tenu son assemblée générale le 26 mars dernier à Simandre. Bien qu’elle ne pèse que 3,5% des vaches holsteins en France, la région fait montre d’un remarquable dynamisme, tant au niveau génétique que sur les concours nationaux.  

La famille Janniaux du Gaec de Raimbos (à gauche) avec Ibiza, fille de Seaver.

Le 26 mars dernier à Simandre, le syndicat des éleveurs Holsteins de Saône-et-Loire accueillait l’assemblée générale de la fédération Holstein Rhône-Alpes. Le syndicat holstein de Saône-et-Loire adhère en effet à la fédération régionale des éleveurs de Prim’Holstein de la zone Rhône-Alpes Auvergne (départements 01, 05, 07, 26, 38, 42, 43, 63, 69, 71, 73, 74). La mission principale de la fédération est la participation aux concours de race holstein. D’ailleurs, la majeure partie de l’assemblée générale a été consacrée au bilan des manifestations 2018-2019 auxquelles ont participé les éleveurs de la fédération. Des rendez-vous nationaux où les éleveurs sont allés défendre les couleurs de leur région, même à l’autre bout de la France (lire encadré).

En avril, deux vaches holstein de Rhône-Alpes iront même participer au concours européen de Libramont en Belgique.

Une région dynamique

A l’issue de ce tour d’horizon des concours, Anne Chapon de Prim’Holstein France (PHF) a présenté une synthèse des résultats génétiques de la zone Rhône-Alpes. Bien qu’elle ne pèse que 3,5% de l’effectif holstein en France, la zone Rhône-Alpes se montre plus dynamique sur le plan génétique que d’autres régions plus laitières, faisait valoir la technicienne. D’ailleurs, avec seulement 3,5% des vaches, la région compte 6% des grandes laitières de la race ; celles qui sont à plus de 100.000 litres de lait produit. La part des vaches adhérentes à PHF est plus élevée qu’à l’échelle nationale (31,6% contre 24,5) et le nombre d’adhérents stable. La moyenne de production par vache est légèrement supérieure à la moyenne nationale à 8.917 kg de lait et les taux conformes au national (31,6 pour le TP et 39,2 pour le TB).

De très bons élevages en Saône-et-Loire

Au palmarès des meilleurs élevages régionaux, le Gaec de la Pelletière à Charnay-les-Mâcon se classe troisième en index santé de la mamelle. Le Gaec JS2L de Pierre-de-Bresse est à la quatrième place en lait produit par jour de vie et il est sixième parmi les meilleurs élevages en lait brut (11.467 kg). L’examen des meilleurs pointages révèle que les vaches holstein vieillissent bien avec des femelles affichant jusqu’à 9 lactations, faisait valoir Anne Chapon. Une vache appartenant au Gaec du Progrès de Saint-Germain-du Plain figure parmi les meilleures indexées en Rhône-Alpes avec un ISU de 181. Elle devance une autre femelle appartenant à l’EARL du Grand Servigny de Saint-Christophe-en-Bresse indexée à 180 d’ISU.

Avec seulement 3.500 vaches holstein pour 200.000 vaches allaitantes et 20.000 montbéliardes, la Saône-et-Loire ne pèse pas lourd au regard de la fédération. Pourtant, le département parvient à faire parler de lui à l’échelle régionale avec une poignée de très bons élevages qui n’hésitent pas à participer aux concours. A l’image du Gaec de Raimbos qui recevait l’assemblée générale cette année et dont l’un des représentants Guillaume Janniaux, préside le syndicat holstein de Saône-et-Loire et est le trésorier de la fédération holstein Rhône-Alpes.

Show Open, Space, Sommet de l’Elevage, Paris…

En juin 2018, 22 génisses holsteins de la zone Rhône-Alpes sont allées au Show Open Génisses à Lezay dans les Deux-Sèvres. 14 provenaient de la Loire ; 4 de Haute-Loire et 4 de Saône-et-Loire. Sur ce show d’envergure nationale, les rhône-alpins ont dû se contenter de prix de section. La Saône-et-Loire était représentée par le Gaec de Raimbos, le Gaec Bélicard, le Gaec JS2L. Début septembre, quelques élevages sont également allés au Space à Rennes. Trois semaines plus tard, le Sommet de l’Elevage accueillait pas moins de 37 vaches en provenance des départements Ain, Ardèche, Isère, Loire, Haute-Loire, Rhône, Saône-et-Loire et Haute-Savoie. Un élevage de la Haute-Loire a obtenu le titre de championne et meilleure mamelle jeune pour Eryanroc Lucky, appartenant au Gaec Elevage Cornayre. Un élevage de la Loire remportait également le titre de la meilleure fromagère (Gaec de la Pommière) et un élevage du Rhône celui de la meilleure laitière (EARL du Petit Ramard). Seul élevage à représenter le Saône-et-Loire, le Gaec de Raimbos avait décroché un quatrième prix avec Raimbos Gondole. En février dernier, la fédération holstein Rhône-Alpes présentait dix vaches au salon de l’agriculture.

Concours régional en Haute-Loire en 2020

Parmi les rendez-vous futurs, la fédération ira au Sommet de l’Elevage du 2 au 4 octobre avant de participer à nouveau au Show Open Génisses les 23 et 24 octobre à Metz. Début 2020, ce sera à nouveau Paris. Le 25 avril 2020, le département de la Haute-Loire organisera un concours régional à Issingeaux. Un évènement attendu pour la fédération qui doit permettre de redynamiser la région, se félicitait le président.

Gaec de Raimbos : converti à la génétique holstein depuis 1990

L’après-midi, les adhérents de la fédération holstein Rhône-Alpes étaient invités sur l’exploitation du Gaec de Raimbos pour une présentation de leurs animaux organisée avec le syndicat holstein de Saône-et-Loire.18 femelles - moitié vaches, moitié petites génisses - avaient été lavées, tondues, dressées pour l’occasion. Un petit ring sous abri avait été aménagé et le défilé des animaux était commenté par l’animateur du syndicat holstein, Pascal Quignard.

La famille Janniaux s’est convertie à la race Holstein en 1990. Défense a été achetée en 1991 et est à l’origine de l’une des grandes familles de l’élevage. Sa fille Gitane a permis à l’élevage de Simandre de remporter un premier prix au national de Rouen en 1994. L’année suivante, la famille Janniaux introduisait une autre grande famille dans son cheptel avec l’achat de Limousine. En 2002, elle remportait un autre premier prix à Eurogénétique avec Pépita. En 2009, le Gaec a introduit Demi Sœur issue de la famille Naurine et en 2017, il achetait Cimbria Miami, de la famille de la championne nationale Arizona. Les associés ont également fait l’acquisition en co-propriété de Mox Petaluma de la famille Wendon, Dempsey, Prude. Les génisses du Gaec de Raimbos sont génotypées depuis 2015. L’élevage réalise trois à quatre collectes d’embryons par an et il va intensifier l’usage de semences sexée cette année.

La structure réunit aujourd’hui Alban, Xavier et Guillaume Janniaux. L’exploitation couvre 235 hectares en bord de Saône. Elle compte 120 laitières pour une production d’un million de litres de lait. Le troupeau laitier dispose d’un bâtiment de 120 logettes avec une salle de traite « TPA 2X12 équipée 2X8 ».

Vos annonces légales en ligne au meilleur prix
Publiez vos annonces en quelques minutes et obtenez votre attestation immédiatement

Services

Recevoir la newsletter