Actualité Economie

La caisse régionale Groupama Rhône-Alpes Auvergne a à nouveau renforcé ses fonds propres en 2017

L’assureur mutualiste est parvenu à réaliser de bons résultats économiques sur l’année 2017 malgré les multiples sinistres climatiques en habitat, auto et assurances récoltes. Détails.

Jean-Louis Pivard, président, et Francis Thomine, directeur général, soulignent le poids de plus en plus important des sinistres climatiques dans les dépenses de l’assureur pour tous les marchés, particuliers comme entreprises.

« 2017 est une bonne année du point de vue des résultats économiques pour Groupama Rhône-Alpes Auvergne », a commenté Françis Thomine, le directeur général de l’assureur mutualiste aux 560.000 clients. « Deux faits marquants vont rester dans les annales, d’abord un grand congrès à Clermont-Ferrand avec près de 6.500 personnes, élus, salariés et partenaires, et ensuite le "naming" du stade de football de l’Olympique lyonnais qui s’inscrit dans un véritable projet industriel ».

Sur 2017, l’assureur a trouvé des relais de croissance pour aller conquérir de nouveaux clients chez les particuliers, les professionnels et les collectivités locales, notamment en travaillant avec des courtiers pour mettre en avant ses offres. Le chiffre d’affaires d’assurance est en hausse de +6,6 % à 1,03 milliard d’€. Le résultat net après impôt s’élève quant à lui à 44 millions d’€ permettant de renforcer encore les fonds propres de l’assureur.

Une caisse plus solide

« Avec ces bons résultats économiques depuis cinq ans, nos fonds propres ont crû de 250 millions d’€ », souligne Francis Thomine pour qui « c’est un gage de solidité pour nos clients et cela renforce notre modèle mutualiste. Cela nous permet aussi de continuer à investir dans nos ressources humaines. Nous avons par exemple créé 150 équivalents temps plein sur les cinq dernières années. Ces résultats permettent également de poursuivre notre engagement aux côtés des acteurs culturels ou sportifs sur les territoires ».

Les nombreux aléas climatiques qui ont pesé sur les comptes de l’assureur vert n’ont pas fait baisser le ratio Sinistres/Cotisations qui s’établit à 71 % comme en 2016. Pourtant, la facture totale des sinistres climatiques s’élève à 65,7 millions d’€, soit 15 millions de plus qu’en 2016. La partie dédiée à l’assurance récolte atteint 21,9 millions d’€. Deux événements climatiques ont par ailleurs coûté fort cher à la caisse régionale : la tempête Zeus en mars 2017 avec 12 millions d’€ de coûts de sinistres et des orages de grêles particulièrement violents dans le Rhône et dans l’Ain qui ont coûté 15 millions d’€ sur de l’habitat et des véhicules. « La dégradation climatique s’accélère », observe Jean-Louis Pivard, le président de la caisse régionale. « Sur le temps long, les dégâts climatiques sont en hausse. Si l’on projette les cumuls de sinistres des vingt dernières années sur les vingt prochaines, il y a de quoi s’inquiéter ».

Malgré tout, l’assureur mutualise lance cette année une nouvelle offre d’assurances sur chiffre d’affaires pour les agriculteurs après un test sur deux départements. Une expérimentation est également toujours en cours dans le Rhône sur une assurance sur l’EBE en partenariat avec la FDSEA 69.

Pour améliorer l’expertise sur les dégâts de gibier, la caisse régionale de Groupama s’est associée avec Squadrone System, une start-up grenobloise pour développer exo.expert, le premier drone destiné aux experts agricoles.

Camille Peyrache

Un stade pour modifier son image

Revenant sur le "naming" du stade de foot à Lyon, le directeur général admet avoir été interpellé par certains qui ne comprenaient pas une telle opération dont le montant n’a pas été révélé. « Cette opération offre une visibilité très forte pour la marque Groupama », souligne Francis Thomine, « grâce au "naming", nous modifions également la perception de la marque pour faire savoir que nous sommes un assureur mutualiste généraliste, avec des racines et un réseau ancré dans le rural, mais tourné vers toute la société ». Sur les huit premiers mois, en termes de visibilité, une étude a montré que le nom Groupama avait été cité 125.000 fois, soit l’équivalent en investissement publicitaire de 67 millions d’€ ! Parallèlement, pour Groupama Rhône-Alpes Auvergne, le stade est un lieu important pour faire des affaires avec le monde des entreprises. « Il ne se passe pas une journée sans qu’un événement d’entreprise se déroule dans les salons du Groupama Stadium », assure Jean-Louis Pivard. « Cette opération nous sert également pour entrer plus franchement dans ce marché des entreprises ». Les deux dirigeants sont très satisfaits de cette opération qui devrait assurer un nouveau relais de croissance sur les années à venir.

Services

Recevoir la newsletter