Culture Economie Actualité

L’activité export céréales vers l’UE sur de bons rails

Les prévisions de FranceAgriMer au 11 avril pourraient toutefois être revues à la baisse si les difficultés de logistiques ferroviaires et fluviales perdurent.

Dans son bilan mensuel de la campagne céréalière 2017/18, établi le 11 avril, FranceAgriMer a revalorisé de 405 000 tonnes (t) à 8,94 millions de t (Mt) ses prévisions d'exportation de blé tendre vers nos voisins de l’Union européenne (UE). Principales destinations du blé français : la Belgique, les Pays-Bas, l’Espagne, l’Italie et le Portugal.

En revanche, les objectifs d’exportations vers les pays tiers sont une nouvelle fois revus en baisse à 8,3 Mt (- 200 000 t par rapport aux prévisions de mars). Déjà en difficulté face à la concurrence des origines mer Noire, les exportations françaises de blé, comme des autres céréales, commencent à être handicapées par des problèmes logistiques, liées à la grève perlée du trafic ferroviaire qui a débuté le 3 avril. « De nombreux contrats signés impliquant, une logistique ferroviaire, pourraient ne pas être honorés en raison de ce mouvement social », redoute Rémi Haquin, président du conseil spécialisé de FranceAgriMer pour la filière céréalière. S'ajoutent des problèmes logistiques fluviaux en raison des fortes pluies tombées ces dernières semaines. Les camions, déjà saturés, ne seraient pas en mesure de compenser les problèmes rencontrés par le fret fluvial et ferroviaire.

Stock final de blé inférieur à la moyenne quinquennale

Au 10 avril, la France avait embarqué 6 Mt à destination des pays tiers, principalement vers l’Algérie (3,1 Mt), l’Afrique subsaharienne (1,1 Mt), le Maroc (0,85 Mt), l’Arabie saoudite (0,4 Mt) et Cuba (0,3 Mt). Les importations du Maroc, multipliés par 5 par rapport à la campagne précédente à la même date, bénéficient de la baisse depuis le 1er décembre des droits à l’importation sur le blé meunier (de 135 % à 30 %). Sur le marché intérieur français, les prévisions de débouchés sont ajustées sans modification fondamentale exceptées les incorporations par les fabricants d’aliments du bétail (Fab) rehaussées de 150 000 t à 5,6 Mt. Quant à la collecte, elle est une nouvelle fois abaissée (-124 000 t) à 33,13 Mt, suite à la diminution des prévisions de production par le service statistique du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. Au final, le stock de report est minoré de 508 000 t à 2,66 Mt, niveau inférieur de 226 000 t à la moyenne quinquennale. Pour le blé dur, FranceAgriMer prévoit désormais un stock de fin de campagne en baisse de 100 000 t à 284 000 t, conséquence de prévisions d’exportation vers les pays de l’UE en hausse de la même quantité.

L’Arabie saoudite, premier débouché de l’orge française

Côté orges, FranceAgriMer a également majoré ses prévisions de ventes vers l’UE à 3,27 Mt (+ 113 000 t par rapport au mois dernier). Les objectifs d’exportation vers les pays tiers sont maintenus à 3,4 Mt, même si après 9 mois de campagne, les embarquements avaient progressé de 3 % par rapport à la campagne 2016/17 à près de 2 Mt. L’Arabie saoudite était le 31 mars le principal débouché de l’orge française pour un volume de 0,44 Mt t. La Chine (0,34 Mt) était la deuxième destination, suivie par le Maroc (0,30 Mt) et l’Algérie (0,27 Mt) qui avaient accru leurs achats pour cette campagne, respectivement de 86 et 82 %. Concernant les autres postes du bilan, FranceAgriMer n’a modifié que ses prévisions de collecte (+48 000 t à 10 Mt) et d’utilisations par les Fab (- 50 000 t à 1,25 Mt). Le stock de fin de campagne, en baisse de 115 000 t à 1,03 Mt, se situerait légèrement en dessous de la moyenne quinquennale (1,18 Mt). Le stock français de maïs en fin de campagne pourrait, quant à lui, grossir de 108 000 t à 2,81 Mt, au-dessus (+358 000 t) du niveau moyen des cinq dernières campagnes. Malgré des prévisions de collecte en baisse (- 83 000 t à 11,81 Mt), les incorporations par les Fab s’annoncent plus faibles que prévu il y a un mois (- 150 000t à 2,45 Mt) alors que les ventes vers l’UE sont révisées à la baisse de 40 000 t à 4,81 Mt.

Services

Recevoir la newsletter