Actualité Département Elevage Bovin Allaitant Economie

Au Gaec Gordat-Dussably à Volesvres, le vêlage facile et la finesse de viande comme crédo

Le Gaec Gordat-Dussably est l’un des dix-neuf élevages de Feder qui ouvraient ses portes début mars. Adhérents de la section reproducteurs du groupement, Olivier Gordat et Fabrice Dussably partagent avec leur technicien la volonté de sélectionner des taureaux alliant le vêlage facile et la finesse de viande.

Olivier Gordat et Fabrice Dussably se sont dotés d’un troupeau « qui vêle bien avec un bon grain de viande et de la finesse d’os », décrit Thibault Chevailler de Feder.

Olivier Gordat et Fabrice Dussably se sont associés en 2007 à Volesvres. Aujourd’hui, ils élèvent un cheptel de 170 charolaises inscrites avec lequel ils produisent des broutards alourdis, des vaches grasses valorisées en filière AOP Bœuf de Charolles. Les génisses les plus « épaisses » sont vendue laitonnes maigres. Toute la production est livrée au groupement Feder. Pour les reproducteurs, le Gaec fait partie de la section reproducteurs du groupement. Dans ce troupeau résultant de l’union des fermes des familles Gordat et Dussably, les premières inscriptions remontent au temps du grand-père d’Olivier. A partir de 2000, Olivier et son père se sont mis à inséminer toutes les génisses. Objectif : « améliorer la facilité de naissance et les qualités maternelles ». Aujourd’hui, la moitié des femelles du Gaec sont inséminées. Au terme de près de vingt ans d’amélioration génétique, Olivier et Fabrice se sont dotés d’un troupeau « qui vêle bien avec un bon grain de viande et de la finesse d’os », décrit Thibault Chevailler de Feder. De fait, l’exploitation ne compte en moyenne que deux césariennes pour 170 vêlages. Et ce avec des animaux bien conformés avec des vaches à plus 500 kg de poids de carcasse (moyenne 492 kg), fait valoir le technicien.

Bons index et pelvimétrie

Pour parvenir à ce résultat, les deux associés ont toujours été très rigoureux sur le choix de leurs reproducteurs. Ils apportent notamment une grande attention aux index, recherchant « des taureaux supérieurs à 100 et même plus proches de 110 en facilité de naissance, aptitude au vêlage, aptitude laitière », révèlent Olivier et Fabrice. Depuis son implication dans le programme Degeram, toutes les génisses du Gaec subissent une pelvimétrie, autrement dit une mesure de leur ouverture pelvienne effectuée par Alsoni. Cette donnée supplémentaire sur la capacité des futures vaches à vêler permet « d’affiner encore davantage les accouplements », expliquent les deux associés.

Pour le choix de leurs reproducteurs de monte naturelle comme pour la vente de leurs reproducteurs, Olivier Gordat et Fabrice Dussably s’adjoignent les conseils de leur technicien Feder, Thibault Chevailler. N’achetant leurs futurs taureaux qu’en ferme, ils vont visiter des élevages ensemble dans des exploitations qui partagent la même vision qu’eux en matière de génétique.

Des veaux triés sur le volet

Pour la vente de leurs reproducteurs, le Gaec - qui se fait aider par son technicien - tient à ne sélectionner que des sujets améliorateurs, triés sur le volet, sur la morphologie et surtout sur le papier. Avec une sélection rigoureuse s’appuyant sur l’aptitude au vêlage, le lait, l’IVMat, les associés tiennent à la disposition de leurs clients toutes les données chiffrées de leur troupeau, celles du BGTA - le bilan génétique effectué par Alsoni. La plupart des veaux sont vendus grâce aux actions menées par Feder, confient Olivier et Fabrice. Beaucoup sont commercialisés en automne. Les portes ouvertes de printemps permettent de commercialiser les derniers sujets. Chaque année, le Gaec Gordat-Dussably commercialise environ 25 jeunes reproducteurs à des clients pour la plupart producteurs de broutards.

Section reproducteurs de Feder : des taureaux améliorateurs et répondant à la filière

Olivier Gordat, Fabrice Dussably, Thibault Chevailler et Emmanuel Plasson, tous deux animateurs de la section reproducteurs à Feder.

Les 2 et 3 mars, le groupement Feder organisait des portes ouvertes dans dix-neuf élevages de Saône-et-Loire et de Côte-d’Or. Ces portes ouvertes ont lieu depuis quatre ans sous l’égide de la coopérative qui les organise en automne (octobre) et au printemps (mars) tout comme une vente qui aura lieu cette année en septembre. Ces portes ouvertes ont lieu dans des élevages de la section reproducteurs de Feder. Ce groupe dédié à la diffusion de la génétique compte une centaine d’éleveurs inscrits et adhérents de Feder. L’an dernier, c’est pour lui que Feder s’était porté acquéreur du taureau Macaron, record de vente de la station de Jalogny. Outre l’achat de taureaux améliorateurs en commun, la section reproducteurs de Feder aide ses adhérents à commercialiser leurs produits. En Saône-et-Loire, ce sont les techniciens Thibault Chevailler et Emmanuel Plasson qui animent la section. Ils se chargent de mettre en relation les clients et les vendeurs de reproducteurs adhérents. Ils visitent régulièrement les élevages et recensent les reproducteurs disponibles. Les animaux sont mis en ligne sur le site internet de Feder www.feder.coop, espace "CoopRepros". 530 animaux sont ainsi mis en ligne sur le site : des veaux mâles, 18 mois, taureaux adultes et femelles destinées à la reproduction. Ces reproducteurs à vendre sont présentés avec photos, vidéos, index génétiques et les techniciens de Feder leur adjoignent un commentaire technique. Les internautes peuvent faire leur choix en ligne en triant, par exemple, les animaux par niveau d’index, sur critère "Sans corne"… La coopérative gère également la facturation des animaux pour le compte des éleveurs. « On profite du site et de toute la publicité assurée par Feder. Dans notre élevage, nous vendons 70 % de nos reproducteurs par l’intermédiaire de Feder », confie Fabrice Dussably, éleveur adhérent à Volesvres. A Neuvy-Grandchamp, David Torrent affirme avoir doublé ses ventes grâce à Feder. « Avec la section reproducteurs, notre but est de sélectionner des charolais qui répondent à la filière avec de la précocité, du grain de viande, de la facilité de naissance », confie Thibault Chevailler. « De plus en plus d’adhérents nous mandatent pour trouver de bons taureaux. En ferme, nous trions de futurs reproducteurs améliorateurs. Tout au long de l’année, on les voit évoluer. On suit la production des taureaux. On voit comment produisent les filles », explique Thibault Chevailler. « L’intérêt de ces portes ouvertes, c’est d’aller voir les parents, le cheptel… Avec 19 élevages, nous proposons un très large choix de reproducteurs. Les animaux disponibles sont recensés dans un catalogue visible sur notre site internet », conclut Thibault Chevailler.

 

SCEA des Thevenots à Neuvy-Grandchamp : succès croissant pour le "Sans corne"

A Neuvy-Grandchamp, David Torrent sélectionne des reproducteurs sans corne.

A Neuvy-Grandchamp, la SCEA des Thevenots travaille le "Sans corne" depuis de nombreuses années. 80 % des accouplements sont réalisés avec des semences de taureaux "Sans corne" et 70 des 130 vêlages de l’élevage donnent aujourd’hui des veaux "Sans corne", explique David Torrent. Dans ce cheptel de haut niveau génétique façonné par des années d’insémination, les reproducteurs commercialisés allient les avantages du caractère sans corne aux qualités maternelles, à la croissance, aux aptitudes au vêlage, à la finesse de viande. Ces animaux trouvent preneurs auprès d’une clientèle d’éleveurs sélectionneurs ou producteurs de broutards. « Souvent des gens qui en ont marre d’écorner ! », confie David Torrent.

Services

Recevoir la newsletter