Economie Actualité Elevage

UE/Mercosur : reprise des négociations de libre-échange

L’Union Européenne (UE) et le Mercosur reprennent le 10 septembre à Montevideo leurs négociations de libre-échange. Selon le Brésil, le bloc sud-américain fait preuve d’ouverture et attend « un peu plus » des Européens, notamment pour les produits agricoles sensibles.

La grande braderie de l'élevage français et européen se poursuit entre l'Europe et les pays d'Amérique du Sud... alors que les normes sanitaires ne sont clairement pas appliquées (et peu contrôlées) de l'autre côté de l'Atlantique

Les négociateurs de l’UE et du Mercosur (Argentine, Brésil, Uruguay, Paraguay) doivent se retrouver du 10 au 14 septembre à Montevideo (Uruguay) pour poursuivre leurs travaux en vue de la conclusion d’un accord de libre-échange. La participation de la commissaire européenne au commerce Cecilia Malmström à cette session de pourparlers n’est pas prévue, mais celle-ci pourrait se trouver dans la région où se tiendra le 14 septembre, à Mar del Plata en Argentine, une réunion des ministres du commerce du G20.

« Nous attendons un peu plus » des Européens

« Nous attendons un peu plus, un peu de mouvement au-delà de ce que l’Union européenne a offert jusqu’à maintenant, en particulier dans le secteur agricole, l’accès au marché », a déclaré fin août le ministre brésilien des affaires étrangères et du commerce extérieur, Aloysio Nunes, avant la reprise des pourparlers avec l’UE. Les offres européennes de contingents d’importation pour la viande bovine (99.000 tonnes) et le sucre (au moins 100.000 t) sont « assez limitées », a-t-il estimé, demandant qu’aucun droit ne soit appliqué sur ces quantités.

De son côté, le Mercosur a « fait des progrès dans la négociation, se rapprochant beaucoup des intérêts exprimés par l’Union européenne », a également affirmé le chef de la diplomatie brésilienne.

Inquiétudes parlementaires

La Commission européenne a répondu récemment à plusieurs questions écrites d’eurodéputés préoccupés par les conséquences pour les agriculteurs de l’UE de l’ouverture du marché européen aux produits sensibles sud-américains.

Michel Dantin (France) s’inquiète ainsi d’une éventuelle amélioration de l’offre pour le sucre, le commissaire à l’agriculture Phil Hogan se contentant de lui rappeler qu’une proposition d’accès préférentiel a été présentée au Mercosur « en décembre 2017 » (100.000 t destinées au raffinage, au droit de 98 €/t). Le chiffre de 120.000 t a toutefois été cité en février dernier.

Marina Albiol Guzmán (GUE, Espagne) s’inquiète, elle, pour le riz, avançant la fourchette de 45.000 à 100.000 t (un contingent de 45.000 t avait été offert en décembre 2017). L’accès préférentiel envisagé pour le Mercosur « sera limité à une fraction des besoins d’importation de l’UE » et « ne devrait pas créer un arrivage massif » sur son marché, répond Cecilia Malmström.

Enfin, plusieurs parlementaires espagnols sont préoccupés pour le secteur du jus d’orange. Réponse de Phil Hogan : « La production européenne est insuffisante pour répondre à la demande existante, l’UE est donc un grand importateur net de jus d’agrumes, en particulier de jus d’orange, le Brésil étant, de loin, son plus important fournisseur ».

Argentine : rétablissement des taxes à l’exportation

Deux ans et demi après l’avoir supprimée, le gouvernement argentin a rétabli la taxe sur les exportations de céréales et de viandes. « Cette mesure d’urgence et provisoire jusqu’en 2020 (nous permettra d’atteindre) l’équilibre fiscal dès 2019 », a annoncé, le 3 septembre, le ministre de l’économie, Nicolas Dujovne. Toute exportation de « marchandises primaires » sera taxée à hauteur de 10 % de sa valeur FOB, selon divers médias nationaux. Cela concernera en premier lieu le blé et le maïs. La taxe sur les fèves de soja a aussi été relevée, de 18 % à 28,5 %, et celle concernant les exportations de farines et huiles de soja à 26 %, selon le quotidien La Nación. « Nous demandons aux exportateurs une plus grande contribution », a confirmé le même jour le président argentin, Mauricio Macri.

Services

Recevoir la newsletter