Viticulture Actualité

Tous les voyants sont au vert

Alors que les vendanges se terminent chez les uns et battent leur plein chez autres, les avis sont unanimes en Côte chalonnaise pour juger assez exceptionnelles ces vendanges 2018.

Tous les professionnels sont d'accord pour évoquer des vendanges exceptionnelles.

A la fin de la semaine passée, il était déjà l’heure de la Paulée pour certains domaines. D’autres non puisqu'ils avaient du attendre que leurs raisins arrivent aussi à une parfaite maturité. Car d’une appellation à une autre, d’une parcelle à l’autre, d'un crémant à un vin tranquille, bien que ces vendanges soient précoces, les professionnels ont pu profiter d'une excellente météo pour ne surtout rien précipiter.

Tout pour faire un très bon millésime

Du côté de Montagny-lès-Buxy, Jean-Pierre Berthenet affichait une légitime sérénité concernant cette édition 2018 des vendanges. « Nous avons fini les crémants et commencé les pinot noir (NDLR : vendredi dernier). C’est une année où il faut savoir attendre. Il y a de beaux volumes en crémant. Les degrés sont là. Pour le pinot noir, il était temps de récolter des raisins parfaitement mûrs. Le gros de la récolte va se faire la semaine prochaine (NDLR : cette semaine). Cela fait longtemps que nous n’avons pas vu cela à Montagny, avec une belle qualité. C’est très sain. Nous avons tout pour faire un très bon millésime. Mais il faut toujours attendre de voir ce que cela va donner une fois en bouteille ».

Sur ce même vignoble, Françoise Feuillat-Juillot a débuté les vendanges le 31 août. « C’est vraiment magnifique, qualitativement et quantitativement. Nous n’avons pas eu beaucoup de pluie ici. La fraîcheur du soir fin août a permis aux raisins de se regonfler ». Cela fait presque une décennie, depuis 2009, qu’elle n’avait pas vu une telle récolte en terme qualitatif. « Les degrés sont excellents. Dans nos vieilles vignes, nous avons des raisins fabuleux et plus de rendement que prévu. Par contre, nous avons eu beaucoup de mal à trouver des vendangeurs. Nous avons notamment dû recruter via les réseaux sociaux. Alors que cette année marque la trentième récolte du domaine, nous pourrons sans mal faire une cuvée spéciale pour l'occasion l’an prochain ».

A Bissey-sous-Cruchaud, Jean-Philippe Pretet affichait également un large et franc sourire. « Nos rouges sont quasiment finis. C'est très positif qualitativement. Il y a de la couleur, de la maturité. Cependant, les rendements sont mitigés, de l’ordre de - 20 à - 30 % pour ce qui est des parcelles les plus en avance. Pour les blancs, c’est encore un peu tôt pour se prononcer. Nous avons coupé seulement quelques chardonnay. Les rendements ont l'air plutôt corrects ».

Difficile d'espérer mieux

Installé en bio à Moroges, Pierre D'Heilly Huberdeau vendangeait samedi matin la parcelle du clos Le Paradis située à Givry. « Nous avons débuté les vendanges il y a huit jours, C’est qualitativement super. Il y a de gros degrés, une acidité pas très forte, un peu de mildiou mais de très bons rendements. En rouge, c’est très joli, avec de très belles couleurs. En blanc, il y a une grosse qualité mais une acidité à surveiller. Au final, je suis très content. On ne peut guère espérer mieux ».

Du côté de Mercurey, c’était l’heure de conclure les vendanges au domaine de Suremain, « Nous avons commencé les vendanges le 29 août. Nous finissons aujourd’hui (NDLR : le 8 septembre). C'est vraiment l’année idéale avec de la pluie au printemps et un temps sec en été. Les conditions sont parfaites pour vendanger. Il y a des rendements en quantité et en qualité. Ce millésime ressemble à celui de 1999. Les degrés sont assez impressionnants. L’acidité est normale. C’est bien équilibré. Cela se goûte super bien, c’est tout en rondeur ». Et pour ce qui est du problème récurrent de trouver de la main d'oeuvre,  « nous travaillons avec une entreprise d’intérim pour avoir des vendangeurs issus du Panama, du Pérou, d'Espagne, du Sénégal... ».

Quant à Rémy Dury, vigneron à Rully, l'optimisme est de rigueur. « Il s’agit d’une très belle année au niveau des rendements. Il y a de beaux degrés. Je ne pensais pas qu’il y aurait autant de jus. Un jus de qualité. Il y a naturellement 13 degrés en rouge. Au niveau des blancs, il va falloir attendre un peu avant de se prononcer. Nous n’attaquons les blancs que ce lundi. Pour l’instant, sur Rully, nous approchons les rendements maximums. »

Services

Recevoir la newsletter