Cotations Elevage Economie Bovin Allaitant Lait Ovin Porcin

Analyse des marchés animaux, des tendances de la semaine et des différents marchés animaux

Chaque semaine, pour comprendre et prendre les bonnes décisions, retrouvez l'analyse des marchés animaux, les tendances de la semaine et une analyse pointue des différents marchés animaux. Le rendez-vous à ne pas manquer.

Bovins de boucherie

La consommation n’est toujours pas au rendez-vous, y compris dans les zones de villégiature du sud du pays où les températures caniculaires de la semaine passée ont fortement pesé sur la vente de produits carnés. Entre la fin des soldes, la crise économique qui continue de sévir, la viande rouge n’est pour l’heure pas une denrée privilégiée des vacanciers. La Côte-d’Azur est habituellement un moteur important en période estivale. Cette année, les autres régions s’en sortent un peu mieux, mais elles ne compensent pas la baisse des ventes dans les grandes villes. La boucherie traditionnelle est en forte baisse d’activité, car une grande partie de leur clientèle est en vacances.

Sur les marchés, l’offre se montre suffisante pour les besoins des abattoirs, notamment dans les animaux de races à viande. Les femelles haut de gamme sont peu recherchées en raison de la fermeture des boucheries traditionnelles des grandes métropoles. Les échanges sont calmes avec des tarifs qui peinent à se maintenir dans les très bonnes génisses, ainsi que pour les bonnes vaches charolaises jeunes et viandées. Dans le secteur des réformes allaitantes, les besoins commerciaux sont faibles, y compris pour les vaches lourdes, convenant à la coupe pour les GMS des zones de villégiatures. Les animaux en manque de viande et de finition sont délaissés et dévalorisés. En réformes laitières, l’animation commerciale est en revanche mieux orientée avec un recul de l’offre qui oblige les abatteurs à concéder quelques légères plus-values. Ces derniers sont même assez inquiets sur le niveau de l’offre pour la rentrée. En jeunes bovins, le recul de l’offre confirme la tendance à la reprise observée la semaine passée en France et depuis le début du mois de juillet en Allemagne ou en Italie. Les tarifs enregistrent quelques revalorisations, sous le contrôle des abatteurs que ce soit dans les races à viande comme dans les JB laitiers.

 

Bovins d’embouche et d’élevage

Les échanges sont calmes avec des engraisseurs à la recherche d’animaux de gabarit et proches de la finition, mais pour des tarifs en accord avec les prix actuels du marché de la viande. La demande est très réservée dans le bétail à finir sur l’automne, car les engraisseurs appréhendent l’état du marché allaitant pour les mois à venir. Le bétail de moindre conformation est délaissé et se retrouve sur le marché de la viande pour des tarifs dérisoires, car ces animaux n’ont souvent que la production de minerai comme débouché.

 

Broutards

A l’approche du 15 août, l’activité commerciale est peu soutenue, alors que certaines structures tournent au ralenti du fait de la période des congés. La semaine du 15 août, la semaine prochaine, devrait être quasiment atone. Les apports sur les marchés sont restreints et de qualité hétérogène. Les tarifs se maintiennent facilement dans les bons broutards charolais ou limousins. Le tri est sévère dans les mâles légers ou de moyenne conformation. En femelles, la vente est normale avec des tarifs qui se maintiennent dans les bonnes lourdes vaccinées. La demande est très calme dans les sujets ordinaires.

 

Veaux d’élevage et d’engraissement

L’offre reste largement suffisante pour couvrir les besoins des intégrateurs lesquels continuent de souffrir d’un manque de place dans les ateliers d’engraissement en cette période de l’année. Les intégrateurs ont réduit les mises en place et commencent à contingenter les apports chez leurs fournisseurs habituels. L’export vers l’Espagne est ralenti pendant toute la période des fortes chaleurs. Les gros opérateurs maintiennent une très forte pression sur les prix avec un tri sévère dans les lots de veaux frisons, normands ou montbéliards. En croisés laitiers, le mauvais commerce se poursuit face à une offre trop abondante pour les besoins. La tendance est morose et si les bons sujets de type "U" trouvent des tarifs stables, la marchandise commune est sévèrement triée et les cours sont malmenés. Dans les très bons veaux de race à viande pure ou croisés allaitants, les tarifs sont globalement reconduits avec une offre juste suffisante pour couvrir les besoins dans les sujets bien conformés. La tension est en revanche de plus en plus marquée dans les veaux de conformation ordinaire ou légère.

 

Ovins

Les besoins pour les secteurs touristiques sont modestes même si on note toujours une préférence pour les agneaux sous signe de qualité, Label, bio ou IGP. La demande des opérateurs se renforce dans les sujets lourds lesquels préparent l’Aïd-El-Kébir (prévu pour cette fin août ; à ce sujet, lire notre édition du 30 juin en page 7). Le commerce est calme dans les bons agneaux qui stabilisent leurs prix avec des acheteurs qui ont fait un peu d’avance face à une semaine du 15 août qui est généralement peu approvisionnée (du fait des congés). Le placement se montre en revanche très calme dans les agneaux trop gras. En brebis, Les transactions restent assez fluides dans les sujets bien conformés de plus de 60 kg avec une demande soutenue à l’export à destination de l’Italie.

 

Porcs

La période de calme des vacances se poursuit, et la stabilisation s’installe. Les bouchers sont toujours pour bon nombre fermés et une large partie des consommateurs à fort pouvoir d’achat est localisée dans les zones de villégiature, notamment côtières, concentrant en ces endroits une demande en viande et en charcuterie porcines qui, pour l’ensemble du pays, demeure toujours en retrait. Des conditions météorologiques sont favorables à la consommation de grillades, mais les marchés à l’export sont en retrait. Sur le Marché du porc breton, le cours s’est stabilisé ce lundi à 1,475 € du kilogramme base 56 TMP à la veille d’une semaine écourtée par le férié de l’Assomption.

 

Services

Recevoir la newsletter