Actualité Culture Marchés Valorisation Elevage

Acheter ou vendre du maïs sur pied pour l'ensilage, pourquoi pas. Mais à quel prix ?

Chaque année, des agriculteurs procèdent à la vente de maïs sur pied. Pour les aider dans leur transaction et alors que les tous premiers ensilages devraient débuter avant la fin août, Arvalis propose une juste méthode de détermination du prix.

Négocier la vente de maïs sur pied présente des avantages, reste qu’une juste estimation de part et d’autre permet une transaction équitable.

La détermination du prix de vente du maïs sur pied destiné à être récolté en fourrage par l’acheteur peut se faire avant la récolte. Ce calcul repose sur le principe d’équivalence entre le produit de la vente du fourrage sur pied et le produit qui aurait été obtenu par le producteur par la vente du grain.

La méthode ici proposée n’est pas un barème officiel, mais bien davantage un guide de négociation qui doit permettre aux deux parties d’estimer la transaction au prix le plus juste. Elle se base sur des éléments pratiques pour une négociation commerciale qui répond aussi à la loi de l’offre et de la demande. Dans cette méthode, les frais de récolte sont à la charge de l’acheteur.

1ère étape : estimer le rendement

L’estimation du rendement au champ se base sur le nombre de grains au m2. Les comptages de densité, du nombre d’épis par plante, du nombre de grains par épi, permettent l’estimation de ce nombre de grains au m2. Le comptage est possible dès trois semaines après la floraison femelle, et ce jusqu’à la récolte.

Le rendement grain dépend aussi du poids de mille grains à la récolte accessible par la culture (entre 270 et 320 grammes/1.000 grains selon l’hybride, les conditions de végétation, le nombre de grains/m2).

La grille d’estimation du rendement plante entière au stade récolte fourrage est le résultat de nombreuses années de pesées au champ, elle prend en compte le développement de l’appareil végétatif. Elle est présentée dans le tableau ci-dessous.

 

Estimation du rendement à partir du comptage du nombre de grains

 Insérer ici le tableau


 

Le nombre de grains par m2 est le premier facteur de variation du rendement. C’est pourquoi, il est nécessaire de rentrer dans la parcelle pour le calculer. Le seul examen de l’appareil végétatif peut être trompeur. Un fort développement n’est pas la garantie d’un bon niveau de rendement grain, surtout si l’alimentation hydrique de la parcelle est limitée. À l’inverse, un développement végétatif moyen peut "cacher" un nombre élevé de grains, surtout suite à des orages "bien placés" par rapport à la floraison.

Le rendement plante entière déterminé par le nombre de grains par m2 est donc pondéré par le gabarit de l’appareil végétatif. Une estimation du rendement proche de la récolte est toujours préférable.

Naturellement, on a une idée plus précise du rendement si la récolte fourrage est pesée et le taux de matière sèche (MS) plante entière estimé par analyse.

2e étape : évaluer le prix de la tonne de MS sur pied

Il convient ensuite d’évaluer le produit brut par hectare qui correspond au prix payé au producteur (net de taxes et séchage) multiplié par le rendement. À ce produit brut, il faut ajouter une plus-value pour l’enlèvement des pailles (120 à 140 €/ha) et déduire les frais non engagés par le producteur vendeur, à savoir la récolte et le broyage des pailles (150 à 180 €/hectare) ainsi que le transport (40 €/ha).

Le prix du maïs grain payé au producteur n’est pas connu avec certitude aujourd’hui. Le montant des coûts liés à la récolte et celui de l’indemnité liée à l’enlèvement des pailles peuvent varier localement. Pour un plus juste prix, on aura donc intérêt à se fier à des références locales actualisées.

Enfin, le vendeur aura intérêt à prendre en compte la qualité alimentaire du maïs qu’il vend, ce que l’acheteur ne manquera pas de vérifier. Un maïs riche en grains, entre 30 et 35 % de MS plante entière, avec un appareil végétatif présentant des feuilles vertes se négociera à un prix plus élevé.

Pour finir, rappelons que ce marché répond aussi à la loi de l’offre et de la demande. Il convient cependant de rester serein et de procéder avec ordre dans la démarche.

Arvalis

 

Rien de tel qu’un bon exemple

Pour un rendement estimé à 85 q/ha et un prix payé au producteur de 9 €/q (net de taxes et de séchage), le prix de la transaction est de :

(9 € X 85) + 130 - 170 - 40 = 585 €/ha, soit 46 €/tonne de MS.

La qualité du produit peut être prise en compte dans le calcul. Des maïs ayant poussé dans de bonnes conditions, avec un bon rendement en grains (riches en amidon) et un appareil végétatif bien vert se négocieront jusqu’à 50 € la tonne de MS. En revanche, des maïs pauvres en grains et/ou à faible développement pourront se négocier à moins de 42 € la tonne de MS. Au prix actuel du maïs grain (12 €/q net de séchage), le prix de la tonne pourrait s’établir à 60 €.

1.000...

1.000, c’est le nombre de rations de base produites à l’hectare par le maïs ensilage (hypothèse de rendement de 18 tonnes de matière sèche), que l’on peut distribuer à des vaches laitières qui produiraient 30 à 35 kg de lait/jour.

 

Maïs fourrage : Plus d’une utilisation et de nombreux atouts

Chacun croit tout savoir du maïs et de sa possible utilisation en élevage. Pourtant… Utile petit rappel technique par Arvalis.

Le maïs est une matière première souple qui apporte des solutions variées et offre des réponses originales pour l’alimentation des ruminants et pour la compétitivité des élevages. En fonction de la situation fourragère des exploitations, du scénario climatique de l’année, du stade de récolte ou des objectifs de rationnement, le maïs peut prendre des formes très variées et complémentaires : maïs fourrage ensilé plante entière, maïs grain humide broyé ensilé, maïs grain humide entier inerté, maïs grain sec, maïs épis… Selon les situations, les décisions pour telle ou telle formule peuvent se prendre juste avant la récolte, ce qui donne toute latitude aux éleveurs.

La récolte en fourrage de parcelles au départ destinée à la production de grain est ainsi possible jusqu’au stade optimum pour une récolte plante entière.

Rappelons qu’en conditions normales de végétation, le grain représente environ 45 % du rendement plante entière au stade ensilage… Le rendement grain n’est pas une question de gabarit de la plante. Certaines années, même sur des petits gabarits de plantes, le rendement grain a été assuré par des orages estivaux. On ne peut donc rarement préjuger aujourd’hui de l’état de la culture à la récolte.

Jusqu’à 18 mois

Le maïs fourrage est un des piliers de l’alimentation hivernale des troupeaux grâce à sa simplicité de culture, à la sécurité de production qu’il permet, à sa bonne conservation, à sa haute valeur alimentaire (0,91 UFL par kg de MS) et à son prix de l’unité fourragère compétitif. L’objectif est de récolter la plante entière entre 30 et 35 % de matière sèche. Un ensilage bien fait peut se conserver dix-huit mois…

Le maïs grain peut aussi se récolter et se conserver humide pour l’alimentation des bovins, soit sous forme de grain humide broyé ensilé (MGHE), soit sous forme de grain humide entier inerté (MGHEI).

Pour une conservation par ensilage, le grain est récolté entre 32 et 38 % d’humidité, immédiatement broyé et mis en silo. Le grain broyé est conservé en milieu anaérobie, en silo couloir, en silo boudin ou en silo tour.

Pour une conservation en grain entier par inertage, le grain est récolté entre 26 et 35 % d’humidité et conservé dans un contenant étanche à l’air (big-bag, silo souple ou silo tour). Les deux types de conservation ne posent pas de difficultés.

L’aliment ainsi obtenu doit être considéré comme un concentré complémentaire d’une ration plus riche en fibre (1,22 UFL par kg de MS).

Dans le cas d’une conservation par ensilage, il est possible d’incorporer une partie des rafles au maïs grain (cet aliment est appelé le maïs grain rafle) par un réglage ajusté de la moissonneuse-batteuse, ce qui permet d’augmenter le tonnage/hectare ainsi que la teneur en cellulose de l’aliment. Certains équipements d’ensileuses permettent également d’ensiler uniquement l’épi entier. Enfin, le maïs grain peut-être récolté et conservé après séchage.

 

Services

Recevoir la newsletter