Pratique Actualité

Discrimination, diffamation, injure... : la pré-plainte en ligne étendue à de nouveaux cas

Discrimination, diffamation, injure ou encore provocation individuelle à la haine... Aujourd'hui, avec l'agri-bashing - traitements phytosanitaires, mode d'élevage, boucherie... - les agriculteurs et le monde para-agricole sont la cible d'extrêmistes voulant imposer leur point de vue, parfois par la force ou par des actes ou messages violents.

Le système de la pré-plainte en ligne qui est en place sur l'ensemble du territoire depuis 2013 sur des situations d'atteinte aux biens (vols, dégradations, escroqueries...) est désormais accessible aux faits de nature discriminatoire.
La pré-plainte permet d'effectuer une déclaration pour des faits dont vous êtes directement et personnellement victime et pour lesquels vous ne connaissez pas l'auteur.

Cette démarche en ligne a essentiellement pour objectif de vous faire gagner du temps lors de votre présentation dans les services de police ou de gendarmerie. En effet, pour être enregistrée en tant que plainte, vous devez aller signer votre déclaration dans les locaux de police ou de gendarmerie.

"Ben quoi, ça vous choque un assassin qui se fait tuer par un terroriste ? Pas moi, j'ai zéro compassion pour lui, il y a quand même une justice", avait publié une militante "vegan" sur Facebook trois jours après la mort à Trèbes du boucher du Super U, Christian Medves, une des quatre victimes d'un terroriste. Le message avait ensuite été retiré. La procureure de la République de Saint-Gaudens en Haute-Garonne, Cécile Deprade avait alors requis une peine de "six à huit mois de prison avec sursis", lors de l'audience devant le tribunal correctionnel dans le cadre de la procédure de la comparution immédiate. Motif : apologie au terrorisme. Certains militants - anti-viande, anti-pesticides... - sont en effet de plus en plus radicaux...

À noter :

La pré-plainte en ligne ne doit pas être utilisée pour les situations d'urgence où vous devez passer par le 17 ou le 112 ou vous déplacer directement auprès d'un commissariat de police ou d'une brigade de gendarmerie.
 

Services

Recevoir la newsletter