Département Ruralité Actualité

Groupama Saône-et-Loire a tenu son premier congrès autour de la question de la dynamisation des territoires

La Fédération des caisses locales de Saône-et-Loire de Groupama Rhône-Alpes Auvergne tenait son premier congrès départemental la semaine dernière. Un premier congrès pour une dynamique refondée.

Le 30 mai à Charnay-lès-Mâcon, la salle de la Vercère était bien remplie pour ce qui était le tout premier congrès départemental de Groupama en Saône-et-Loire.  Pour l’occasion, les quarante-six caisses que compte le département étaient représentées par leurs élus, ainsi que les salariés de la caisse régionale basés en Saône-et-Loire. Les partenaires de l’assureur vert étaient aussi présents pour ce qui était une déclinaison départementale du congrès de la caisse régionale à Cournon-d’Auvergne l’an dernier. Avec plus de 6.500 participants, les esprits de tous en avaient été marqués et ce premier congrès départemental se voulait de la même veine.

Une succession de temps forts

Ce rendez-vous était, non pas un temps fort, mais une succession de temps forts, dont le premier était l’assemblée générale de la Fédération des caisses locales de Groupama Rhône-Alpes Auvergne en Saône-et-Loire. L’occasion pour le trésorier, Robert Bachelet, de faire « sa dernière » présentation des comptes, lui qui se reconnaît comme un militant du mutualisme et de Groupama en particulier. L’occasion aussi de procéder au renouvellement des administrateurs, « pour plus de diversité et une meilleure parité ». Ont ainsi été élus ou réélus Dominique Fayard, Jean-François Paccaut, Jean-Marc Bernigaud, Frédéric Bernard, Pierre-Emmanuel Guilloux, Henri Jomain et Damien Jeunon.

Cette assemblée était aussi l’occasion pour Luc Chevalier, président, de rappeler la volonté de Groupama de « poursuivre la synergie en 2018 ». Aux côtés de Sylvain Arrédi, responsable institutionnel départemental, et de Franck Gacon, responsable commercial pour la Saône-et-Loire, tous deux en partance pour de nouveaux horizons, il citait « l’envie et le pouvoir de renouveler notre conseil d’administration » comme fait marquant de l’année écoulée 2017. Et cela alors que le réseau dispose de 821 élus dans les caisses locales. Il est clair que Groupama a su mobiliser ses élus, mais aussi ses salariés ; ils sont près de deux cents dans le département. La caisse régionale s’appuie en cela sur sa volonté d’ancrage territorial et de proximité renforcée. Tout au long de la mâtinée, les exemples illustreront cet axe, lequel constitue le fondement même de la politique de l’équipe composée de Jean-Louis Pivard à la présidence et de Francis Thomine à la direction générale.

L’ADN mutualiste

Autre temps forts, l’intervention de ces derniers. D’abord celle de Francis Thomine qui rappelait l’ADN mutualiste de l’entreprise, dont « les valeurs ont été remises au goût du jour et sont portées par Groupama ». Ces valeurs, le directeur général les rappelait :

-       la solidarité, qui est « sur le devant de la scène dans un environnement social et économique général difficile » ;

-       la proximité qui « ne passe pas seulement par le digital, mais aussi par la présence humaine » ;

-       la responsabilité. « La morale est quelque chose d’important, parce qu’il n’y a pas que l’argent, il y a aussi le bonheur ».

Ces valeurs distinguent l’entreprise Groupama, d’une structure inféodée au capitalisme sauvage. Pour autant, Francis Thomine ne sombre pas dans un idéalisme béat : « le profit, il faut en faire, mais la question qui se pose est "qu’en fait-on ?" ». L’assureur vert, avec un milliard d’€ de chiffre d’affaires, réinjecte près de 800 millions dans l’économie des territoires. « Nous avons une vocation sociale. Nous créons des emplois, nous rouvrons des agences dans le monde rural… », rappelait Francis Thomine pour qui « Groupama est un acteur local, engagé, et cela se traduit aussi au travers des multiples partenariats de la caisse régional, mais aussi des caisses locales ». On pense aux partenariats sportifs, économiques, culturels… lesquels constituent « un des axes majeurs » de développement.

Un défi

« En 2017, avec 300 millions d’€, nous avons connu un résultat qui est le fruit du développement par le réseau », félicitait Jean-Louis Pivard. Un développement au sujet duquel les certificats mutualistes ont apporté leur contribution. Avec 150 des 400 millions d’€ collectés au national, la caisse régional fait non seulement figure de pionnière, mais aussi de poids lourd.

Reste qu’à mi-2018, « il ne faut pas relâcher la pression », mentionnait Francis Thomine. Partout, la dynamique est bonne, sauf en ce qui concerne les particuliers et les retraités. « Nous avons fait un choix à contre-courant de renforcer notre proximité sur les territoires. C’est un choix exigeant car il impose la performance ». Et d’inviter les équipes d’élus comme de salariés à « prouver que notre choix est pertinent et qu’il est le bon ».

« Nous sommes allés à contre-courant des autres », poursuivait Jean-Louis Pivard, « parce que nous avons la conviction qu’en matière d’assurance, les gens ont besoin d’un visage humain, d’un interlocuteur de confiance ». A ce titre et Groupama Rhône-Alpes Auvergne le revendique, « nous portons un message de différence dans un monde qui a enterré nos territoires ruraux » parce que, comme le mettait en exergue Francis Thomine, « il faut certes vivres avec son temps, mais il faut aussi vivre avec ses valeurs ».

Une nouvelle équipe

À l’issue de l’assemblée générale de la Fédération des caisses locales, Luc Chevalier présentait Christelle Guillot-Girard, nouvelle responsable commerciale pour le département de Saône-et-Loire, et Dominique Gonachon, actuel responsable de l’animation institutionnelle à la caisse et qui sera prochainement nommé responsable institutionnel départemental. Ici, aux côtés de Sylvain Arrédi et de Franck Gacon. Pour la nouvelle équipe administrative, l’ambition est de « conforter cette présence mutualiste sur le terrain et la dynamique qui est forte en Saône-et-Loire »

Travailler sur ses valeurs

Autre temps fort, la table ronde autour de laquelle étaient invités à témoigner André Accary, président du Conseil départemental, Christian Decerle, président de la chambre d’Agriculture de Saône-et-Loire et de Bourgogne Franche-Comté, Michel Suchaud, président de la chambre de Commerce et d’Industrie de Saône-et-Loire, et Alain Piguet, président de l’ASM, le club de rugby mâconnais.

Des témoignages et des échanges animés par François Belay, le speaker officiel du Tour de France. Ça donnait le rythme !

Tous, à cette occasion, ont rappelé l’importance de la proximité et de l’ancrage local renforcé dans un contexte d’éloignement des pôles de décision, notamment dans un département très rural comme l’est la Saône-et-Loire. Et cela en matière de politique de santé, de bien-être et de bien-vivre, d’emploi, d’économie… mais aussi d’animation, de revitalisation et d’irrigation des territoires. Chacun invitant à conserver et renforcer ses valeurs et, pour reprendre l’expression de Christian Decerle, « à ne pas reculer sur le contact humain ».

Sur le podium

Le trophée régional des Tremplins locaux a - cette année encore ! - été remporté par la Saône-et-Loire. Sur quatre ans, comme le rappelait Jean-Louis Moratin qui suit ce dossier, ce sera la seconde fois que notre département se classe en tête des douze départements de la caisse régionale, en mentionnant que les deux autres fois, il s’était classé en seconde position…

Cette année, le trophée départemental revient à la caisse locale "Des Grosnes et du Valouzin" et était ainsi remis à Gérard Dubois, président, et à Mehdi Caron, conseiller commercial. « C’est un moment très fort », soulignait ce dernier, mettant en avant l’état d’esprit qui avait permis de renouer, de renouveler les partenariats locaux. Et Mehdi Caron de souligner que cette synergie est partout possible, et qu’elle suppose « d’y mettre du cœur ! ».

En bref…

Un moment fort

Administrateur de Groupama Rhône-Alpes Auvergne, Luc Chevalier a intégré le bureau de la caisse régionale. Il siège par ailleurs dans les instances nationales.

« Nous sommes dans la phase de remutualisation de notre caisse centrale », confiait à ce sujet Jean-Louis Pivard, pour qui il s’agit d’un moment très fort. Et très symbolique.

 Les chiffres clés

En 2017, Groupama en Saône-et-Loire, c’est 95 millions d’€ de chiffre d’affaires, dont 55 millions sur le marché des particuliers et des retraités et 26 millions sur le marché de l’Agriculture.

Services

Recevoir la newsletter